James Baldwin, le pendulaire transatlantique

Grand Format

Jean-Pierre Couderc - Roger-Viollet/AFP

Introduction

L'écrivain, essayiste, poète et journaliste James Baldwin (1924-1987) a bâti, à partir de son statut de "negro", entre les Etats-Unis et la France, en passant par la Suisse, une oeuvre qui transcende les haines raciales, les frontières de genre et les a priori politiques.

Notre indispensable contemporain

Chapitre 01

L'écrivain, essayiste et poète américain James Baldwin est un des penseurs majeurs du XXe siècle. Son oeuvre est à la fois théorique et autobiographique, même si les deux genres s'entremêlent constamment.

Ses essais révèlent les non-dits et les tensions sous-jacentes autour des distinctions raciales, sexuelles et de classe au sein des sociétés occidentales, en particulier dans l'Amérique du milieu du XXe siècle. Ses romans et pièces questionnent la complexité des pressions sociales et psychologiques qui entravent non seulement l'intégration des personnes noires, mais aussi des gays et bisexuels. James Baldwin dépeint également les obstacles intériorisés - la honte ou la haine de soi - qui empêchent ces quêtes d'acceptation.

>> A regarder la bande-annonce du documentaire "I'm not your negro":

Son oeuvre a été remise en lumière en 2016 avec le documentaire "I'm not your negro" du cinéaste haïtien Raoul Peck. Le film, une adaptation de différents textes de l'écrivain, a reçu l'Oscar du meilleur documentaire en 2017 et un César l'année suivante.

Balwin m'a donné une voix, des mots, une rhétorique. Tout ce que je sentais d'intuition et d'expérience, Baldwin lui a donné un nom et une forme.

Raoul Peck, cinéaste haïtien et réalisateur de "I am not your negro"

Suite au succès du documentaire "I'm not a negro", plusieurs ouvrages sont édités ou réédités en français. Ainsi "Le Diable trouve à faire", une série d'essais sur le cinéma écrits en 1976, est paru en français pour la première fois en 2018. Dans un style à la fois lyrique et incisif, James Baldwin parcourt ses premiers souvenirs de cinéma, tout en dénonçant les archétypes du Noir et du Blanc que le cinéma hollywoodien a contribué à banaliser.

>> A lire, notre grand format sur l'histoire de la représentation des Noirs dans le cinéma américain: Ecran blanc, cinéma noir

L'homme-monde

Chapitre 02

Ulf Andersen - Aurimages

Né à Harlem le 2 août 1924 dans une famille afro-américaine pauvre, James Baldwin a vécu dès son enfance sa condition de "negro".

De ce rejet, il a bâti entre les Etats-Unis et la France, en passant par le Moyen-Orient et la Suisse, une oeuvre littéraire unique en son genre qui transcende les haines raciales, les frontières de genre et les a priori politiques. C'est dans sa chair même qu'il a expérimenté le mépris raciste, subi le regard d'un père adoptif sur sa laideur, vécu la difficulté de son choix homosexuel et sa situation de migrant entre le Nouveau Monde et le Vieux Continent.

>> A écouter, le premier épisode de la série de la RTS consacré à James Baldwin:

James Baldwin en février 1985. [Keystone]Keystone
Versus - Publié le 15 octobre 2018

Il quitte sa mère à 17 ans et commence son apprentissage littéraire. Ses chroniques dans différents journaux lui valent une bourse en 1948. Il part pour Paris, Londres et la Suisse, où il termine son premier roman "La Conversion".

Je sais, de toute façon, que j'ai personnellement atteint le point crucial de mon évolution le jour où j'ai été forcé d'admettre que j'étais une espèce de bâtard de l'Occident; en remontant le cours de mon passé, je ne me retrouvais pas en Europe, mais en Afrique

James Baldwin dans "Chronique d'un pays natal", en 1955

Entre écriture intime et sociale

Chapitre 03

Schomburg Center - Photo12/AFP

Sans doute, Baldwin a-t-il tiré de ses origines d'Afro-Américain et de ses expériences homosexuelles les principaux thèmes de ses essais et romans.

Mais son écriture introspective, puisée dans la langue expressive de son Harlem natal, pleine de mots d'argot difficiles à traduire, s'ouvre à bien d'autres réalités, avec une sensibilité et une sensualité remarquables.

