Modifié

Bienne aspire à accueillir l'Eurovision en 2025 avec Berne

Le chanteur Nemo lors de la finale de l'Eurovision 2024 à Malmö. [KEYSTONE - MARTIN MEISSNER]
Bienne aspire à accueillir l'Eurovision 2025 / Le Journal horaire / 21 sec. / mercredi à 13:07
La Ville de Bienne a confirmé mercredi sa volonté d'être associée à l'organisation de l'Eurovision 2025. Le Conseil municipal mène des discussions avec la Ville de Berne, le groupe Bernexpo et d'autres partenaires. Les Villes de Zurich et de Genève partent favorites pour accueillir la manifestation après la victoire de Nemo.

La proposition des autorités biennoises d'accueillir la prochaine édition de l'Eurovision se heurte à la position du président du gouvernement bernois. Philippe Müller (PLR) a fait savoir lundi sur la plateforme X qu'il ne voulait pas que l'European Song Contest (ESC) se déroule à Berne. "ESC reste loin de Berne", a écrit le chef de la direction de la sécurité.

Maire de Bienne irrité

Des propos qui ont profondément irrité le maire socialiste de la Ville de Bienne Erich Fehr. Selon lui, chacun est libre d'avoir son opinion sur l'ESC, mais il attendait du président du Conseil-exécutif bernois qu'il félicite d'abord au moins Nemo. Le malaise se fait d'ailleurs ressentir jusqu'au sein de la section cantonale du PLR. Sa présidente Sandra Hess a déclaré que la position du conseiller d'Etat ne reflétait pas la position du parti qui soutient l'ESC dans le canton de Berne.

Dans l'immédiat, les autorités sont en contact avec l'équipe de l'artiste Nemo pour déterminer quand le Biennois pourrait être officiellement reçu lors d'une fête publique. Des clarifications sont actuellement en cours.

>> Lire aussi: : Genève, Lausanne, Zurich: quelle ville est la plus à même d'accueillir l'Eurovision en 2025?

ats/fgn

Publié Modifié

Lausanne et Lucerne renoncent, tandis que la situation semble compliquée à Bâle

Si les villes de Zurich et Genève sont pressenties pour accueillir la prochaine édition de l'Eurovision, Lausanne a pour sa part jeté l'éponge. La capitale vaudoise ne proposera pas sa candidature, comme l'a fait savoir mardi à 24heures le syndic de la ville, Grégoire Junod.

"Le seul lieu qui pourrait convenir en termes de jauge serait la Vaudoise aréna, mais on est déjà à la limite de ce qui est exigé. On ne dispose pas non plus de locaux annexes qui sont requis, notamment pour accueillir le centre des médias", confie-t-il.

Sans compter que la Vaudoise Aréna ne pourrait pas être disponible pour accueillir la manifestation qui se déroule en mai. "Le lieu doit être disponible plusieurs semaines avant le début de la manifestation et ce n’est pas possible en raison de la saison de hockey", ajoute-t-il.

La situation se complique à Bâle

Concernant la halle St-Jacques de Bâle, également pressentie pour accueillir l'Eurovision l'an prochain, la situation semble également se compliquer. En effet, son assainissement a été marqué par des ratages, déplorent des députés bâlois.

Dès lors, pour l'heure, la résistance limitée de son plafond, notamment, empêche d'y suspendre de lourds projecteurs et d'autres éléments nécessaires pour des shows comme l'Eurovision, relèvent-ils.

Quid de Lucerne?

A Lucerne, on se montre aussi réticent. Selon le maire de la ville Beat Züsli, le seul site qui pourrait entrer en considération serait celui de la foire. La ville est en contact avec ses responsables. Toutefois, des collisions de dates se profilent déjà car la foire de printemps Luga a lieu en même temps que l'ESC.