Le Victoria Hall de Genève, une salle royale

Grand Format Musique

KEYSTONE - SALVATORE DI NOLFI

Introduction

Edifié à la fin du XIXe siècle, le Victoria Hall de Genève est réputé dans le monde entier, notamment pour son excellente acoustique. Son orgue monumental compte parmi les plus célèbres d’Europe. Retour sur l'histoire de ce haut lieu de la vie musicale genevoise.

Chapitre 1
Un mouvement européen

KEYSTONE - SALVATORE DI NOLFI

Au cours des dernières décennies du XIXe siècle, l’Europe connaît un véritable engouement pour la musique et les grandes capitales se dotent l’une après l’autre de salles de concert. Le 6 janvier 1870, Vienne inaugure le Musikverein. Paris lui emboîte le pas et ouvre le 5 janvier 1875 les portes de l’Opéra Garnier. Dix ans plus tard, le 7 février 1885, Prague voit la naissance de son Rudolfinum, tandis que le 11 avril 1888 Amsterdam accueille son premier concert au Concertgebouw.

Aussi calviniste soit-elle, Genève aime la musique et ne peut manquer de suivre le mouvement. C’est à Daniel Fitzgerald Packenham Barton que revient l’idée de construire dans la ville une nouvelle salle de concert. Diplomate britannique, il occupe entre 1888 et 1897 les fonctions de consul de Grande-Bretagne à Genève. D’origine écossaise, il est né à Edimbourg en 1850, mais vit à Genève depuis sa jeunesse.

Daniel Barton est un mélomane passionné: il dépense sans compter et consacre une grande partie de sa fortune à encourager et soutenir la musique. En 1883, il fait partie des membres fondateurs de l’Harmonie nautique de Genève avec notamment le clarinettiste Louis Bonade.

A l’automne 1889, le consul Daniel Barton lance un défi à Louis Bonade: si l'Harmonie nautique peut interpréter la sixième Symphonie de Beethoven, la "Pastorale", alors il lui construira une salle de concert. Le clarinettiste accepte le défi et demande aussitôt à un ami, Bernard van Perck, de lui écrire une transcription pour harmonie de la partition. Un concert est organisé au Grand Théâtre devant un public conquis. Dès lors, Barton est contraint de tenir sa promesse. Le 18 octobre 1891, il fait poser la première pierre du futur Victoria Hall, ainsi nommé en hommage à Sa Majesté Victoria, reine d’Angleterre.

>> A écouter, l'émission "L'oreille d'abord" consacrée à l'histoire du Victoria Hall de Genève :

Vue general de la scene du Victoria Hall ou l'Orchestre de la Suisse Romande (OSR) fait sa premiere repetition sur la nouvelle scene, ce lundi 8 janvier 2007 a Geneve. Bijou des salles de concerts genevoises, le Victoria Hall rouvre ses portes mardi, apres huit mois de travaux. La scene, entierement repensee, a ete aplanie et peut accueillir un orchestre symphonique standard, soit environ 125 musiciens. Des ponts mobiles permettent une grande flexibilité avec plusieurs dispositions possibles en fonction des formations. Les musiciens ne seront pas les seuls a profiter de la renovation du Victoria Hall. Les spectateurs n'ont pas ete oublies. Les sieges, notamment ceux des galeries, ont ete rehausses et avances. ()

Photo rachetée le 9.10.2018 pour illustrer le "Concert du mercredi" sur Espace 2.
Photo rachetée le 04.12.2018 pour MPM RTSCulture (banner) [Keystone - Salvatore Di Nolfi]Keystone - Salvatore Di Nolfi
L'oreille d'abord - Publié le 12 février 2024

Chapitre 2
Inauguration reportée

AFP - HAUSER PATRICE

Les architectes prévoient trois ans pour mener à bien la construction. Mais celle-ci prend plus de temps que prévu, de sorte que l'inauguration de la salle doit être reportée six ou sept fois.

Cela ne manque pas d’exciter la verve caustique des Genevois qui font du Victoria Hall le principal objet de leur moquerie, écrit François Hudry dans une plaquette souvenir réalisée en 1987. Dès lors, Henri Christiné, compositeur d’opérettes et de chansons à succès, s’empare de l’affaire et la tourne en dérision dans le prologue d’une de ses fameuses revues de l’époque:

Mesdames et messieurs, la salle n’étant pas tout à fait terminée, l’inauguration ne peut avoir lieu aujourd’hui. Il reste encore 4823 mètres de peinture à achever, le plafond n’est pas fini, la cérémonie est renvoyée à quelques jours ! 

Henri Christiné

Le Victoria Hall est inauguré le 28 novembre 1894 dans un climat bon enfant. Un grand concert est donné par l’Harmonie nautique, récipiendaire de la salle, sous la direction de son chef Louis Bonade. L’Orchestre du Grand Théâtre, renforcé de professeurs et d’amateurs distingués, complète les rangs tandis que les chœurs de la ville s’associent à la soirée.

Le Victoria Hall de Genève. [CC-BY-SA - Romano1246]
Le bâtiment du Victoria Hall, à Genève. [CC-BY-SA - Romano1246]

Le clou de ce concert inaugural est la création mondiale de la Troisième Symphonie pour orchestre et orgue que l'organiste et compositeur français Charles Marie Widor compose tout spécialement pour l’occasion. L’œuvre est dédiée à Daniel Barton, généreux donateur de la salle. L’événement est salué jusqu’à Paris. 

Chapitre 3
Une salle devenue incontournable

KEYSTONE - SALVATORE DI NOLFI

Dès son inauguration, la salle du Victoria Hall est appréciée pour son acoustique exceptionnelle. Les concerts classiques s'y multiplient, de sorte qu’en 1904, Daniel Barton décide d’offrir le Victoria Hall à la Ville de Genève.

La façade du Victoria Hall de Genève. [AFP - BRINGARD DENIS]
La façade du Victoria Hall de Genève. [AFP - BRINGARD DENIS]

Le 29 mars 1915, la salle accueille pour la première fois un jeune chef d’orchestre vaudois dont on dit le plus grand bien, Ernest Ansermet. Il vient diriger l’Orchestre des concerts d’abonnements. Trois ans plus tard, il porte sur les fonts baptismaux l’Orchestre de la Suisse romande (OSR), avec lequel il donne son premier concert le 30 novembre 1918. Cette date marque le début de l’attachement de l'OSR avec le Victoria Hall. Il n'est pas sa salle attitrée, mais représente un peu le port d’attache de l'orchestre.

L’histoire du Victoria Hall est marquée par un important incendie qui détruit en grande partie le décor intérieur le 16 septembre 1984. La Ville décide alors de restaurer le bâtiment et l’inscrit à l’inventaire cantonal des monuments dignes d’être protégés.

>> A voir, un sujet du "TJ midi" du 16 septembre 1984 sur l'incendie du Victoria Hall :

L'incendie a pris sur le podium et a ravagé la salle du Victoria Hall.
TJ midi - Publié le 16 septembre 1984

Le renouvellement des médaillons du plafond, dévorés par les flammes, est confié au peintre Dominique Appia. L'artiste reproduit sur le plafond de la salle toutes les personnalités liées à l’histoire de l’édifice, Ansermet, en tête. Chaque détail qui le constitue est un petit chef-d’œuvre, et, comme on peut le lire sur le site internet de la salle, la sobriété n’est pas au rendez-vous! Mais il faut ce qu’il faut pour faire de cette salle un lieu royal…