Publié

En streaming ou interactifs, les spectacles suisses se réinventent

Culture: les spectacles sont réinventés à l'aune du coronavirus [RTS]
Culture: les spectacles sont réinventés à l'aune du coronavirus / 19h30 / 4 min. / le 31 janvier 2021
Entre la fermeture des théâtres et des salles de concert, la culture est touchée de plein fouet par la pandémie. Mais des artistes se réinventent pour proposer des expériences interactives et originales. Tour d'horizon à Genève.

Pour lancer la saison de ses vingt ans, le Geneva Brass Quintet s'est associé à Gus&co, pour proposer "Un concert dont vous êtes le héros". Il aura fallu deux mois pour mettre au point ce concert spécial Covid sous la forme d'un streaming live d'une performance interactive. Choisir le prochain morceau ou encore résoudre des énigmes, 200 foyers romands ont assisté à ce spectacle un peu particulier.

Filmés en direct depuis une salle de spectacle vide, les musiciens s'adaptent en temps réel aux réactions du public.

Vivre l'expérience

L'idée du dispositif était de présenter une expérience musicale et interactive pour que les gens puissent, depuis leur salon, vivre et participer au spectacle. "Quand vous êtes assis dans une salle de concert, vous vivez ce concert, vous ressentez les émotions, vous ressentez les notes, la musique. Quand vous êtes dans votre salon, c'est plus compliqué", explique le coordonnateur Gus Brandys.

Lionel Walter, musicien et membre de Geneva Brass Quintet, estime que tout ce travail ne sera pas perdu. Le fait de diffuser ce spectacle en streaming live ne les empêchera pas de le présenter devant un public en chair et en os, quand la situation le permettra. "On crée quelque chose de nouveau que l'on espère pouvoir proposer à d'autres occasions", dit-il.

>> A voir aussi, le grand débat dans Forum, "Culture, comment se réinventer?":

Le Grand débat - Culture, comment se réinventer? [RTS]
Le Grand débat - Culture, comment se réinventer? / Forum (vidéo) / 20 min. / le 27 janvier 2021

Un festival en ligne

Et comme tous les arts vivants se réinventent, à Genève le festival "Go Go Go" s'est installé durant trois jours dans les locaux de la Maison des arts du Grütli et il a été organisé essentiellement par Zoom (logiciel de vidéo-conférence).

>> Lire aussi: Le Go Go Go, un vrai festival de théâtre malgré la pandémie

Pour la codirectrice du Grütli Barbara Giongo, tout cela tient plus de la volonté que du miracle, mais aussi de l'acharnement et de l'envie de faire des projets. "Les artistes ont besoin de travailler, ils ont besoin d'être sur les plateaux, de danser, de s'entraîner, de bosser. Et puis du coup nous aussi, sinon on ne sert pas à grand chose", dit-elle.

Et Nataly Sugnaux Hernandez, codirectrice, de rajouter: "finalement, on a très peu de streaming à proprement dit. Chaque artiste a essayé de travailler autrement et de trouver une alternative".

Des spectateurs aux manettes

Parmi ces alternatives proposées dans le cadre du festival "Go Go Go", il y avait aussi "Autoshow", spectacle où les spectateurs sont impliqués dans la performance en manipulant chacun un comédien, au moyen d'un smartphone fixé sur leur front.

Pour Antoine Zivelonghi, cocréateur de cette performance, un spectacle par logiciel interposé trouve tout son sens lorsque des personnes quittent la conférence Zoom en discutant d'un moment qu'ils ont vécu ensemble. "On a l'impression d'avoir réussi à créer un petit lien entre quelques inconnus qui ne se connaissent pas et qui ont vécu quelque chose ensemble. Et c'est peut-être là que réside une des forces de l'humanité, vivre quelque chose ensemble et le partager".

>> Lire aussi: La 49e édition du Prix de Lausanne se tient par vidéos interposées

Que ce soit sur un trottoir ou sur une tablette du salon, l'art continue de nous divertir et de nous bousculer. Il attend son heure pour resurgir sur scène, peut-être transformé.

Sujet TV: Julie Conti

Adaptation web: Miruna Coca-Cozma

Publié