Modifié le 16 avril 2014 à 11:57

Pour son retour, le Français Renan Luce se fait léger, léger

Renan Luce, dans son clip "Appelle quand tu te réveilles", évolue dans un délicat Paris tout de papier et de trompe-l'oeil.
Renan Luce, dans son clip "Appelle quand tu te réveilles", évolue dans un délicat Paris tout de papier et de trompe-l'oeil. [ - ]
Avec "D'une tonne à un tout petit poids", Renan Luce revient tout en légèreté. Philippe Katherine déçoit avec un "Magnum" passablement vide, alors que Gotthard confirme son retour d'un sonore "Bang".

Le Français Renan Luce a pris tout le temps dont il avait besoin, cinq ans, pour revenir dans les bacs, avec "D'une tonne à un tout petit poids", troisième album sorti chez Universal.

Le gendre de Renaud (il a épousé sa fille Lolita Séchan en 2009, et a eu avec elle une petite fille en 2011) poursuit sa voie dans la chanson à texte, aux paroles simples et ciselées, aux mélodies claires porteuses d'images poétiques et naïves, au ton toujours très poli. Un peu trop même, parfois.

Grâce à un astucieux coup de com', son single "Appelle quand tu te réveilles" avait fait grand bruit en février.

Parents trentenaires comme public cible

Le chanteur y évolue, le temps d'une errance post-séparation, dans un Paris de papier, tout en maquettes et trompe-l'oeil signés Laurent Seroussi.

Dans le sympathique "Au téléphone avec maman", Renan Luce soupire: "Grand maximum j'ai 14 ans!". "Voyager" offre de son côté une échappée feutrée et cotonneuse aux côtés d'une compagne de route aimée et familière.

Si "Amoureux d'une flic" se révèle subtilement caustique, "Courage" et "Réponse à tout" pêchent par excès de naïveté. Faut-il être trentenaire et jeune parent pour pleinement goûter l'album? Non, mais visiblement cela aide.

"Magnum" de Philippe Katherine, un millésime lassant

Si elles sont toujours bonnes à prendre, les surprises ne sont pas toujours de bon goût. Ni même agréable à écouter. Mais qu'y a-t-il alors à sauver dans ce "Magnum", 9ème album de l'auteur-compositeur Philippe Katerine, aux accents électro-disco faussement festifs et carrément fatigants?

Peut-être son sens à peine délavé de la parodie et un talent certain pour capter et transmuter l'inanité abyssale de certains "tubes" commerciaux.

"Sexy coooool/Je chante toujours la même chanson/je chante toujours cette chanson", scande-t-il dans "Sexy cool". Mais, éculée, la parodie fatigue.

Eighties, saxo et peignoir de soie

Plus méchant, "Efféminé" griffe avec potacherie les mâles virils et autoritaires, mélange plutôt jouissif de beat disco et de mauvaise foi régressive.

"Patouseul" est peut-être la plus réussie des 12 chansons de la nouvelle galette du compagnon de Julie Depardieu, avec sa question existentielle résumée ainsi: "Comme la dernière clope du paquet, la dernière frite du cornet".

Dernier argument en faveur du trublion, l'habillage fichtrement eighties de l'album (plage de sable, saxophone et peignoir de soie à l'appui), et en musique grâce à la collaboration du compositeur électro Sébastian.

Gotthard confirme sa renaissance

Gotthard continue sa résurrection. Avec "Bang", deuxième album depuis le décès du chanteur Steve Lee dans un accident de la route en 2010, les rockeurs suisses sont bien décidés à donner de la voix, et des instruments aussi.

La formation s'était recomposée en 2011, portée par le nouveau venu Nic Maeder au chant et à la guitare, et avait enregistré "Firebirth" en 2012.

"Bang" fera peu de déçus: un hard rock intact, traversé de guitares bluesy et de nappes d'orgue Hammond. Avec les énergiques "Spread Your Wings" et "Get Up 'n' Move On" alternent des ballades ("C'est la vie" ou "Thank You").

Katharina Kubicek

Publié le 14 avril 2014 à 06:52 - Modifié le 16 avril 2014 à 11:57

Les sorties récentes et prochaines

Paolo Nutini, "Caustic Love" (11 avril)

Kyla La Grange, "Cut your Teeth" (11 avril)

Robert Francis, "Heaven" (11 avril)

Ziggy Marley, "Fly Rasta" (11 avril)

Nas, "Illmatic XX" (11 avril)

Ingris Michaelson, "Lights out" (15 avril)

Eels, "Cautionary Tales Of Mark Oliver Everett" (18 avril)

Kelis, "Food" (18 avril)

Ten Years After, "Positive Vibrations" (18 avril)

Triggerfinger, "By absence of the sun" (18 avril)

Three Lions (18 avril)

Damon Albarn, "Everyday Robots" (25 avril)

Bo Saris, "Gold" (25 avril)

Ray Lamontagne, "Supernova" (25 avril)

We Have Band, "Movements" (25 avril)

Olympe, "Une vie par jour" (28 avril)

Stanislas, "Ma solitude" (28 avril)

Santana, "Corazon" (2 mai)

Archive, "Axiom" (2 mai)

Lily Allen, "Sheezus" (2 mai)

Mando Diao, "Aelita" (2 mai)

Anastacia, "Resurrection" (2 mai)

Ben Harper, Ellen Harper, "Childhood Home" (2 mai)

Tori Amos, "Unrepentant Geraldines" (9 mai)

Black Keys, "Turn Blue" (9 mai)

Coldplay, "Ghost Stories" (16 mai)

50 Cent, "Animal Ambition" (30 mai)

Jack White, "Lazareto" (6 juin)

Uriah Heep, "Outsider" (6 juin)

L'info musicale de la semaine

Spike Lee et Eminum collaborent. Le cinéaste américain réalisera "Headlights", le prochain clip du rappeur de Detroit, qui figurera sur l'album "The Marshall Mathers LP2".

Réalisateur notamment de "Do the Right Thing" et Malcolm X, Spike Lee n'en est pas à sa première réalisation de vidéo musicale, puisqu'il a déjà signé des clips pour Michael Jackson, Prince et Public Enemy.