>> A écouter, le deuxième épisode de notre série, consacré à la fabrique littéraire de Baldwin:

James Baldwin en 1962 dans le film "Un étranger dans la ville" de Pierre Koralnik. [RTS]RTS
Versus - Publié le 16 octobre 2018

Initié à la culture américaine, au théâtre, à la littérature et au cinéma par son institutrice blanche à New York, Baldwin commence à écrire ses premiers textes à 14 ans, moment décisif alors qu'il devient au même âge prêcheur dans une église baptiste à Harlem.

L'écriture m'a sauvé la vie.

James Baldwin

Mêlant réflexions sociales, observations quotidiennes, analyses politiques et retour intime sur ses impressions mentales, les livres de Baldwin échappent à la pure fiction et à la définition trop restreinte d'essais.

En ce sens, son expérience littéraire, comme le souligne Antoine Chollet qui lui consacre un séminaire, fait de lui un écrivain viscéralement "mondain", du monde, de ce monde-ci, et non d'un au-delà prêché par son père pasteur.

Ce que cherche James Baldwin dans l'écriture, c'est le pouvoir de révéler.

Il y une totale sincérité dans l'écriture de Baldwin, un peu comme chez Annie Ernaux, une sincérité qui peut nous conduire à une sorte de gêne dans la lecture, puisque nous sommes invités dans des scènes où d'ordinaire nous ne sommes pas invités.

Antoine Chollet, maître d'enseignement et de recherche à la Faculté des sciences sociales et politiques de l'Université de Lausanne

C'est le cas dans son roman "La Chambre de Giovanni" qui décrit le trouble émotionnel de David, un Américain à Paris dans les années 50, déchiré entre Giovanni et Hella. Baldwin y décrit une double expérience, celle d'un Américain à Paris, et celle de la joie après une nuit passée avec son amant.

L'exil volontaire de Baldwin à Paris en 1948 est motivé par la nécessité de ne pas "être un écrivain noir".

Baldwin dénie à tout autre que lui l'autorité de définir son identité.

Christiane Taubira dans sa préface à "La prochaine fois, le feu".

Refusant toute assignation ou identification, sans renier le moins du monde les identités, Baldwin fait montre d'une radicalité queer, très contemporaine.

Au c(h)oeur de la communauté noire

Chapitre 04

AP Photo / Jim Bourdier / Yurchenko / Sputnik - Keystone / AFP

Aîné d'une fratrie de neuf enfants, né hors-mariage, Baldwin a été élevé par un pasteur baptiste, prédicateur au sein d'une communauté noire dans le ghetto de Harlem.

James Baldwin devint lui-même prédicateur durant trois ans, de 14 à 17 ans, avant de rejeter le mensonge de ce théâtre religieux. Il fera le récit de cette entrée et de cette sortie de la religion dans "La Conversion" en 1952.

Même s'il perd la foi, Baldwin restera toute sa vie marqué par sa communauté spirituelle où les cérémonies extatiques, les negro spirituals et les prêches donnaient sens et dignité aux Afro-Américains ségrégués. Dans "La prochaine fois, le feu", il reconnaît que la religion l'a sauvé de la rue, de la drogue et du proxénétisme; qu'elle lui a aussi donné le goût de la rhétorique et fait vivre des joies à être ensemble comme nulle autre pareille.

Seule l'Eglise donnait, après 400 ans d'esclavage, un nom aux gens de couleur et leur permettait une autonomie protectrice, déniée au-dehors. C'était un lieu autogéré, le seul lieu où les Noirs pouvaient décider.

Serge Molla, pasteur de lʹEglise évangélique réformée du canton de Vaud, auteur de "Martin Luther King, prophète" en 2018

Pourquoi alors quitte-t-il cette Eglise? Que lui reproche-t-il? Son intolérance, son commerce de la crédulité, ses ruses hiérarchiques, son oligarchie cupide, sa culture de la haine de l'autre, sa violence. "On peut dire sans exagérer que quiconque souhaite devenir un être humain véritablement moral doit d'abord dire adieu à tous les interdits, crimes et hypocrisies de l'Eglise chrétienne", écrit-il dans "Down at the Cross".

>> A écouter, le troisième épisode de la série de Christian Ciocca:

James Baldwin [RTS]RTS
Versus - Publié le 17 octobre 2018

Dieu est-il blanc? Est-il noir? Autour de cette question, qu'il juge vaine, James Baldwin organise une passionnante réflexion sur le rôle politique des religions, leur pouvoir d'asservir et de justifier l'asservissement. Pour James Baldwin, si Dieu existe, il est forcément libérateur; il doit nous grandir et nous rendre plus capables d'amour, sinon, il faut en finir avec lui.

