Publié

Noël au balcon cette année ?

Cette année, le mois de décembre a commencé avec un froid glacial. [RTS - Bernard Favre]
Cette année, le mois de décembre a commencé avec un froid glacial. - [RTS - Bernard Favre]
Après une première offensive du froid, les températures devraient remonter de quelques degrés ces prochains jours. Les dernières sorties de modèles misent même sur un Noël au balcon cette année. Peut-on se fier à cette prévision? Voici les dernières analyses.

La plupart des stations de mesures de Météosuisse affichaient dimanche des valeurs au-dessous de la norme.  Exemples parmi d’autres, il a fait -20,6 degrés à La Brévine (NE) ou encore -12,9 degrés à Zurich-Kloten. Toujours à Zurich, de telles valeurs n’avaient plus été mesurées depuis le 14 février 2021. Le retour de la neige en plaine a également perturbé le trafic ferroviaire et routier.

L’avènement de conditions aussi hivernales s’explique par la trajectoire de la dépression qui a abordé la Suisse vendredi passé. D’abord positionnée au large de la Bretagne, cette dernière s’est progressivement déplacée sur le Nord de l’Italie, ce qui a provoqué une rotation des vents au Nord (ci-dessous) et fait passer de l’air de plus en plus froid vers les Alpes. A noter que la bascule a été assez soudaine : les températures ont baissé d'une dizaine de degrés en 24 heures.

Températures à 1500m (à gauche), vents au sol (au centre) et répartition des pressions (à droite) le 2 décembre 2023. [RTS - Yohhann Moraji]

Cette situation ne devrait cependant pas durer. Les courants de Sud-ouest viennent de prendre le relais en altitude (nous sommes à l’avant d’une dépression qui arrive depuis le Proche-Atlantique), ce qui va nous amener de l’air moins froid ces prochains jours. Si les modèles voient juste, nous devrions gagner entre 3°C et 5°C par rapport au week-end passé (ci-dessous).

Météogrammes pour Payerne, la Chaux-de-Fonds et Sion pour la période du 4 au 14 décembre, avec l'évolution des températures en bas de page. [ECMWF/RTS - Claudia Sauthier]

Les modèles misent sur le redoux

Selon ces mêmes modèles, les dépressions continueront de circuler sur le Nord de l’Europe la semaine prochaine, elles s’accompagneront même d’air assez doux. Exemple parmi d’autres, la prévision hebdomadaire du Centre Européen (ECMWF) montre écart positif à la norme d’environ 3°C sur la Suisse du 11 au 18 décembre (ci-dessous).

Prévisions hebdomadaire du Centre Européen (ECMWF). Ecarts à la norme entre le 4 décembre 2023 et le 1er janvier 2024. [ECMWF/RTS - Yanick Jordan]

Le phénomène n’a rien d’exceptionnel, c’est le fameux « redoux de Noël ». Il est assez fréquent en décembre. Pour la petite histoire, les redoux se produisent généralement entre le 10 et le 20 décembre. Ils peuvent durer quelques jours, parfois plus. Ils s’expliquent par la présence des courants d’Ouest ou par l’avènement de situations de foehn.

Toujours selon la prévision hebdomadaire du Centre Européen (ECMWF), une légère baisse devrait se produire pendant la semaine du 18 au 25 décembre, avec un écart positif à la norme entre 0°C et 1°C du 18 au 25 décembre. Apparemment, les conditions seront plus anticycloniques, ce qui sera moins favorables au redoux. En fin d’année en revanche, une nouvelle hausse devrait se produire.

En y regardant cependant de plus près, les indices de fiabilité sont encore assez élevés en début de semaine prochaine mais ils baissent pour les jours suivants. Certes, un scénario de redoux est assez plausible pour les journées de Noël et le passage de l’An. Mais l’évolution reste incertaine.

Nombre d’éléments montrent en effet que les équilibres sont fragiles en ce moment et que cette situation de redoux pourrait bien s’interrompre. La présence d’un anticyclone sur le Groenland n’aidera pas vraiment la circulation des courants d’Ouest sur l’Atlantique Nord (ci-dessous).

Vents à 30m et températures sur l'Atlantique Nord, prévus par le Centre Européen (ECMWF) pour le 11 décembre 2023. [ECMWF/RTS - Denise Amacher]

Le vortex polaire, qui joue un rôle important dans la tenue des courants d’Ouest dans les couches supérieures de l’atmosphère, montre également des signes de faiblesse. La moindre défaillance de sa part pourrait changer la donne de manière significative.

Bref, la prudence reste de mise...

Philippe Jeanneret

Publié