Publié le 22 mai 2020 à 11:40

Un conte de Peter Bichsel revu à la sauce Bolo

Une illustration d'Anne Weber du Bolo Klub.
Interview de Ruth Gantert à propos du travail du Bolo Klub QWERTZ / 7 min. / le 20 mai 2020
Le Bolo Klub, association de jeunes illustrateurs de livres pour la jeunesse, s’inspire dans le cadre des Journées littéraires de Soleure d'un petit conte de l’auteur alémanique Peter Bichsel, tout juste réédité.

C’est l’histoire d’un employé des Chemins de Fer Fédéraux, attablé au buffet de la gare, une bière à la main. L’homme pense, et son front surdimensionné traduit l’intensité de ses réflexions. Arrive un jouvenceau, ferronnier d’art, qui engage un dialogue avec lui au sujet du métier d’artiste, des sentiments de Gottfried Keller et d’une maxime célèbre. Par trois fois, le jeune homme prend en défaut la logique des réponses de son aîné, qui admet simplement: “Das stimmt!” (c’est juste!).

Cette saynète, modeste et ironique, constitue les "Trois défaites du penseur" (Die drei Niederlagen des Denkers), un conte que Peter Bichsel publie en 1969 dans un journal alémanique.

Une exposition en ligne

Fraîchement réédité au sein de l’anthologie "Auch der Esel hat eine Seele" (Ed. Suhrkamp), la nouvelle a été confiée aux illustratrices et illustrateurs du Bolo Klub. Un collectif dédié à l’émergence des nouveaux talents dans le domaine du livre illustré.

Inspirées de Bichsel, leurs images devaient faire l’objet d’une exposition visible au Künstlerhaus S11 de Soleure, pendant les Journées littéraires. Pandémie de coronavirus oblige, le festival n’existe en 2020 que sous une forme virtuelle. Et les illustrations du projet sont à découvrir sur une page dédiée, "L’espace de résonance", destiné à accueillir d’autres déclinaisons artistiques du texte de Peter Bichsel.

Figure majeure des lettres suisses, l’écrivain soleurois est un habitué des Journées littéraires, dont il fut un membre fondateur. Ruth Gantert, membre du comité du festival et directrice de la revue Viceversa Littérature, analyse ainsi le potentiel visuel des historiettes de Bichsel: "Il y a toujours un élément très concret dans son écriture, une situation compréhensible, y compris pour de jeunes lecteurs. Très souvent, comme ici, nous assistons à une conversation entre deux personnes, qui sont décrites avec de nombreux détails visuels".

Nouveau Prix suisse dédié au livre jeunesse

A la fois mélancoliques et cocasses, ironiques et absurdes, les récits de jeunesse de Bichsel ont tout pour séduire un nouveau public. Celui du Bolo Klub, par exemple. Créé en 2018 à la Haute école d’art et de design de Lucerne, ce collectif a compté dans ses rangs, à titre de mentors, des grands noms de la scène suisse comme Albertine, Tom Tirabosco ou Adrienne Barman. Et si Bologne et sa foire internationale du livre jeunesse a été sa première scène (d’où son nom), l'association orchestre désormais des rencontres plus régulières, dans différentes manifestations livresques.

Déjà visibles sur le site des Journées littéraires de Soleure, les illustrations inspirées de Bichsel, faisant appel à une palette variée de techniques, seront mises en vente pendant les journées officielles du festival, du 22 au 24 mai. Avec, en contrepoint, la première cérémonie d’un nouveau Prix suisse dédié au livre jeunesse, à suivre sur internet le samedi 23 mai à 15h. L’invité du festival, Peter Bichsel sera, quant à lui, en conversation live le vendredi 22 mai à 17h.

Nicolas Julliard/aq

Peter Bichsel, "Auch der Esel hat eine Seele", publié en allemand aux éditions Suhrkamp.

Vous aimez lire? Abonnez-vous à QWERTZ et recevez chaque vendredi cette newsletter consacrée à l'actualité du livre préparée par RTS Culture.

 

Publié le 22 mai 2020 à 11:40