Publié Modifié

L'apprentissage en période de Covid-19

La crise du Covid-19 a fortement ralenti l'économie et plongé dans l'incertitude des milliers de jeunes en quête d'une place d'apprentissage pour la fin août. Redoutant que nombre d'entre eux restent désoeuvrés à la rentrée, la Confédération et les autorités des différents cantons ont adopté en mai des mesures urgentes pour soutenir la formation duale au sein des entreprises et encourager la création de places d'apprentissage. Elles ont aussi renforcé l'accompagnement des élèves dans leurs recherches. Décryptage et conseils. 

Le guichet d'On en Parle

Des jeunes coincés à la maison, pas de stages en entreprise, pas de salon des métiers... La crise du coronavirus a fortement perturbé la formation professionnelle, ainsi que le recrutement des nouveaux apprentis. Est-il encore possible de trouver une place d'apprentissage pour la rentrée? Les entreprises auront-elles toujours les moyens de former les jeunes?

Jeudi 18 juin, "On en parle" a ouvert son guichet aux questions des auditeurs sur l’apprentissage.

Invité-e-s :

- Christel Bornand, cheffe de lʹOffice cantonal de lʹorientation scolaire et professionnelle du canton de Neuchâtel, présidente de la Conférence latine de lʹorientation.
- Christophe Nydegger, chef du service de la formation professionnelle de Fribourg, président de la Conférence suisse des offices de formation professionnelle.

>> La page d'On en parle

La problématique

Une première lecture de la situation en cette période de pandémie montre que la filière de l’apprentissage ne semble à priori pas menacée. Près de 20'000 places étaient encore vacantes en Suisse ce printemps, et le nombre de contrats signés était en léger recul de 4% par rapport à la même période, l'année passée. Certaines régions comme Zurich ou la Suisse orientale se prévalent même d’une légère augmentation du nombre de contrats conclus, selon le Selon le Secrétariat d’État à la formation, à la recherche et à l’innovation (SEFRI).

Une analyse plus fine du contexte révèle néanmoins quatre difficultés majeures :

-> En matière d’apprentissages, l’offre ne rencontre pas forcément la demande. Aujourd'hui, les jeunes privilégient certaines branches comme le social, les professions techniques ou numériques, où les places en apprentissage ou en centres professionnels ne sont pas suffisantes. Ils sont, en revanche, de moins en moins intéressés par certaines filières comme l’artisanat, par exemple. De nombreuses professions restent aussi méconnues donc peu convoitées.

-> La réalité de l’apprentissage est aussi très différente selon les régions du pays. Genève, Vaud, le Tessin et Fribourg sont ainsi les cantons les plus touchés par la pénurie de places en apprentissage, cette année. Cette disparité régionale s’explique aussi par le fait que les jeunes alémaniques bouclent d’ordinaire leur contrat d’apprentissage en début d’année alors que leurs homologues latins finalisent le leur en mai ou juin. Un décalage, accentué par la crise du Covid-19, qui n’a pas permis à de nombreux Romands de suivre au printemps des stages en entreprise afin d’identifier un métier pour leur avenir.

-> La crise sanitaire du coronavirus pourrait surtout avoir des conséquences sur l'économie à moyen terme. Entre 5'000 et 20'000 contrats d'apprentissage en moins seront signés durant les cinq prochaines années, selon une étude des universités de Berne et Zurich.

-> Si la question de l'engagement se pose à l’entrée de la filière de l’apprentissage (Transition I), elle guette aussi à la sortie de la formation professionnelle (Transition II). Selon une enquête lancée par la plate-forme d'apprentissage yousty.ch, menée en collaboration avec l'EPFZ, seules 60% des entreprises formatrices ont indiqué vouloir garder les apprentis après la fin de leur apprentissage. Les années précédentes, environ 14% d'entre elles ne les conservaient pas.

Les mesures fédérales

A fin mai 2020, la Suisse comptait 4% de contrats d’apprentissage signés en moins par rapport à la même période de l'année précédente. Toutefois, on pouvait constater une grosse différence dans la région lémanique avec une diminution de près de 27% de contrats conclus.
Selon le Secrétariat d’État à la formation, à la recherche et à l’innovation, 19'271 places d'apprentissage étaient disponibles en Suisse. Notre pays compte actuellement plus de 220'000 jeunes en formation professionnelle initiale.

Actions

A l’initiative du Conseil fédéral, le groupe de travail "Perspectives Apprentissage 2020" a été créé début mai au niveau national. Il regroupe différents acteurs de l’orientation professionnelle (cantons, associations professionnelles, syndicats,…) sous la conduite du SEFRI.
La mission de ce groupe de travail est de permettre à un maximum de jeunes de trouver une place d’apprentissage d’ici à début août 2020, malgré la crise du coronvirus. Pour cela, cette "task force" soutient plusieurs initiatives des cantons et des organisations économiques à hauteur de 60 à 80% de leurs coûts. Elle est dotée d’un budget de 48 millions et sera active jusqu’à la fin de l’année. Sa démarche consiste aussi à fédérer les partenaires, partager les retours d’expériences dans chaque canton et faire un monitorage de la situation chaque mois.

