Modifié

Omar Porras joue la carte du conte pour chasser la mélancolie

Conte des contes, de Giambattista Basile au TKM de Renens. [TKM]
Omar Porras : Le théâtre du fait-divers sanguinolent / Vertigo / 4 min. / le 29 octobre 2020
Au TKM de Renens, bousculé par les mesures anti-Covid, on joue un remède tonique, théâtral et anti-spleen: "Le Conte des contes" d’après Giambattista Basile. Un spectacle revigorant au destin mouvementé.

Une pièce thérapeutique. Il fallait y penser. En cas de mélancolie, d’abattement, de spleen, un seul remède: lire, relire, à voix haute, en donnant bien du ton. Lire de préférence des contes. A consommer évidemment sans modération aucune. Et mieux encore, joués, déclamés, dansés, chantés par la troupe de comédiennes et comédiens du Teatro Malandro d’Omar Porras. A la fin du traitement, c’est simple, vous vous sentirez mieux.

"Le Conte des contes" est un spectacle revigorant au destin mouvementé. Choisi emblématiquement pour célébrer trente ans de théâtre porrassien, la pièce n’a pas pu voir le printemps pour cause de semi-confinement. A peine lancée sur la scène du TKM mardi dernier, la voici à nouveau chamboulée pour les mêmes raisons.

Le Teatro Malandro est toutefois coriace et pugnace face au virus. Cinquante spectateurs autorisés ne suffisent pas à assurer le financement de ce spectacle? La raison commanderait une annulation. Omar Porras et sa troupe préfèrent poursuivre en doublant certaines représentations. Ce qui demande une sacrée gymnastique en coulisses avec un premier remboursement des billets déjà vendus, puis l’ouverture d’une nouvelle billetterie avec de nouveaux horaires de spectacle. Ouf ou plutôt fou!

Le "Conte des contes" de Giambattista Basile au TKM de Renens. [TKM]Le "Conte des contes" de Giambattista Basile au TKM de Renens. [TKM]

Cette fois, c'est le public qui porte le masque

Consultez le site internet tkm.ch est un must avant de se rendre du côté de Renens, son masque de protection en poche. Eh oui, désormais, les comédiens de Porras, coutumier des postiches, loups et autres cagoules jouent sur scène à découvert. Et c’est le public qui porte le masque, devenant ainsi un personnage mystérieux dépourvu de nez comme de bouche. Le théâtre vit des temps invertis.

Revenons sur scène. A ce "Conte des contes" destinés aux grands enfants, de 12 ans à un âge inavouable. Il y est question de Cendrillon, de la Belle au bois dormant, de Peau d’âne et du Petit Chaperon rouge. La couleur dominante est toutefois d’un rouge sang. Le raisiné coule ici à flot car ces versions revues et corrigées par le Teatro Malandro révèlent toute la cruauté et l’horreur de ces histoires faussement innocentes.

Omar Porras et son dramaturge Marco Sabatini ont remonté la source des contes de Grimm et de Perrault pour découvrir l’Italie de 1612. Celle de Giambattista Basile, un Napolitain à la langue bien pendue et au verbe fleuri. Il y a des princes et des princesses dans le "Conte des contes". On y trouve aussi des meurtres, de l’inceste, de l’automutilation et pas mal de folie. Appelons un chat un chat: "cueillir le fruit d’amour d’une belle endormie", c’est un viol. Tout simplement.

"Le Conte des contes" dans la mise en scène d'Omar Porras au TKM de Renens. [TKM]"Le Conte des contes" dans la mise en scène d'Omar Porras au TKM de Renens. [TKM]

Un théâtre du fait divers sanguinolent

Parlons ensuite du traitement de ces contes. Cela fait des années que Omar Porras rêvait de monter une pièce du Grand Guignol, ce théâtre du fait divers sanguinolent, genre retour de la momie, professeur fou et sadique dans le placard. Avec "Le Conte des contes", il mixe Guignol et Cendrillon à la sauce Malandro: c’est épique, baroque, charcutier, délicieux, grotesque, bluffant, dansé, chanté et joué avec une rare verve par une troupe de comédiens que l’on sent heureuse de jouer enfin.

Dans "Le Conte des contes", tout débute avec un prince déprimé dans une Italie de carton-pâte. Sa famille fait appel au Docteur Basilio, un peu psy, un peu charlatan, beaucoup maître-conteur. Le personnage est incarné par l’un des fidèles de Porras, l’acteur Philippe Gouin, magistral comme le reste de la troupe. Le Docteur Basilio exige de la famille Carnesino qu’ils lisent ses potions: des contes. Ce spectacle est une célébration du pouvoir des mots et de la fiction pour guérir le monde. De péripéties en péripéties, le prince quitte sa torpeur et son état de nigaud.

En final, Omar Porras et sa troupe s’offrent un pas dansé de côté. L’esthétique baroque et canaille si caractéristique du Teatro Malandro cède le pas de french cancan aux codes des revues façon paillettes et trucs en plume. Encore un conte? Barnabé, maître de revue à Servion nous a quittés la semaine passée. Son fantôme semble déjà hanter les coulisses du TKM.

Thierry Sartoretti/mh

"Le Conte des contes", TKM de Renens, jusqu’au 22 novembre. En raison des nouvelles mesures sanitaires du canton de Vaud, le spectacle est suspendu.

Puis au Théâtre du Passage, Neuchâtel, du 26 au 28 novembre (spectacle suspendu pour l’instant) et au Théâtre de Carouge, du 12 au 24 janvier 2021. Il est prudent de de vérifier les conditions du spectacle sur les sites des différents théâtres.

Publié Modifié