Modifié le 27 novembre 2017 à 15:58

Les émojis mettent-ils notre langue en péril?

L'utilisation des émojis est globalement positive et fascine les linguistes.
L'utilisation des émojis est globalement positive et fascine les linguistes. [Xuejun li - Fotolia]
Les smileys qui rient, qui envoient des bisous ou font un clin d'oeil ont envahi notre communication quotidienne. Pour certains, cela semble préoccupant.

Fallait-il vraiment faire le film "Le monde secret des émojis" sur le sujet? Nous sommes littéralement envahis par les smileys jaunes qui font un clin d'oeil, rient ou portent des lunettes de soleil, ainsi que par les petits coeurs et différents pictogrammes représentant des objets.

Chacun a son avis sur la question et certains craignent que nos enfants ne finissent par en oublier l’usage de la langue. Mais pourquoi cette peur? En fin de compte, tout a commencé avec les hiéroglyphes égyptiens il y a plus de 3000 ans.

La langue écrite, instrument de la tolérance zéro

"Il n’y a rien d’étonnant à ce que l’on évoque la déliquescence de la langue", écrit Christa Dürscheid, directrice de l’institut de la langue allemande à l'Université de Zurich, dans son livre "Schreiben digital" ("L’écriture numérique") aux éditions Kröner.

D'après l'auteure, nous sommes beaucoup moins indulgents envers les erreurs commises à l'écrit qu'à l’oral. Christa Dürscheid avance également que nous utilisons fréquemment des émojis pour remplacer un mot. Faut-il en conclure que notre langue est de plus en plus imagée?

"Les images sont toujours polysémiques, alors que la langue se veut sans équivoque, dans la mesure du possible", explique Anatol Stefanowitsch, linguiste et enseignant-chercheur à l’Université libre de Berlin qui traite souvent des émojis dans ses publications.

Entre-temps, certains ont même essayé de traduire la Bible en émojis. Le "Moby Dick" d'Herman Melville, lui, est paru sous le titre "Emoji Dick". Mais quiconque essaie sérieusement de déchiffrer le texte s’apercevra bien vite que le sens est obscur et la plupart du temps incompréhensible.

>>A lire: Et l'homme créa la Bible en émoticônes

Une aubergine pour un pénis, une pêche pour un postérieur

Parmi les plus de 2600 symboles, nombre d’entre eux ont plusieurs significations. Les plus fréquemment utilisés sont les smileys faisant un clin d'oeil ou envoyant des bisous ainsi que les cœurs. On les place la plupart du temps en fin de phrase pour compléter le sens du texte.

>> A écouter: "Moi parler émoji" dans Vertigo

Une série d'émoticônes.
DigiClack - Fotolia
Vertigo - Publié le 14 septembre 2016

La signification des émojis représentant des objets, en revanche, n’est pas toujours évidente. La petite crotte marron incarne la chance au Japon. Aux États-Unis, l'aubergine, ambiguë, peut représenter le pénis, tandis que la pêche symbolise le postérieur.

Les émojis: une utilisation qui a ses raisons

La plupart des émojis reproduisant des objets ne sont pas là pour remplacer des mots, mais pour faire écho au message. Les pictogrammes représentant un café et un gâteau placés à la fin de la phrase "Passe à la maison, j'ai fait un gâteau" n’ajoutent rien à ce qui est déjà écrit. D'où l’impression que les émojis sont utilisés de manière très descriptive.

"Dans la communication, les gens ne font rien par hasard", déclare Anatol Stefanowitsch. L'image signale au destinataire si le message est important ou s'il peut être lu plus tard et ce, sans qu'il soit nécessaire de lire le texte. "Dans la communication écrite en temps réel, le destinataire reçoit une indication de la situation dans laquelle je me trouve", rajoute-t-il.

Un verre de lait comme symbole d’appartenance à une race

Les émojis sont de plus en plus souvent utilisés pour décrire l'identité ou l'appartenance. Tout un chacun peut demander un nouvel émoji au Consortium Unicode. C’est ainsi qu'il existe depuis peu un émoji représentant une musulmane voilée. S'agit-il d'être politiquement correct?

Pour Anatol Stefanowitsch, il y a bien un danger. "En Allemagne, 70% des musulmanes ne portent pas le voile. Quels émojis vont-elles donc utiliser? Si nous réduisons des groupes déjà marginalisés à certains stéréotypes, ceux qui ne se retrouvent pas dans ces clichés ne se sentent-ils pas doublement exclus?"

Quoi qu'il en soit, les revendications identitaires à travers les émojis connaissent un étrange succès. Par exemple, il fut un temps où les membres de l'extrême droite américaine inséraient un verre de lait dans leur nom d’utilisateur. À cause de l'idée erronée selon laquelle les Asiatiques et les Africains présenteraient une intolérance génétique au lactose.

Le verre de lait, censé indiquer l'origine blanche ou aryenne de l’expéditeur du message, a entre-temps été remplacé.

>> A voir: "Les linguistes s'emparent de la tendance des "émoticônes" dans le 19h30

Les linguistes s'emparent de la tendance des "émoticônes"
19h30 - Publié le 04 février 2015

L’émoji, langue universelle

Ces dérives mises à part, l'utilisation des émojis est globalement positive et fascine les linguistes. D’après la rumeur, les émojis auraient le potentiel de devenir une nouvelle langue mondiale.

"Si c’est le cas, il faudra commencer par clarifier leur sens", souligne Anatol Stefanowitsch. "L’étape suivante consisterait à leur créer une grammaire, à définir quand ils jouent le rôle de sujet ou de verbe, etc."

Toujours est-il que les émojis n’ont pas vocation à servir la communication orale. Il semblerait donc que la langue ne soit pas en danger de disparition et que les émojis ne soient pas près de devenir un langage universel.

Uta Kenter (SRF)/mh/mcc

> Emission: SRF 1, Kulturplatz, 15.11.2017, 22 h 25

> Références: Christa Dürscheid et Karina Frick, "Schreiben digital. Wie das Internet unsere Alltagskommunikation verändert", Kröner, 2016 ("L’écriture numérique. Comment Internet modifie notre communication quotidienne")

Publié le 27 novembre 2017 à 09:54 - Modifié le 27 novembre 2017 à 15:58

Unicode

Unicode est un standard international visant à donner un code numérique à tout caractère ou élément de texte de n'importe quel système d'écriture et de signes, afin de parvenir à un répertoire commun unifié pour tous les caractères du monde. Il est publié par le Consortium Unicode, auquel appartiennent tous les grands éditeurs de logiciels.