Modifié

Bob Dylan offre 50'000 exemplaires de son nouvel album

Bob Dylan, ici sur scène en 2012, offre 50'000 exemplaires de son nouvel album à des personnes de cinquante ans et plus. [Mario Anzuoni - Reuters]
Bob Dylan, ici sur scène en 2012, offre 50'000 exemplaires de son nouvel album à des personnes de cinquante ans et plus. [Mario Anzuoni - Reuters]
Parmi les lecteurs du bimensuel de l'Association américaine des retraités, 50'000 chanceux se verront offrir le nouvel album de Bob Dylan, a annoncé vendredi le légendaire chanteur américain.

Le chanteur américain Bob Dylan a annoncé vendredi qu'il allait donner son dernier album, "Shadows in the night", à 50'000 personnes de plus de 50 ans, considérant que la "passion appartient à la jeunesse". Le hasard décidera de qui recevra ce cadeau.

Des lecteurs de plus de cinquante ans

Le 36e album enregistré en studio par la légende du rock âgée de 73 ans, où il reprend des titres de Frank Sinatra et qui sort le 3 février, sera expédié à 50'000 lecteurs du magazine AARP. Ce dernier est adressé à quelque 35 millions d'Américains de plus de 50 ans.

Dans un rare entretien au magazine, Bob Dylan a expliqué avoir pensé que, selon lui, les membres de l'AARP (Association américaine des retraités) apprécieraient l'album. Il a également précisé avoir appris que "la passion appartient à la jeunesse".

ats/mac

Publié Modifié

Le chanteur appelle à créer des emplois

Bob Dylan, représentant important de la contre-culture des années 1960 sans jamais s'associer à un quelconque mouvement politique, a appelé dans son entretien à l'AARP les riches Américains à faire davantage pour créer des emplois.

"Le gouvernement ne va pas créer d'emplois. Il n'en a pas besoin. La population doit créer des emplois, et ces gros milliardaires sont ceux qui peuvent le faire", a-t-il estimé.

"Nous voyons la criminalité et les centres-villes exploser à cause de gens qui n'ont rien à faire, se tourner vers l'alcool et la drogue. Tous ces gros milliardaires pourraient créer des emplois pour eux", a expliqué Bob Dylan. "Je ne parle pas de communisme."