Ces romans qui nous veulent du bien. [contrastwerkstatt - fotolia]

Et si la fiction était l'opium du peuple?

En livres, en films, en séries TV: la production de fictions n'a peut-être jamais été si dense. Et si cette richesse culturelle faisait de nous des consommateurs toujours plus passifs et insouciants? Et si la fiction était l'opium du peuple? Ya t-il une "bonne" et une "mauvaise" fiction?
4 personnalités suisses en discutent : Colin Pahlisch, doctorant en littérature spécialisé en science fiction, Emilie Jendly, journaliste spécialiste des séries, Stéphane Mitchell scénariste et Oskar Freysinger, vice-président sortant de l'UDC, membre du comité de l'ASIN pour une Suisse indépendante et neutre, et écrivain.
Et si la fiction était l'opium du peuple?