Modifié

"Où la chanson va" de Sébastien Ménestrier, la musique et ses fictions

L'écrivain Sébastien Ménestrier. [DR - Estelle Colin]
Entretien avec Sébastien Ménestrier, auteur de "Où la chanson va" / QWERTZ / 27 min. / le 8 juin 2023
Happé par la vie ou les chansons de neuf artistes inspirants, Sébastien Ménestrier leur invente avec "Où la chanson va" des destins de fiction, d’une grande sensibilité humaine et musicale. Souverain.

Pianiste, compositeur, enseignant, écrivain, Sébastien Ménestrier a été "choisi" par des destins de musiciennes et de musiciens écorchés. "Où la chanson va" raconte neuf instants de vie de gens de musique qui entrent dans le palais des glaces de l'auteur, comme dans un rêve.

Rédemption par la fiction

Le point de départ est une chanson, elle correspond à une époque, une épreuve vécue par chacun des neuf artistes. Sébastien Ménestrier se saisit dès lors de ce personnage pour lui accorder une résolution - une rédemption peut-être - au travers d'une nouvelle histoire faite de moments intenses, de sensibilité violentée, de résolutions réalisées, re-visitées.

Si le musicien, comme dans le chapitre inspiré par Babx, est de ceux qui ont vécu les affres de l'industrie de la musique par des concours idiots et populistes qui écrasent les volontés d'être soi-même, Sébastien Ménestrier lui invente un chemin de vie meilleur, en prenant soin de sa personne vraie. L'auteur nous explique dès le prologue que la musique, elle, ne fait pas mal.

J’ai commencé ces histoires où elle [la musique] serait là, je l’ai suivie, et ces histoires m’ont ramené au danger. C’est lui que mes personnages affrontaient. On ne sait jamais avec le danger si on va s’en tirer. On ne peut que marcher et prier. Alors j’ai été à leurs côtés pendant qu’ils marchaient et priaient, j’ai comme eux marché et prié. Je m’en suis tiré.

Sébastien Ménestrier dans "Où la chanson va"

Ces contes ne sont pas des biographies ni des évangiles. L'auteur emprunte à la chanson et à l'artiste réel qui l'a inspiré les éléments nécessaires afin de le transfigurer et en faire le personnage idéal de son récit. Puis arrivent les seconds rôles, parfois le narrateur ou la narratrice, celles et ceux qui feront écho aux dédales vécus par l'artiste principal, lumière au bout du labyrinthe, mains tendues, cœurs tendus, amis et amies.

La couverture du livre "Où la chanson va" de Sébastien Ménestrier. [Editions Zoé]

Sébastien Ménestrier les a forgés avec soin, eux aussi, à l'image de cette dramaturgie symbolique du clown blanc et du clown auguste, mettant en évidence les clefs invariables de la comédie humaine. Sauf que l'auteur malmène tel un virtuose du jazz l'essence de ce rapport entre "rigueur" et "folie", mais avec douceur.

L’art de transmettre

Nina Simone, Béla Bartok, Amy Winehouse, Ira Gershwin, pour ne citer qu'eux. Toutes les époques, tous les styles ouvrent l'imaginaire de Sébastien Ménestrier, lui qui est aussi musicien, pianiste, compositeur, amoureux de jazz, de chanson, de sens peut-être tout simplement, avec ou sans mots. Par ailleurs, l'auteur enseigne dans l'école publique, à Besançon (F) où il habite. Il convie ses élèves de huit à dix ans aux leçons de choses en forêt autant qu'à la musique ou aux ateliers d'écriture.

Il y a dans le récit de "Où la chanson va" une force bienveillante et narrative connectée à une volonté quasi alchimique de combattre cette anxiété qui finit toujours par se dissoudre. Grâce à la musique, grâce à l'écriture.

Ivor Malherbe/aq

Sébastien Ménestrier, "Où la chanson va", éditions Zoé. L'auteur a assemblé les chansons qui ont inspiré les neuf chapitres sur YouTube.

Vous aimez lire? Abonnez-vous à QWERTZet recevez chaque vendredi cette newsletter consacrée à l'actualité du livre préparée par RTS Culture.

Publié Modifié