Publié

La New Romance, un courant littéraire érotisé qui fête ses dix ans

Plusieurs pochettes de livres "New Romance" publiés chez Hugo Poche. [Hugo Poche]
Spéciale "New Romance" / Vertigo / 26 min. / le 12 octobre 2022
Boudée par les critiques et par les médias en général mais adorée par le grand public, la New Romance, un genre littéraire qui mélange amour et scènes de sexe, rapporte aujourd'hui des millions de dollars aux Etats-Unis et en France.

La New Romance comporte plusieurs caractéristiques, mais la plus courante est qu'il s'agit d'une histoire d'amour avec des scènes de sexe explicites. Ce courant littéraire se distingue pourtant des romans érotiques ou pornographiques, car l'amour reste au premier plan. Les personnages, jeunes et beaux, ont souvent un passé douloureux ou alors commencent par se détester, mais la fin est toujours heureuse. Les romans de New Romance s'écrivent à la première personne et l'histoire se déroule à deux voix. Les lectrices ont donc la vision de ce qui se passe dans la tête de la femme, puis dans celle de l'homme, quand il parcourt les chapitres.

La New Romance souffre de nombreux clichés et les critiques sont parfois sanglantes: "Porno pour ménagère, mauvaise littérature, histoires cul-cul à l’eau de rose, etc." Mais le lectorat et les auteures, exclusivement féminins, montent au front. Pour elles, ce type de livre permet de rêver, de s'évader du quotidien, tout en abordant des thématiques difficiles comme le harcèlement scolaire, la grossophobie ou encore les handicaps.

>> La New Romance selon les lectrices:

Le succès de "Fifty Shades of Grey"

D'un point de vue historique, ce genre puise dans la romance gothique du 19e siècle, mais le raz-de-marée à proprement parler débarque en 2012 avec la publication de "Fifty Shades of Grey": une histoire d'amour et de domination entre la jeune diplômée en littérature Anastasia Steele et l'homme d'affaires Christian Grey. La trilogie de la Britannique E.L. James s'écoule à 125 millions d'exemplaires dans le monde. S'ensuit une adaptation au cinéma qui s'avérera aussi très lucrative.

Dix ans plus tard, la New Romance s'est démocratisée. On la trouve dans les librairies, en bibliothèques et les titres et les auteures, également francophones, déferlent sur le marché. Maison d'édition française, Hugo Publishing est spécialisée dans ce genre littéraire. Elle sort chaque année entre 80 et 100 titres d'auteures françaises et américaines, qui représentent 30% de son chiffre d'affaires.

Une proximité avec son lectorat

Les auteures et les lectrices de New Romance entretiennent un lien très étroit et les maisons d'édition l'ont bien senti. En 2016, Hugo Publishing lance le premier Festival de New Romance et le succès est au rendez-vous. La dernière édition, qui s'est tenue à Nice début octobre, a rassemblé plus de 2'500 personnes et une trentaine d'auteures, tout en écoulant 15'000 livres.

Cette proximité avec les lectrices touche beaucoup Morgane Moncomble, une auteure française de New Romance: "C’est très solitaire d’être autrice, et les salons, les festivals nous permettent de voir des gens. On peut partager et échanger avec les personnes qui nous ont lues. En plus, elles sont bienveillantes, on reçoit des petits cadeaux, des lettres… c'est assez fou et magique!"

Plateformes d’écriture

Les grands succès de New Romance ont une autre caractéristique commune: ils sont d’abord sortis sur des plateformes d’écriture et d’autoédition numériques. Le best-seller "After" d’Anna Todd, qui raconte l'histoire d'amour entre la jeune et ambitieuse Tessa et le badboy tatoué Hardin, a d’abord été rédigé sur Wattpad, une plateforme qui relie 90 millions de lecteurs et d'écrivains. Autre exemple, le premier roman de Morgane Moncomble, "Viens on s’aime", a été découvert par une lectrice de Wattpad qui a, par la suite, contacté une maison d’édition pour lui signaler qu’il fallait absolument publier cette histoire.

De son côté, Hugo Publishing a aussi créé sa propre plateforme, "Fyctia", qui compte 200'000 abonnés, dont 10% d’auteurs. Une stratégie moins risquée pour la maison d'édition, qui lui permet de repérer et publier les nouveaux talents.

Sarah Clément

Publié

Quelques recommandations de lecture

- Classiques: "After" d’Anna Todd, "Campus drivers" de C.S. Quill, "Quoi qu'ils en disent " de Noémie Dani, "Bien plus forte que toi" d’Emma Green

- Plus sombres: "Jamais plus" de Colleen Hoover, "Nos âmes tourmentées" de Morgane Moncomble.