Publié

Soleure, un festival littéraire confédéral devenu virtuel

Les Journées Littéraires de Soleure ont lieu de manière virtuelle cette année. [Anthony Anex - Keystone]
Les Journées Littéraires de Soleure / Musique matin / 5 min. / le 19 mai 2020
Depuis 42 ans, les Journées littéraires de Soleure s’imposent chaque week-end de l’Ascension comme le carrefour helvétique de la création littéraire, au croisement des langues. Pour la première fois, l’édition 2020 est virtuelle sous une forme complètement inédite.

En 1978, les fondateurs du festival de Soleure n’imaginaient évidemment pas qu’un jour une pandémie mondiale bouleverserait leurs rencontres littéraires nées dans la douceur des bords de l’Aar.

"L’idée principale des fondateurs était de créer un lieu de rencontres où les auteurs viendraient présenter et discuter leurs textes avec leurs confrères en échangeant avec le public", affirme Reina Gehrig, jeune trentenaire qui dirige la manifestation depuis 2013. Car insiste-t-elle, "il s’agit d’un festival d’auteurs, non d’un salon ou d’une foire où les éditeurs viennent vendre leurs dernières parutions". Nuance…

Un multilinguisme stimulant

Dès les origines, Soleure s’est voulu un carrefour entre les quatre régions linguistiques de la Suisse où, comme au Palais Fédéral, chacun parle sa langue. Formidable transposition du fédéralisme politique sur la scène littéraire! Mais pour raconter la Suisse, encore faut-il se confronter à la mondialité. Peu à peu s’est imposée l’idée d’y inviter des auteurs étrangers qui découvrent parfois avec étonnement un multilinguisme stimulant. Cette année, Pierre Michon, Asli Erdogan et Sandro Veronesi devaient assister aux Journées.

Nés de cette diversité des langues, les événements liés à la traduction littéraire occupent une place importante dans la programmation voulue par Reina Gehrig. Grâce à des ateliers ou à des joutes prenant un caractère plus ludique, l’idée s’affirme peu à peu que le traducteur n’est pas un écrivain de l’ombre, mais un créateur au même titre que l’auteur.  

S’il est un héritage que l’actuelle directrice laissera à son successeur dès l’année prochaine, c’est bien son goût pour la performance, ce que certains nomment le spoken word. Aborder un texte en le faisant résonner, par la voix et la musique, ou le prolonger par la danse, une tendance dans l’air du temps, au cœur des Journées de Soleure.

Une édition virtuelle

En mars, juste avant que les mesures sanitaires de rigueur ne soient imposées par les autorités, le comité d’organisation a décidé que l’édition 2020 serait virtuelle.

Un report ou une annulation n’ont jamais été envisagés car il est important de faire vivre les livres parus ce printemps et de rémunérer les auteurs pour leurs prestations.

Reina Gehrig, directrice des Journées Littéraires de Soleure

Ainsi, cette 42e édition se fait en deux temps. Depuis le 14 mai, les écrivains sont invités à déposer des textes de formes diverses, des vidéos ou autres contributions sonores sur une plateforme dédiée, nommée le "Livre de bord". Le Romand Daniel de Roulet, qui s’est dit sceptique face à une édition numérique du festival, y a pourtant déposé plusieurs textes dont un "Manifeste pour une Nouvelle Utopie Littéraire". En dix mesures radicales, l’auteur redessine la chaîne du livre en adoptant les règles du néolibéralisme le plus outrancier. Un pamphlet sarcastique qui préfigure ce que pourrait devenir le livre dans le fameux "monde d’après " dont personne ne sait à quoi il ressemblera.

Des événements placés sur l'ici et maintenant

Dans un second temps, les Journées auront lieu comme prévu pendant le week-end de l’Ascension, du vendredi au dimanche, en respectant le plus possible la programmation initiale. Les rencontres et les performances seront proposées par le biais numérique, en direct, à une heure précise. "Le public pourra entrer dans les lieux virtuels, assure Reina Gehrig, pour certaines rencontres il faudra réserver, mais une fois l’événement terminé, il n’y aura pas moyen de le revoir en ligne". Cet accent placé sur l’ici et maintenant marque la différence avec d’autres manifestations culturelles virtualisées, disponibles en streaming.

>> A écouter: Entretien avec Reina Gehrig, directrice des Journées Littéraires de Soleure

Reina Gehrig, directrice des Journées littéraires de Soleure. [Marco Frauchiger - DR]Marco Frauchiger - DR
Entretien avec Reina Gehrig, directrice des Journées Littéraires de Soleure / QWERTZ / 13 min. / le 19 mai 2020

Contrairement à Daniel de Roulet qui ne participera pas aux rencontres en direct, la directrice affirme que les autres auteurs n’ont pas remis en question leur participation au festival. Une vraie performance pour cette jeune femme qui remet son mandat avec une édition complètement bouleversée et inédite.

Jean-Marie Félix/aq

"Les Journées Littéraires de Soleure", du 22 au 24 mai 2020

Vous aimez lire? Abonnez-vous à QWERTZ et recevez chaque vendredi cette newsletter consacrée à l'actualité du livre préparée par RTS Culture.

Publié