>> Le site de la task force "Perspectives Apprentissage 2020"

Genève

A la fin mai, 1'161 places d'apprentissage étaient encore disponibles dans les entreprises du canton de Genève. Paradoxalement, seuls 268 contrats avaient été signés, soit une baisse de 55% par rapport à mai 2019.
Selon l'Office pour l'orientation, la formation professionnelle et continue, il manquerait près de 1'000 places pour atteindre les résultats de la rentrée d'août 2019, à laquelle 2'350 jeunes avaient commencé un apprentissage dans le canton. Les secteurs les plus touchés sont l'hôtellerie-restauration, l'horticulture et le commerce. Genève compte 37’396 entreprises et 3'632 sont formatrices, soit 9,7%.

Le 7 mai, le Conseil d'Etat a annoncé un catalogue de 14 mesures urgentes à hauteur de 5,2 millions de francs.

Incitations pour les entreprises

-> Prise en charge des trois premiers mois de salaire pour tout nouveau contrat d'apprentissage signé, pour les entreprises rencontrant des difficultés économiques et qui en font la demande.

-> Une prime unique de 3'000 francs pour toute nouvelle entreprise formatrice.

-> Une prime de 10'000 francs à la création d'un nouveau réseau d'entreprises formatrices (au moins trois entreprises et plusieurs contrats d'apprentissage signés).

-> Un allègement administratif des entreprises formatrices.

Accompagnement des apprentis

-> Permettre aux apprentis sans contrat de suivre la formation théorique (1 à 2 jours par semaine) dans les centres de formation professionnelle jusqu'à novembre dans l'attente de trouver une place en entreprise.

-> Engager plus d'apprentis en filière plein-temps, puis les aider à passer en entreprise en cours d'année scolaire.

-> Conseiller et accompagner les jeunes, qui n'auraient pas encore trouvé de place en été, par le biais du "job-coaching".

>> Le site de la Cité des métiers du Grand Genève

Vaud

A la mi-mai 2020, le canton de Vaud enregistrait 25% de contrats en moins signés par rapport à mai 2019. Il y avait 630 places vacantes de moins qu’en 2019 à pareille époque.
Selon la Direction générale de l'enseignement postobligatoire, il manquerait près de 2'000 places pour atteindre les résultats de la rentrée d’août 2019, à laquelle 3'400 jeunes avaient commencé un apprentissage dans le canton. Les secteurs particulièrement touchés sont l'hôtellerie, la vente et la construction. Près de 6'700 entreprises, sur les 40’000 que compte le canton, sont formatrices, soit 17%.

L'Etat de Vaud a adopté le 25 mai un plan de mesures incitatives doté d’un budget de 16 millions de francs.

Incitations pour les entreprises

Subvention pour les entreprises de la moitié du salaire annuel des apprentis, qui commenceront leur cursus en août 2020.

Accompagnement des apprentis

-> Possibilité de s'inscrire dans la filière duale de l'apprentissage et de commencer les cours jusqu’à mi-novembre sans avoir conclu de contrat d’apprentissage.

-> Subvention à hauteur de la moitié du salaire annuel pour les apprentis de 2ème et 3ème années qui auront subi un licenciement économique.

>> Informations concernant le Covid-19 et l'apprentissage sur le site de l'Etat de Vaud
>> S'informer sur les métiers et formations professionnelles

Fribourg

A fin mai 2020, on enregistrait 1'400 contrats d’apprentissage signés dans le canton de Fribourg contre 1'700 en mai 2019. Soit une baisse de 13%.

Incitations pour les entreprises

Le canton augmente sa participation aux frais des cours inter-entreprises d'un quart. Couplé à la mise en application de la réforme fiscale, les frais des entreprises formatrices pour les cours inter-entreprises passent de 75 à 45% de la totalité des coûts.

Accompagnement des apprentis

-> Déploiement du dispositif "Last Minute". Il s'agit d'un coaching intensifié pour les élèves terminant l'école obligatoire. L'objectif est de mettre les jeunes en en contact avec les entreprises formatrices.

-> Engagement de "case managers" supplémentaires pour suivre des jeunes en difficulté.

-> Renforcement des mesures transitoires durant l'été et à la rentrée.

-> Le délai de remise des contrats prolongés au 31 octobre.

-> Le mandat est donné aux réseaux d'entreprises formatrices pour le suivi des jeunes à l'engagement et durant l'apprentissage.

-> Surveillance de l'apprentissage afin d'éviter des ruptures de contrats.

>> Informations pour les apprentis sur le site de l'Etat de Fribourg

Neuchâtel

Le canton se situe dans les résultats "Mitteland" de l'enquête de l'Office fédéral de la statistique, région dans laquelle 95% des contrats 2020 sont actuellement conclus par rapport à l'année dernière à fin mai.

Incitations pour les entreprises

-> Prime de 2'000 francs pour tout contrat d’apprentissage de 1ère année conclu pour la prochaine rentrée scolaire.

Mesures préexistantes au coronavirus

-> Depuis le 1er janvier 2020, déploiement du Contrat-formation qui octroie un soutien financier aux entreprises, soit entre 3'000 et 6'000 francs, selon les métiers.

