Sur nos lacs

Grand Format

RTS

Introduction

La Suisse est un pays de montagnes, mais c'est aussi un pays de lacs. On en compte plus de 1500, dont les profondeurs sont parfois méconnues. Vous découvrirez dans cette série de reportages diffusée au 19h30 des images inédites de munitions militaires qui tapissent le fond d'un lac ou encore une intubation lacustre.

Des lacs pour se baigner

Chapitre 01

RTS

C'est une demande récurrente de la population en Suisse: pouvoir se baigner dans ses lacs. Mais les accès doivent être entretenus, voire créés, ce qui a un coût plus ou moins élevé pour les municipalités et les cantons.

La réserve de la Grande Cariçaie sur le lac de Neuchâtel compte l'une des plus belles plages de Suisse romande: la plage de Gletterens, située dans le canton de Fribourg. C'est un tel succès que chaque année la commune doit se battre contre les déchets laissés par les nombreux visiteurs. Cela lui coûte 20 à 30'000 de francs par année.

Quand c'est un weekend et qu'il fait grand soleil, ça devient Rimini.

Nicolas Savoy, Syndic de Gletterens [RTS]
Nicolas Savoy, Syndic de Gletterens

L'une des plus grandes plages de Suisse se trouve à Genève, mais le chantier n'est pas encore fini. La plage des Eaux-Vives mesurera 400 mètres de long et pourra accueillir jusqu'à 800 personnes. Ce projet a nécessité un investissement de 50 millions de francs.

>> Voir le reportage:

En Suisse, la plage est indissociable des vacances d'été [RTS]
19h30 - Publié le 3 août 2020

Des lacs en manque d'oxygène

Chapitre 02

RTS

Lorsqu'un lac devient trop fertile, à cause d'engrais qui y sont déversés notamment, il peut s'asphyxier. Des algues se produisent alors en trop grande quantité et lorsqu'elles tombent au fond du lac, elles consomment tout l'oxygène pour se décomposer. Ce phénomène n'est pas nouveau. Il y a 2000 ans, les Romains d'Avenches avaient déjà étouffé le lac de Morat.

Une solution à ce problème est d'intuber les lacs. En Suisse, 3 lacs sont intubés depuis les années 1980. De l'oxygène est injecté dans des tuyaux tapissant le fond du lac et, à travers des petits trous, ils libèrent des bulles d'air qui vont se dissoudre dans l'eau.

Ce système a été installé notamment dans le lac de Hallwil, à la frontière entre Lucerne et le canton d'Argovie. Une durée de 10 ans avait été estimée pour aérer suffisamment ce lac, mais cela fait plus de 30 ans que le système est en place. Les autorités cantonales espèrent arrêter cette assistance respiratoire dans 10 à 15 ans.

>> Voir le reportage:

En Suisse, il y a trois lacs sous assistance respiratoire, dont le lac de Hallwil. [RTS]
19h30 - Publié le 4 août 2020

Des lacs comme sources d'énergie

Chapitre 03

RTS

Les lacs et leurs barrages sont d'importantes sources d'énergie en Suisse, mais avec la fonte des glaces qui s'accélère, de nouveaux moyens de production voient le jour, sur nos lacs d'altitude. En Valais, au lac des Toules, 2,4 millions de francs ont été investis pour l'installation de 1400 panneaux solaires flottants en 2019.

L'avantage est qu'à haute altitude, les panneaux produisent 50% de plus d'énergie, grâce aux UVs plus présents et à la réflexion de la neige en hiver qui augmente la production. Après 6 mois d'activité, le bilan est tellement positif que Romande Energie, à l'origine du projet, envisage d'y installer 40'000 panneaux.

>> Voir le reportage:

Des panneaux solaires ont été installés sur des lacs de barrage [RTS]
19h30 - Publié le 5 août 2020

Des lacs inondés de munitions

Chapitre 04

RTS

D'après le Département de la défense, il y a 8000 tonnes de munitions au fond des lacs suisses. Dans les années 1950 à 1970, c'était un moyen économique et pratique de se débarrasser de ces déchets dangereux. Mais ce chiffre pourrait être nettement revu à la hausse, puisque l'armée continue d'immerger des munitions de nos jours.

L'armée suisse dispose encore d'une zone de tir en plein coeur de la Grande Cariçaie, une réserve naturelle sur le lac de Neuchâtel. C'est le seul lieu en Suisse où les pilotes peuvent tirer sur des cibles mobiles. Les forces aériennes travaillent leur précision sur ce site depuis 1928. Dans les années 1950, les entraînements avaient lieu 200 jours par an, contre 10 à 12 jours ces dernières années.

En fait, il n'y a pas un mètre carré sans munition au fond de l'eau.

Lionel Rard, plongeur et président Odysseus 3.1 [RTS]
Lionel Rard, plongeur et président Odysseus 3.1

En 2020 pour chaque jour d'exercice, il y a eu 1000 à 2000 cartouches tirées. L'équipe de journalistes de la RTS a obtenu une autorisation exceptionnelle pour filmer les fonds marins de cette zone de tir avec des plongeurs, qui s'inquiètent d'une pollution en métaux lourds.

Pas de risques selon l'armée

Le Département de la défense a analysé l'eau du lac en 2015 et les normes y étaient respectées, mais le sol n'a pas été analysé, comme ce qui se fait habituellement dans les stands de tir terrestres. Par ailleurs, ces munitions d'exercice ne représentent aucun danger selon l'armée suisse, car elles ne contiennent pas d'explosif, contrairement au lac de Thoune ou au lac Léman, où des munitions immergées ont été retrouvées avec de l'explosif.

>> Lire aussi: Dans la zone de tir de Forel, "il n’y a pas un mètre carré sans munition"

Voir le reportage:

Nos lacs sont des décharges à munitions. Les pilotes des forces aériennes entraînent leur précision sur des cibles mobiles [RTS]
19h30 - Publié le 6 août 2020