Jeanne Hersch (1910-2000) - Jean Piaget (1896-1980)

Hersch piaget
Jeanne Hersch (1910 - 2000) et Jean Piaget (1896 - 1980) [ - Keystone]
Portraits croisés de Jeanne Hersch, femme de lettres, et Jean Piaget, psychologue

D’origine polonaise, Jeanne Hersch naît à Genève où son père, Liebmann Hersch, poursuit une carrière académique. Sa mère, Liba Lichtenbaum, obtient une licence ès sciences sociales en 1908 avant d’étudier la médecine tout en élevant ses trois enfants. Jeanne, elle, obtient une licence de littérature en 1931.

Sa rencontre à Heidelberg avec Karl Jasper laisse une empreinte durable sur son cheminement intellectuel. Elle s’oriente vers sa «philosophie de la liberté» et reste sa disciple fidèle, la meilleure interprète et traductrice  des ses œuvres en français. Esprit vif, femme engagée, Jeanne Hersch enseigne la philosophie à l’Université de Genève pendant près de trente ans. Professeure de 1956 à 1977, elle captive ses étudiant-e-s par le caractère clair et vigoureux de son enseignement et par son impressionnante vivacité d’esprit.

Appelée sur les cinq continents, elle participe à de nombreux débats pour défendre la liberté, lutter contre les injustices et réfléchir à la question des droits de l’homme. Elle s’intéresse aussi à la situation de la jeunesse et à la condition féminine. Femme de lettres, elle rédige et dirige de nombreux ouvrages, dont certains sont couronnés de prix internationaux. Sa bibliothèque personnelle, composée de près de 10'000 livres, dont la majeure partie traite de philosophie, est aujourd’hui conservée à la Bibliothèque de Genève.

Jean Piaget naît et grandit à Neuchâtel où il étudie d’abord les sciences naturelles dans l’idée de devenir zoologue avant de se consacrer à la psychologie et de révolutionner la conception de ses contemporains sur la pensée enfantine. Edouard Claparède, qui vient de fonder l’institut Jean-Jacques Rousseau, futur Institut des sciences de l’éducation, invite Jean Piaget à le rejoindre à Genève, où ce dernier fera l’essentiel de sa brillante carrière. Il y enseigne de 1929 et 1971, successivement comme professeur d’histoire de la pensée scientifique, professeur de sociologie et enfin professeur de psychologie expérimentale.

Dans ce cadre privilégié, il développe des théories novatrices sur la psychologie de l’enfant et étudie particulièrement le développement de l’intelligence et les processus de construction des connaissances. Par son travail expérimental, il prouve que les modes de pensée de l’enfant sont différent de ceux de l’adulte. Peu de savants suisses jouissent d’une renommée scientifique et populaire comparable à celle de Jean Piaget, reconnu comme l’un des plus grands psychologues du XXe siècle. Son influence est encore considérable dans le monde entier.

Tiré de «Faces à Faces», Université de Genève, 2009

Tania Chytil

Publié le 07 février 2011 - Modifié le 15 novembre 2017