-> Coaching de la part d’un professionnel de la branche économique concernée pour les nouvelles entreprises formatrices afin de les accompagner et de les soutenir dans la mise en place de la formation des apprentis.  

Accompagnement des apprentis

-> Campagnes de communication sur les réseaux sociaux et mise à disposition de ressources pédagogiques pour aider les jeunes à préparer leur dossier de candidature.

-> Organisation d'entretiens d'embauche fictifs en visio-conférence et coaching des jeunes dans la préparation de leurs entretiens.

>> L'apprentissage sur le site du canton de Neuchâtel

Valais

Début juin, 1'240 Valaisans disposaient d'un contrat, contre 1'297 l'an dernier à la même époque, soit une différence d’environ 50 contrats.

Accompagnement des apprentis

Mesures préexistantes au coronavirus

-> Mise en place d’un réseau d’ambassadeurs issus des différentes branches économiques pour promouvoir les métiers (surtout ceux méconnus), ouvrir des places d’apprentissage et stimuler des vocations.

-> Privilégier l'admission en école sans avoir de place d'apprentissage préalable. Le délai de signature d'apprentissage a été repoussé à novembre.

-> Monitorage en avril puis en novembre pour faire le point sur la situation de chacun des jeunes sans solutions.

>> L'apprentissage sur le site du canton du Valais

Jura

Près de 380 contrats d’apprentissages étaient signés au 1er juin 2020 dans le canton, contre 400 au 1er juin 2019. Soixante-deux jeunes n’avaient pas de place d’apprentissage à fin mai 2020 contre quarante-cinq à pareille époque en 2019, tout en précisant que plus de jeunes quittent cette année l’école obligatoire qu'en 2019.
Les professions qui enregistrent une baisse de nombre de places sont l'hôtellerie, la restauration et le commerce de détail. Le canton compte plus de 1'200 entreprises formatrices.

Incitations pour les entreprises

Octroi d'une prime de 1'000 à 3'000 francs aux entreprises engageant un préapprenti ou un apprenti pour la rentrée d’août 2020.

Accompagnements des apprentis

-> Pour celles et ceux qui ne trouveraient pas de place, les filières de transition, sur une année, restent une possibilité.

-> Le délai pour la conclusion de nouveaux contrats d’apprentissage est prolongé jusqu’aux vacances d’automne.

-> Il existe depuis plusieurs années un portail numérique qui fait office de bourse d’apprentissages cantonale et de plateforme de conseils.

>> L'apprentissage sur le site du canton du Jura

Berne

La pandémie de Covid-19 n'a pas de répercussions notables sur le marché de l'apprentissage dans le canton de Berne.

Selon l’enquête menée chaque année par l'Orientation professionnelle du canton de Berne auprès des jeunes sortant de l’école obligatoire, moins de 6% des élèves francophones du canton de Berne étaient sans solution au 1er juin (3% dans la partie alémanique). Cela représente quelques dizaines de jeunes, alors que plus de 100 places d’apprentissage annoncées par des entreprises sont encore vacantes.

Au 1er juin, 7827 nouveaux contrats d'apprentissage avaient été signés dans le canton, soit 5% de moins que l’année précédente.

Le canton de Berne compte quelques 10'000 entreprises formatrices (plus de mille dans la partie francophone). Cela représente un peu plus de 20% des entreprises.

Les branches de l’art, du graphisme et les métiers du social manquent de places d’apprentissage pour faire face à la demande. A l’inverse, des métiers mécaniques ou l’artisanat offrent encore de nombreuses places vacantes.

Incitations pour les entreprises

Les autorités bernoises n'ont pas prévu de mesures particulières pour les entreprises, car la situation sur le marché des places d’apprentissage dans le canton n’est pas jugée alarmante.

Accompagnements des apprentis

->Le moteur de recherche de places d'apprentissage sur le site de l'Orientation professionnelle.

-> Possibilité de commencer les cours à l’école professionnelle sans contrat d’apprentissage. Le délai pour signer le contrat est prolongé jusqu’à fin octobre.

-> Les Conseils de l'Orientation professionnelle pour la recherche d'un apprentissage

-> Dispositif "last minute". Durant les deux premières semaines de la prochaine rentrée scolaire, des rencontres rapides seront organisées pour les entreprises à la recherche d’apprentis et les apprentis à la recherche d’entreprises qui souhaitent conclure un contrat avant l’automne.

>> La formation professionnelle sur le site du Canton de Berne

>>  Le site des Centres d'orientation professionnelle du canton de Berne

Sources

Secrétariat d’État à la formation, à la recherche et à l’innovation (SEFRI) / Département de la formation, de la jeunesse et de la culture du canton de Vaud / Office pour l'orientation, la formation professionnelle et continue du canton de Genève / Service de la formation professionnelle du canton du Valais / Service de la formation professionnelle du canton de Fribourg / Service des formations postobligatoires et de l’orientation du canton de Neuchâtel / Service de la formation postobligatoire du canton du Jura.

Crédit

RTS Découverte, juin 2020