RTS Découverte

Coup d'oeil

L'apoptose

Jean-Claude Martinou, du département de biologie cellulaire de l'Université de Genève, nous explique l'apoptose, mort cellulaire bien régulée, une condition essentielle pour le développement et la survie de l'organisme.
Différentiation incomplète de deux orteils du fait d'une activité apoptotique défectueuse (http://en.wikipedia.org/wiki/Apoptosis). [DR]Différentiation incomplète de deux orteils du fait d'une activité apoptotique défectueuse (http://en.wikipedia.org/wiki/Apoptosis). [DR]

Les cellules connaissent deux formes possibles de mort : la nécrose et l'apoptose. La nécrose est une mort cellulaire accidentelle. C'est par exemple le cas lorsque l'on est piqué par un moustique, ou qu'on se cogne violemment. La cellule est abîmée par un processus mécanique ou chimique. Elle enfle et sa membrane extérieure se rompt. Tout le contenu de la cellule se répand dans le liquide intercellulaire, cela crée une réaction inflammatoire.

L'apoptose est une mort cellulaire programmée, une sorte de suicide de la cellule. Contrairement à la nécrose, c'est une mort 'silencieuse'. Les cellules mortes reçoivent ou émettent des signaux qui programment leur destruction. Elles se fragmentent. Au lieu de libérer leur liquide, elles l'enferment dans de petits morceaux de membranes. Il n'y a donc pas d'inflammation. Les fragments cellulaires sont rapidement absorbés et éliminés par les cellules immunitaires (les macrophages).

Des critères précis, au niveau de la chimie et de la forme des cellules, permettent de différencier apoptose et nécrose. Les critères de définition de l'apoptose ont été décrits par Kerr, Currie et Wyllie en 1972 (voir figure 1). Ces chercheurs utilisèrent le mot apoptose, qui vient du grec (apo-au loin et ptosis, chute), pour désigner ce type de mort cellulaire silencieuse qui évoque la chute des feuilles en automne.

Le rôle de l'apoptose

L'apoptose joue un rôle fondamental à de multiples niveaux dans le corps : chaque individu perd ainsi en moyenne 100 milliards de cellules par jour ! Elle intervient dans le développement, la détermination de la forme et de la structure de nombreux tissus et organes. Ainsi, un défaut dans l'apoptose de certaines cellules du pied peut amener une personne à avoir des doigts de pied collés d'un seul bloc (figure 2). L'apoptose intervient également dans l'élimination de cellules anormales, comme les cellules infectées par des virus, ou les cellules cancéreuses.

Mais si la mort cellulaire programmée s'emballe, les conséquences sont graves. Un tel emballement peut être mis en évidence dans de nombreuses maladies neurodégénératives, comme par exemple la maladie d'Alzheimer. Au contraire, une réduction du processus d'apoptose favorise l'apparition de cancers ou de maladies auto-immunes. Le corps doit donc réguler avec précision et en tout temps le processus de mort cellulaire programmée.

Le gène bcl-2 et l'apoptose

Le gène bcl-2 est localisé sur le chromosome 18 chez les êtres humains. Ce gène code pour la protéine Bcl-2, une protéine capable d'empêcher l'apoptose. De nombreux médicaments qui stimulent l'apoptose, notamment des anti-Bcl-2, sont en actuellement en phase clinique. L'objectif est de supprimer l'action de la protéine Bcl-2, faciliter l'apoptose et ainsi détruire des cellules cancéreuses.

RTSdécouverte, avec la collaboration de Jean-Claude Martinou, département de biologie cellulaire, UNIGE