Publié

Pour sa 16e édition, après une année Covid, BDFIL célèbre la renaissance

L'Affiche de Tardi pour cette 16e édition de BDFIL. [BEDEFIL]
Pour sa 16e édition, après une année covid, BDFIL célèbre la renaissance / Le Journal horaire / 18 sec. / le 23 juin 2021
Le festival lausannois invite le bédéiste Jacques Tardi et revisite la Joconde de Léonard de Vinci. Une vingtaine d'expositions sont annoncées du 16 au 20 septembre.

Commencée en 1976, la série "Les Aventures extraordinaires d'Adèle Blanc-Sec", s'inspirant des romans-feuilletons de la Belle Epoque, a fait connaître Jacques Tardi. Le festival lausannois consacre une rétrospective à cet illustrateur français, qui a contribué à la renaissance de la bande dessinée en participant à l'invention du roman graphique.

Durant la majeure partie de ses 50 ans de carrière, Jacques Tardi n'est pratiquement pas sorti de chez lui. "Pourtant, il n'a jamais eu autant envie de sortir depuis que ça lui est interdit", plaisante Dominique Radrizzani, directeur artistique de BDFIL, en faisant référence à la pandémie de coronavirus, devant la presse mercredi.

Jacques Tardi dans son atelier, en octobre 2008.  [JACQUES DEMARTHON - AFP]Jacques Tardi dans son atelier, en octobre 2008. [JACQUES DEMARTHON - AFP]

Le bédéiste français, invité d'honneur du festival, signe une des deux affiches de cette 16e édition. Un autoportrait caricatural avec une vue de Lausanne verdoyante en toile de fond, qui représente la joie de vivre et le besoin d'air, comme le souligne Dominique Radrizzani.

Joconde revisitée

Anouk Ricard signe l’affiche de Mona Lôzane [BDFIL]Anouk Ricard signe l’affiche de Mona Lôzane [BDFIL]Figure centrale de la renaissance italienne, la Joconde de Léonard de Vinci a inspiré de nombreux dessinateurs. Commandées par BDFIL, ces interprétations incarnent la dualité entre deux genres: celui de la haute culture et de l'institution muséale par opposition à la BD, encore souvent déconsidérée et dénigrée.

Zep, Anouck Ricard ou encore Emil Ferris: les artistes se sont rués sur le chef-d'oeuvre du XVIe siècle pour à la fois "lui rendre hommage et le massacrer". Les dessins originaux seront à voir aux arcades de PLATEFORME10.

Ancêtre des super-héros

Changement de décor avec "Conan: le barbare du neuvième art". Ce héros d'un passé mythique symbolique du genre heroic fantasy est mis à l'honneur dans le cadre d'une exposition au Palais de Rumine. Au travers des collections patrimoniales du Centre BD de la Ville de Lausanne, le festival invite à plonger dans un monde entre civilisation et sauvagerie.

En parallèle, le protagoniste aux muscles galbés et recouverts de sang sera mis en scène dans le cadre d'un jeu de rôle dessiné, qui se tiendra également au Palais de Rumine, à la salle du Sénat.

20 ans du petit diable orange

Cette 16e édition de BDFIL marque aussi les 20 ans de Nelson, un personnage tiré de l'imagination de Christophe Bertschy. Invité d'honneur du festival en 2006, le dessinateur vaudois revient pour des célébrations dans le cadre d'une exposition immersive dans la Cathédrale de Lausanne. En outre, un parc d'attractions sera consacré au diablotin orange vers la fontaine de la Riponne.

"S'il fallait trouver un fil rouge à cette édition, ce serait la renaissance", conclut Dominique Radrizzani. "La culture est en train de renaître de ses cendres après une année éprouvante". Le festival se tiendra du 16 au 20 septembre et accueillera près de 40 auteurs sur place. Cette année, exceptionnellement, la manifestation participera également à la Nuit des Musées le 25 septembre.

ats/mcm

Publié