Modifié le 12 août 2015 à 16:20

Tous les candidats genevois aux élections fédérales sont connus

Les sortants Robert Cramer et Liliane Maury-Pasquier font liste commune pour le Conseil des Etats.
Les sortants Robert Cramer et Liliane Maury-Pasquier font liste commune pour le Conseil des Etats. [Martial Trezzini - ]
Les listes définitives des candidats genevois à l'élection des Chambres fédérales ont été publiées mercredi. Pour le Conseil national, 178 candidats se disputent onze sièges. Ils sont dix pour le Conseil des Etats.

Les 178 candidats au Conseil national sont répartis sur 26 listes. Parmi eux se trouvent 66 femmes. Neuf membres sur onze de la députation actuelle se représentent alors que le Vert Ueli Leuenberger et la socialiste Maria Bernasconi vont quitter la Coupole fédérale cet automne.

Pour l'élection au Conseil national, les listes des Verts, des socialistes et d'Ensemble à gauche sont apparentées. A droite, les libéraux-radicaux et le démocrates-chrétiens ont également apparenté leurs listes. L'UDC et le Mouvement citoyens genevois (MCG) ont procédé de même

Apparentements PS-Verts, et PLR-PDC

Pour l'élection au Conseil des Etats, les candidats sont au nombre de 10 et figurent sur six listes. Les deux sénateurs sortants, la socialiste Liliane Maury Pasquier et le Vert Robert Cramer, briguent un nouveau mandat à la Chambre des cantons et .

Pour l'élection à la Chambre des cantons, socialistes et Verts se sont apparentés. Le PLR et le PDC ont fait de même en présentant Benoît Genecand et Raymond Loretan. L'UDC fait cavalier seul avec les conseillers nationaux Yves Nidegger et Céline Amaudruz.

Le MCG lance Eric Stauffer dans la course, alors qu'Ensemble à gauche mise sur Jean Batou et Salika Wenger. Enfin, le PBD compte sur Thierry Vidonne.

ats/mre

Publié le 12 août 2015 à 12:56 - Modifié le 12 août 2015 à 16:20

Deux tours nécessaires pour les conseillers aux Etats?

En raison du nouveau mode électoral introduit par la refonte de la Constitution genevoise, l'élection des conseillers aux Etats a de grandes probabilités de se dérouler en deux tours.

Auparavant il suffisait d'obtenir un tiers des voix pour être élu. Aujourd'hui, la majorité absolue est requise pour passer la rampe.