Modifié

Ski alpin: le ski suisse veut briller une troisième saison de suite

Marco Odermatt (à droite) et Gino Caviezel avaient terminé sur le podium l'an dernier à Sölden. [Gian Ehrenzeller - Keystone]
Marco Odermatt (à droite) et Gino Caviezel avaient terminé sur le podium l'an dernier à Sölden. [Gian Ehrenzeller - Keystone]
Grande fête du ski alpin suisse, Saison III? Après deux années de domination, les sélections de Swiss-Ski repartent tout schuss ce week-end pour une saison 2021-22 lors de laquelle elles comptent bien briller encore de mille feux, avec en vue les JO de Pékin.

La Coupe du monde redémarre comme de coutume sur le glacier autrichien du Rettenbach au-dessus de Sölden, avec un géant dames samedi et un autre pour les messieurs dimanche. Cinq mois après les finales de Méribel au terme desquelles skieurs et skieuses suisses avaient remporté pour la 2e année consécutive le classement par nations (10'087 points contre 9211 à l'Autriche), l'adage "jamais deux sans trois" doit servir d'aiguillon.

Gut-Behrami prête à 100%

Les projecteurs, à Sölden, seront d'emblée braqués sur Lara Gut-Behrami. Elle se sent prête "à 100%". Sa saison 2020-21 avait été exceptionnelle: 2e du général de la Coupe du monde, 2 titres mondiaux et 6 victoires sur le grand circuit. A Sölden, elle avait commencé par une 8e place en géant. Mais elle s'y était imposée en 2013 et 2016.

Odermatt pour succéder à Janka

Les Suisses, plus encore que leurs compatriotes féminines, sont gonflés à bloc. Marco Odermatt, 2e en 2020-21, vise cette fois la victoire au général de la Coupe du monde, exploit qu'aucun Helvète n'a réalisé depuis Carlo Janka en 2010. La concurrence interne joue à plein. "Nous nous situons là où nous le souhaitions", glisse l'entraîneur en chef Thomas Stauffer.

Ski alpin - Marco Odermatt à l'interview [RTS]
Ski alpin - Marco Odermatt à l'interview / RTS Sport / 5 min. / le 21 octobre 2021

ats/scho

Publié Modifié

Holdener et Suter en convalescence

Wendy Holdener et Corinne Suter ne seront pas de la partie pour ce début de saison. La première s'est blessée notamment aux mains lors d'un entraînement de condition physique et ne devrait revenir sur le circuit qu'à mi-novembre. La seconde s'est fait mal (sévères contusions) à fin septembre à Zermatt lors d'un entraînement de super-G. La championne du monde de descente ne rechaussera les skis que dans une quinzaine de jours, avec pour buts les 1res épreuves de vitesse début décembre en Amérique du Nord.

Incertitude concernant Gisin

Michelle Gisin, elle, est certes sélectionnée pour Sölden, mais elle n'est pas pleinement remise de sa mononucléose. "Elle doit faire preuve de patience", invite Beat Tschuor. Elle ne pourrait décider qu'une demi-heure avant le départ samedi si elle s'alignera ou non au géant de Sölden.

L'ombre du Covid-19

A l'aube de cette nouvelle saison, l'entraîneur en chef Thomas Stauffer a des préoccupations d'ordre logistique. "Le Covid représente toujours un défi. Vaccination, pas de vaccination, quelles sont les modalités d'entrée dans les différents pays, tout cela crée de l'incertitude", déplore-t-il. "Il faut se préparer au pire tout en espérant le meilleur".