Modifié le 22 octobre 2019 à 20:51

"Madame", l'émouvante histoire d'un coming out en milieu bourgeois

Rendez-vous culture: Stéphane Riethauser présente son film "Madame"
Rendez-vous culture: Stéphane Riethauser présente son film "Madame" 12h45 / 11 min. / le 22 octobre 2019
"Madame" raconte l'extraordinaire relation entre une grand-maman et son petit-fils, tous deux en lutte contre la société patriarcale. Le très beau documentaire de Stéphane Riethauser sort en avant-première ce mardi soir à Genève.

"Madame", c'est l'histoire de la relation entre une grand-maman et son petit-fils, issus d'une famille bourgeoise genevoise. Tous les deux se livrent sur leur difficulté d'entrer dans les rangs. D'un côté, une femme née à la fin du 19e siècle qui deviendra femme d'affaires accomplie tout en luttant contre une société patriarcale. De l'autre, un garçon attiré par les garçons qui luttera pour assumer et dire son homosexualité, dans une société hostile aux gays.

Le film de Stéphane Riethauser est vainqueur de la compétition internationale et du Prix du Jury au festival du film documentaire de Madrid, prix du jury au festival du film documentaire de Buenos Aires, présenté Visions du Réel, puis Locarno...

>> A voir, la bande annonce du film:

 

Un film comme une belle lettre d'amour

Dans "Madame", le réalisateur s'adresse à sa grand-mère décédée, dont il était très proche. "C'est une lettre d'amour à cette femme exceptionnelle, dont la carrière m'a beaucoup inspirée, dont l'amour m'a couvé aussi tout au long de mon enfance. Dans ce film, je lui dis les choses que je n'ai pas pu lui dire de son vivant: tout ce qui concerne la sexualité, tout ce qui est de l'ordre de l'intime qui est toujours très difficile d'aborder avec une grand-maman", explique Stéphane Riethauser à la RTS.

Le succès est au rendez-vous pour ce documentaire. Après les prix déjà reçus, il sera bientôt présenté à New York, à Taïwan et Montréal. Le film reçoit par ailleurs un magnifique accueil chez les jeunes gays qui se retrouvent dans ce film, même si ce n'était pas le but premier pour le réalisateur. "Il est important d'avoir des images auxquelles on peut s'identifier, des modèles. Moi, ça m'a manqué durant mon adolescence. Aujourd'hui, la situation évolue: les gays, les lesbiennes, les personnes transgenres sont beaucoup plus présentent dans les médias, dans le cinéma, dans la fiction comme dans la réalité. Il faut s'en réjouir parce que ça représente la véritable diversité de notre société".

>> A voir, l'interview du réalisateur dans le 12h30:

Stéphane Riethauser, cinéaste.
-
L'invité du 12h30 - Publié le 21 octobre 2019
 

Le modèle du père

Dans le documentaire de Stéphane Riethauser, il y a sa grand-mère, mais aussi son père. Un père qui l'a beaucoup aimé, influencé, guidé. "Il m'a transmis ces valeurs masculines qui excluaient souvent une forme de faiblesse, de délicatesse, de tendresse, de grâce", explique le réalisateur. Un modèle de père qui ne lui a pas permis d'exprimer son "amour des garçons".

"Madame", c'est donc aussi un film en forme de manifeste, un film progressiste, un film féministe, humaniste, profondément intimiste aussi. Un film dans lequel on apprend que Stéphane Riethausera a vécu dans la peur de ne pas être un homme. La peur aussi de décevoir ses parents, sa grand-mère. Le réalisateur fait son coming out à 22 ans. Il est très vite accepté par sa famille et surtout sa grand-mère qui a été d'un grand soutien.

Après, j'ai décidé de ne plus me cacher, pour essayer de briser ce tabou et cette invisibilité qui entourent l'homosexualité.

Stéphane Riethauser, réalisateur

Stéphane Riethauser est aussi l'auteur du livre "A visage découvert", un recueil de portraits photographiques sur le coming out sorti en 2000. Il a mis beaucoup de temps à penser, réaliser et produire "Madame" qui sort dès ce soir dans les salles romandes.

Propos recueillis par Yves Zahno

Adaptation web: ld

Avant-première de "Madame" en présence du réalisateur Stéphane Riethauser, Cinéma Bio, Carouge, ma 22 octobre à 20h30.

Publié le 22 octobre 2019 à 15:55 - Modifié le 22 octobre 2019 à 20:51