Modifié

Genève, Lausanne, Zurich: quelle ville est la plus à même d'accueillir l'Eurovision en 2025?

La joie des fans suisses à Malmö après la victoire de Nemo. [Keystone/EPA - Johan Nilsson]
Quelles villes suisses pourraient accueillir l'Eurovision? / La Matinale / 2 min. / le 13 mai 2024
Après le triomphe de Nemo à l'Eurovision dans la nuit de samedi à dimanche, des villes suisses commencent à se profiler pour accueillir la compétition l'année prochaine. Outre-Sarine, Zurich, Berne, Bâle et St-Gall se disent intéressées. En Suisse romande, Lausanne et Genève pourraient se retrouver en concurrence.

Comme le veut l'usage, le pays qui remporte l'Eurovision gagne aussi le droit d'organiser le célèbre concours musical l'année suivante. En 2025, et grâce à la victoire de l'artiste Nemo, ce sera donc à la Suisse d'endosser le rôle de pays hôte.

D'ores et déjà, plusieurs villes se profilent pour accueillir l'événement. Les importantes retombées économiques et en termes d'images attisent déjà les convoitises.

>> Lire aussi : Gjon's Tears: "L'Eurovision, c'est vraiment les JO de la musique"

Candidature genevoise

Genève a pris les devants. Les responsables du centre de congrès Palexpo ont déjà annoncé avoir déposé leur candidature. Alfonso Gomez, le maire de la ville, affirme lui soutenir pleinement l’initiative.

"Genève a toujours été historiquement une ville de foires, une ville de grands événements. Nous avons tous les atouts pour réussir l'événement", a-t-il déclaré lundi dans La Matinale. Le Conseil administratif de la Ville devra encore se positionner cette semaine sur la question.

Contacté, le syndic de Lausanne Grégoire Junod se dit pour sa part ouvert à l’idée d’organiser un tel événement, mais les autorités n’en sont qu’au stade de l’analyse, précise-t-il.

>> Voir le sujet du 19h30 sur les villes suisses qui se profilent :

Plusieurs villes suisses se sont portées candidates pour accueillir la finale de l'Eurovision en 2025
Plusieurs villes suisses se sont portées candidates pour accueillir la finale de l'Eurovision en 2025 / 19h30 / 2 min. / le 12 mai 2024

Quelle ville est de taille?

Selon le porte-parole de la SSR Edi Estermann, les villes intéressées doivent répondre à de nombreuses exigences. La candidate idéale devra disposer d'une grande salle adaptée et pouvoir accueillir tous les participants et les fans. Les infrastructures déjà en place - transports, hôtellerie, aéroport - feront donc toute la différence.

Pour Sébastien Vuignier, organisateur de concerts, disposer d'une salle suffisamment grande sera la condition sine qua non pour pouvoir prétendre au titre de ville organisatrice. Celui qui organise la venue en Suisse de la superstar Taylor Swift cet été en sait quelque chose.

Tous les regards se dirigent vers Zurich

Sébastien Vuignier, organisateur de concerts

Et à ce titre, Genève risque d'avoir "un problème" au niveau des infrastructures, craint le spécialiste. La salle de spectacle de l'Arena, avec une capacité maximale de 9500 personnes, "serait trop petite". Quant à Palexpo, "ce n'est pas une salle de concert", il faudra donc tout aménager, note l'organisateur.

Le Hallenstadion?

Pour Sébastien Vuignier, il est toutefois déjà clair que "tous les regards se dirigent vers Zurich". La ville la plus peuplée de Suisse possède aussi "la plus grande salle du pays, le Hallenstadion", avec une capacité maximum de 13'000 à 15'000 places.

Bâle est aussi "prête" pour être l'hôte de la prochaine édition du concours de l'Eurovision, a déclaré dimanche le porte-parole du gouvernement de Bâle-Ville. Le canton souhaite approfondir la question avec les responsables du concours dans le cadre d'entretiens.

Christine Bolt, cheffe de la foire agricole Olma, aimerait aussi faire venir le concours à St-Gall, a-t-elle indiqué dimanche sur la plateforme Linkedin. Selon elle, la nouvelle salle de l'Olma, inaugurée au début mars, serait un lieu parfait pour l'événement. Elle peut accueillir jusqu'à 12'000 personnes.

