Publié

Quand les artistes romands luttent créativement contre le racisme

Ramdam [RTS]
Des artistes luttent contre le racisme / Ramdam / 114 min. / le 20 mai 2021
L'émission "Ramdam" de la RTS est partie à la rencontre d'artistes engagés. Du danseur de hip-hop Stylez'C à la comédienne Mariama Sylla via l'écrivain Max Lobe, tous luttent de manière créative en Suisse romande contre le racisme.

Diffusé jeudi soir, le nouveau numéro de "Ramdam" s'est penché sur la question du racisme et est partie à la rencontre des acteurs culturels romands engagés sur ce terrain: du danseur de hip-hop Stylez'C à la comédienne Mariama Sylla via l'écrivain Max Lobe. Avant de prolonger le débat en seconde partie de soirée avec la diffusion du spectacle "Noire" de Tania de Montaigne. Une pièce qui évoque la discrimination raciale dans les années 1950 en Alabama à travers le regard et la rébellion d'une adolescente.

Un clip contre le racisme baptisé "Jusqu’ici tout va bien"... Le danseur hip-hop vaudois d'origine capverdienne Stylez'C, champion du monde du genre, ne craint pas les effets contre-productifs du titre de sa vidéo qui aborde en mouvements chorégraphiés les thèmes du délit de faciès et de la violence policière. Pour populariser au mieux son message de tolérance, il s'est aussi entouré d'autres artistes et personnalités comme le rappeur Stress ou le footballeur Johan Djourou.

Son clip souligne encore une fois que la culture est sans doute le domaine où le reflet de la diversité est le plus affirmé.

>> A voir, le clip de "Jusqu'ici tout va bien":

La mauvaise expérience suisse de l'écrivain afro-américain James Baldwin

La comédienne et metteure en scène Mariama Sylla, vue récemment en procureure dans la série "Quartier des banques" notamment, a quant a elle lancé un état des lieux sur la question de la diversité dans le cadre de Tigre, la faîtière genevoise du théâtre indépendant et professionnel.

Alors que le romancier établi à Genève Max Lobe, bercé par la littérature et les contes négro-africains, s'interroge pour sa part sur la question du déterminisme racial, notamment en redécouvrant cette archive exceptionnelle sur le séjour de l'écrivain américain James Baldwin à Loèche-les-Bains en 1951.

Il partage alors son expérience de noir parmi les blancs au sein du village valaisan qui avait alors peu à voir avec la station actuelle, et où les habitants n'avaient probablement jamais vu quelqu'un de couleur et où les enfants criaient "nègre, nègre" quand il passait dans les rues. Dans le film, Baldwin livre surtout une analyse complexe du drame racial aux Etats-Unis, de la rage et du mépris qu'il alimente. Septante ans plus tard, son point de vue continue cruellement de faire écho.

>> A voir aussi, l'archive "Un étranger dans le village" de Pierre Koralnik:

Un étranger dans le village [RTS]
Un étranger dans le village / Le doc ch / 29 min. / le 24 avril 2017

olhor

Publié