Modifié

Christophe Calpini, insatiable explorateur sonore

Le musicien et producteur romand Christophe Calpini. [Claude Dussez - christophecalpini.com]
Christophe Calpini, terrassier sonore / L'écho des pavanes / 34 min. / le 25 mai 2020
Un an après un album personnel exploratoire, le musicien et producteur vaudois Christophe Calpini qui a travaillé notamment avec Alain Bashung, publie "OKT4V". Un projet collaboratif avec plusieurs artistes, dont Erik Truffaz et Rodolphe Burger.

Batteur, musicien et producteur, Christophe Calpini fomente depuis plus de vingt ans des projets en Suisse et ailleurs, du hip-hop de Silent Majority à l'électronique de Mobile in Motion et au jazz-électro de Stade au côté de Pierre Audétat, en passant par le soul-rock de Dog Almond. Sans compter ses collaborations avec Alain Bashung, Rodolphe Burger, Erik Truffaz, Oy, Pascal Auberson ou Marc Ribot.

Sorcier sonore aussi minutieux qu'inspiré, ce Vaudois hyperactif de 50 ans aime sculpter la matière sonore et expérimenter, à l'image de "OKT4V", album aux reliefs multiples finalisé à Pâques mais dont les morceaux ont été imaginés sur les trois ou quatre dernières années.

Un enregistrement qui, un an après son dernier album personnel exploratoire "Motion Sickness", rassemble des collaborations avec plusieurs chanteurs et musiciens. On y retrouve notamment Lyn M, chanteuse genevoise de Elvett, le trompettiste franco-suisse Erik Truffaz et le chanteur français Rodolphe Burger avec qui Calpini est d'ailleurs en train de travailler pour un nouveau projet à venir.

>> A voir, le clip de "The Bug":

Indispensable homme de l'ombre

"J'ai encore une quarantaine de morceaux qui attendent, dorment dans mes tiroirs (...) Publier cet album me déleste un peu et me permet de travailler sur d'autres choses. J'ai par contre besoin d'être au calme et concentré pour finaliser le mixage d'un album, pour ne pas me perdre en route", précise un Christophe Calpini qui songe même à publier tous les deux mois de nouveaux morceaux pour se débarrasser de ses stocks.

Récipiendaire du Prix Suisse de musique voilà trois ans, Christophe Calpini n'aime rien moins que jouer les indispensables hommes de l'ombre derrière ses machines et instruments. Adepte des mélanges de sons synthétiques et concrets, il préfère "que les choses ne soient pas évidentes, de dissimuler les sons et chercher d'autres traitements sonores et textures, de rendre les choses plus complexes musicalement".

Ce parti pris affleure au fil de "OKT4V" dont les compositions crépitent, grondent, craquellent, hoquettent ou vrombissent en contrepoint des voix féminines et masculines invitées qui jouent aussi les atmosphéristes. Cet album de pur producteur, très cohérent et plein de profondeurs sonores, charrie des cordes et vinyles trafiqués, des incessants jeux d'ombres et de lumières en même temps qu'une science hybride de l'analogique couplé au numérique.

Interview: Benoît Perrier

Texte et adaptation web: Olivier Horner

Christophe Calpini, "OKT4V" .

Publié Modifié