Plusieurs observateurs affirment également que ce serait au tour de la Suisse alémanique d’organiser la compétition. En 1956, la toute première édition de l’Eurovision avait eu lieu à Locarno. Puis, en 1989, une année après la victoire de Céline Dion, c'est Lausanne qui avait accueilli la manifestation.

>> Voir la vidéo du 12h45 sur le retour de Nemo à Zurich :

La foule était au rendez-vous hier soir à l'aéroport de Zurich pour célébrer le retour de Nemo, le vainqueur de l'Eurovision
La foule était au rendez-vous hier soir à l'aéroport de Zurich pour célébrer le retour de Nemo, le vainqueur de l'Eurovision / 12h45 / 1 min. / le 13 mai 2024

Sujet radio: Diana-Alice Ramsauer

Adaptation web: doe

Publié Modifié

Entre 30 et 40 millions de francs à prévoir

Selon les experts, les coûts de l'organisation de l'Eurovision 2023 à Liverpool ont atteint entre 27 et 36 millions de livres (30 à 40 millions de francs), indiquait jeudi la "Frankfurter Allgemeine Zeitung".

En 2012, l'organisation du concours à Bakou, capitale de l'Azerbaïdjan, aurait même frôlé les 70 millions de francs. A Copenhague, en 2014, la facture aurait grimpé à 45 millions. Les enveloppes ne sont pourtant pas systématiquement aussi élevées.

Liverpool est l'une des rares éditions où une étude a été publiée sur les retombées de l'événement. Résultat: un demi-million de visiteurs ont dépensé plus de 60 millions de francs en billets, hôtels, restaurants et autres achats.

La SSR "déjà en contact" avec les précédents organisateurs

La Suisse doit saisir la chance de l'Eurovision 2025 pour rayonner à l'international, estime le directeur général de la SSR Gilles Marchand. Un appel à candidature sera lancé ces prochains jours pour déterminer quelle ville en Suisse pourra accueillir l'événement.

"La première des choses qu'il va falloir définir, c'est le lieu. Il va être absolument déterminant pour toute la logistique, toute l'organisation et donc toute la dimension financière de l'opération," a-t-il expliqué dans La Matinale.

Il faut d'abord qu'il y ait une disponibilité longue et grande pour accueillir cet ensemble d'événements", a détaillé Gilles Marchand. "On parle de 45 jours pour la halle qui accueille l'évènement." Il faut ensuite des connexions extrêmement efficaces avec le reste du monde, des trains, des gares qui fonctionnent et des aéroports pas trop loin.

>> Lire aussi : Une task force de la SSR se réunira dès lundi pour préparer l'Eurovision 2025 en Suisse

"Nous ne partons pas de zéro"

La SSR et l'Union européenne de Radio-Télévision (UER) décideront probablement en septembre quelle ville accueillera le concours l'année prochaine.

Gilles Marchand se veut rassurant face à ce défi: "Nous ne partons pas de zéro. Il s'agit d'une coproduction entre le pays hôte et l'UER". Il précise aussi que l'organisation est "déjà en contact avec Malmö" et "avec les Anglais de la BBC" qui ont organisé le concours en 2023 à Liverpool.

"Il y a un calendrier général, mais pas encore de dates précise. L'édition devrait se dérouler à la même période de l'année," note aussi le directeur général de la SSR. Une première réunion a déjà eu lieu ce dimanche pour mettre la machine en route.

"L'Eurovision revient en Suisse et la Suisse doit saisir cette chance non seulement pour rayonner à l'international mais aussi pour repenser peut-être un peu le concept", a conclu Gilles Marchand.

>> Ecouter un extrait de l'interview de Gilles Marchand, directeur général de la SSR :

Matinale spéciale pour la victoire de Nemo à l’Eurovision (3-4): interview de Gjon’s Tears et Gilles Marchand
Matinale spéciale pour la victoire de Nemo à l’Eurovision (3/4): interview de Gjon’s Tears et Gilles Marchand / La Matinale / 13 min. / le 13 mai 2024