Modifié le 19 décembre 2018 à 12:45

Sur le bout des langues: Dire l'extase

Sur le bout des langues - Dire l'extase
Sur le bout des langues - Dire l'extase Culture / 2 min. / le 17 décembre 2018
Pour désigner l’acte sexuel, la langue française a inventé des centaines d’expressions, plus imagées, loufoques ou poétiques les unes que les autres, que plus personne n’utilise. Décryptage avec la chronique linguistique animée d'Anna Lietti.

Il existe des centaines d'expressions pour dire l'extase comme, par exemple, "sculpter l’atmosphère", ou encore "amener Popaul au cirque". La langue française a inventé des centaines d’expressions que plus personne n’utilise.

Car une image sert à dire les choses sans les nommer, à contourner un interdit, à amadouer une pudeur. Aujourd’hui le sexe n’est ni interdit, ni secret. Il est médicalisé, commercialisé et surtout omniprésent. Dans cet environnement à la lumière crue, la métaphore érotique fait comme les papillons: elle tend à disparaître.  

Un patrimoine menacé

Depuis quelques années, de nombreux recueils s’appliquent à consigner ce patrimoine linguistique menacé. En les parcourant, on s’aperçoit que si les expressions pour désigner l’acte sexuel sont innombrables, celles qui disent la jouissance ont toujours été nettement plus rares.

Dire l’extase, un véritable défi. Comme le français, beaucoup de langues ont recours pour cela à la métaphore aérienne: les lusophones "vont aux nuages", les turcophones "prennent leur envol", les néerlandophones "atteignent une cime", les francophones du Québec "sont aux oiseaux" et les personnages de San Antonio "poinçonnent leur ticket d’arc-en-ciel".

Au septième ciel

Mais c’est le septième ciel qui est le plus couru: on y parle français, italien, espagnol, allemand, grec, roumain ou danois. Les anglophones fréquentent, eux, le nuage numéro neuf.

A toutes ces images d’élévation, il manque une dimension que les Vietnamiens ont su intégrer: ils disent Lên hương, c’est-à-dire "monter jusqu’au parfum".

Le septième ciel est un paradis odorant où tous les sens "chantent le 'Gloria'", comme disaient nos grand-mères.

Anne Lietti/mcc

>> Un nouvel épisode disponible chaque lundi, jusqu'au 17 décembre sur le site de Bon pour la tête et sur RTS Culture.

Publié le 17 décembre 2018 à 09:12 - Modifié le 19 décembre 2018 à 12:45