L'homme accidenté en voie d'émancipation

Chapitre 05

PASCAL GEORGE - AFP

Etre Noir, c'est être un accidenté du monde. Au bout de 400 ans d'esclavage; de régime ségrégationniste, officiel ou larvé; de viols; de technologie de violence renouvelée, que reste-t-il de l'être noir? C'est la grande question que pose James Baldwin.

Gabriel Rivière, doctorant enseignant à lʹUniversité Jean-Jaurès de Toulouse.

Dès son plus jeune âge, Baldwin fut interpellé par la cause raciale aux Etats-Unis et le mouvement des droits civiques. Il se disait lui-même "mordu par la race". Comme toujours, l'expérience vécue - qui n'est pas que morale ou sentimentale mais politiquement déterminée - est à l'origine de sa réflexion.

>> A écouter, le quatrième épisode de la série consacrée à la dimension politique de l'écrivain:

L'écrivain américain James Baldwin a séjourné quelques temps à Loèche-les-bains au début des années 1960. [Capture d'écran - RTS]Capture d'écran - RTS
Versus - Publié le 18 octobre 2018

Dans les années 60, James Baldwin s'impliqua dans le mouvement naissant des droits civiques, participant à de nombreux meetings, marches de protestation et conférences sur ce thème. Il a également livré jusque dans les années 80 une série de reportages réalisés dans le sud des Etats-Unis.

Ses deux recueils d'essais "Personne ne sait mon nom" (1961) et le prophétique "La prochaine fois, le feu" (1963) exposent le fossé qui se creuse entre l'Amérique blanche et noire, et le risque d'explosion que cette opposition et cette ignorance peuvent provoquer.

Il fut un compagnon de route de Martin Luther King et de Malcolm X, même si son homosexualité revendiquée ne fut pas bien perçue par les deux leaders noirs. Malgré leurs divergences sur la stratégie à adopter face au pouvoir blanc, ils se sont mobilisés pour l'émancipation communautaire. Lui, en humaniste introspectif. Attentif au monde tel qu'il est, tout en n'abandonnant jamais la volonté de le changer.

Les Noirs ont ce privilège paradoxal d'être obligés de se confronter à la réalité telle qu'elle est, et de ne pouvoir vivre dans le conte de fées auquel l'Amérique blanche, dans sa très large majorité, croit.

James Baldwin, écrivain et essayiste

L'assassinat des deux leaders en 1965 et 1968, le blesse et l'inquiète profondément, le faisant douter de la capacité des Etats-Unis à se réformer. Il fera alors le choix de l'Europe, d'abord à Istanbul, de 1965 à 1967, puis à Saint-Paul de Vence en 1970 où il mourra en 1987. Peu avant, en 1986, il recevait des mains de François Mitterrand la cravate de Commandeur de la Légion d'honneur.

Etranger dans ce minuscule village suisse

Chapitre 06

Andree-Noelle Pot - Keystone

En hiver 1951-1952, James Baldwin vécut trois mois à Loèche-les-Bains, dont était originaire son amant, Lucien Happersberger, jeune artiste rencontré à Paris.

"Aucun Noir n'avait, avant moi, posé le pied dans ce minuscule village suisse", écrit-il dans "L'Etranger au village", son essai qui décrit de manière très fine le racisme ordinaire.

>> A écouter, le cinquième et dernier épisode de la série de Versus-lire consacrée à James Baldwin:

James Balwin en 1985 dans le sud de la France. [Ulf Andersen - Aurimages/AFP]Ulf Andersen - Aurimages/AFP
Versus - Publié le 19 octobre 2018

Dans le comportement des villageois, où l'on doit admettre la part de charme due à un étonnement sincère et l'absence de toute méchanceté intentionnelle, rien pourtant ne suggérait que j'étais un être humain: j'étais tout simplement une énigme vivante.

James Baldwin dans "L'Etranger au village"

A la demande du documentariste Pierre Koralnik, James Baldwin retourna à Loèche-les-Bains en 1962 et raconte cette expérience de l'étrangeté dans ce reportage réalisé pour la Télévision suisse romande.

>> A regarder, le documentaire réalisé en 1962 par Pierre Koralnik:

Un étranger dans le village [RTS]
Le doc ch - Publié le 24 avril 2017