Modifié le 18 septembre 2019 à 16:27

Les parcours de vie des travailleuses du sexe racontés en bande dessinée

La couverture de la BD "Putain de vies!" de Muriel Douru.
"Putain de vies!"… Nectar / 37 min. / le 17 septembre 2019
Avec son roman graphique "Putain de vies!", l'illustratrice et autrice Muriel Douru a voulu montrer la multiplicité des parcours qui mènent à une profession pas comme les autres. Un sujet polémique rarement traité en BD.

"Putain de vies!" propose le portrait d'un homme, de deux transgenres et de sept femmes venant de France, de Chine, de Roumanie, d'Afrique ou d'ailleurs qui sont devenus à un moment donné de leur vie des travailleurs et travailleuses du sexe dans la région parisienne.

Aucune fiction, mais des histoires vraies, des histoires dures, faites de violence et d'abandon pour la plupart. Des récits qui débutent dans le présent avant de plonger dans le passé et l'enfance des protagonistes, permettant ainsi de comprendre le choix, voulu ou forcé, d'une profession pas comme les autres.

Dépasser les clichés

Une manière aussi de rendre compte de la diversité des parcours de vie de ces hommes et femmes. "Trop souvent ce métier est ramené à un seul parcours, une seule issue. Ce livre montre la pluralité. On peut enfin parler de métiers du sexe et de prostitutions au pluriel", explique à la RTS Sandrine Devillers, directrice adjointe de l'association lausannoise Fleur de pavé, une institution défendant les droits des travailleurs/travailleuses du sexe.

Ce projet de bande dessinée a été initié par Médecins du Monde France et par Paloma, une association de santé communautaire pour les travailleurs/travailleuses du sexe dans la région de Nantes. Dans la postface de l'ouvrage, Médecins du Monde France explique: "Le débat autour de cette question dans les médias est trop souvent résumé, simplifié, voire caricaturé, alors qu'il s'agit de parcours et de situations multiples".

Ils ont alors approché l'illustratrice et autrice française Muriel Douru. Spécialisée dans le dessin engagé, elle avait déjà dessiné pour les enfants la réalité de l'homosexualité ("Dis... MamanS", 2003). Et la bande dessinée avait l'intérêt de pouvoir raconter complètement l'intimité de ces travailleurs et travailleuses du sexe tout en préservant leurs visages et leurs noms.

>> A voir: quelques planches de la BD: "Putain de vies!"

Sans misérabilisme ni parti pris

Durant une année et demie, Muriel Douru a ainsi mené l'enquête dans la région parisienne en se joignant aux maraudes, soit ces tournées que font les associations la nuit en allant à la rencontre des prostituées qui sont dehors. "Le plus souvent ce sont des migrantes que l'on rencontre sur les trottoirs. Des rencontres très succinctes, mais chaleureuses", se rappelle l'autrice.

Par la suite, Médecins du Monde France lui a permis de recueillir d'autres témoignages. "J'ai passé environ 3 heures en tête à tête, parfois avec une traductrice". Je leur faisais raconter leur vie, ce qui les surprenait parfois".

L'autrice a fait du récit qu'on lui confiait une bande dessinée de quelques pages. D'abord des croquis qu'elle faisait valider par son éditeur, par Médecins du Monde et par le témoin. Au final, dix parcours de vies sont réunis dans "Putain de vies!" qui, comme le titre le laisse présager, racontent la prostitution au quotidien de manière brute et sans tabou. Mais surtout sans misérabilisme ni parti pris.

Une parole souvent niée

Même si ça n'a pas été facile de les convaincre au départ, Muriel Douru pensait devoir faire face à plus de réticence et à plus de difficultés pour obtenir des informations de la part de ces hommes et femmes qui sont pour la plupart dans la survie et dans la clandestinité depuis très longtemps. Mais la parole se libérait rapidement pour ceux et celles à qui l'on donne si peu la chance de s'exprimer.

"Leur parole est niée et n'existe pas dans les médias parce qu'elles sont très difficiles à filmer ou à photographier. Très stigmatisées, elles préfèrent le plus souvent rester dans l'anonymat", explique l'autrice.

Ovidie, ancienne actrice porno désormais réalisatrice et militante l'exprime sans détour dans la préface de l'ouvrage: "Trop pute pour être une bonne mère, trop pute pour être digne d'être aimée, trop pute pour se reconvertir, trop pute pour que la famille n'ait pas honte, trop pute pour louer un appartement, trop pute pour que les diplômes et qualifications soient aussi reconnus que ceux des autres candidates ; trop victime pour être écoutée, trop instable pour être digne de confiance, trop incapable de se "déconstruire" pour pouvoir prendre la parole, trop complice du patriarcat pour militer. Comment parvenir à trouver sa place lorsque tout le monde nous renvoie une image si navrante? Comment faire entendre ses droits lorsque l'ensemble de la société nous demande de baisser les yeux? Ce sont tous ces préjugés qui nous condamnent à l'isolement et qui nous affaiblissent, que l'on soit actrice porno blanche ou migrante sans papier dans la rue".

"Putains de vies!" permet ainsi de rendre visible le vécu d'une profession sur laquelle on légifère, on réglemente, dont on parle beaucoup et sur laquelle chacun et chacune a son avis, mais dont on n'écoute finalement que trop peu les principales et principaux concernés.

Sujet radio: Marlène Métrailler

Adapatation web: Andréanne Quartier-la-Tente

"Putain de vies!", de Muriel Douru (La Boîte à Bulles/Médecins du monde, août 2019).

Publié le 18 septembre 2019 à 15:59 - Modifié le 18 septembre 2019 à 16:27