RTS Découverte

Posez une question à un spécialiste

Thème

Sélectionnez un sujet

Mail

Pseudo (facultatif)

Âge (facultatif)

Recopiez le texte de l'image

Merci d'utiliser le moteur de recherche ci-dessus pour vérifier que votre question n'a pas déjà été posée. Les questions auxquelles nous avons déjà répondu ne seront pas traitées.

Ce service ne permet pas de répondre à des questions d'ordre médical personnel (diagnostic, traitement, etc.).

La réponse sera publiée dans cette page d'ici environ deux semaines, sauf difficulté.

A propos de "Questions-réponses"

Ce service permet d’adresser des questions à des spécialistes – dans les domaines ci-dessous – ou de lire les réponses qu’ils ont déjà fournies.

Santé et Médecine


Corps humain

Afficher plus de questions récentes Afficher plus de questions anciennes
Julie Peron [DR]

Julie Peron

Centre Interfacultaire en Sciences Affectives

Université de Genève

Tout d'abord, qu'est-ce que le rire?

Le rire est un comportement incontrôlable qui permet aux individus d'extérioriser leur bonheur. Cependant, le rire peut se retrouver, parfois, mélangé avec son contraire émotionnel, les pleurs, puisqu'ils sont étonnamment liés. Un certain Goethe disait même que: «Le rire et les pleurs sont cousins» (C.W. HESS, Neurologie du rire, 2008). Ainsi, dans certains cas, on peut pleurer, non à cause de son chagrin, mais par joie. Cette manière de s'exprimer englobe la musculature respiratoire, le larynx et les muscles faciaux (C.W. HESS, Neurologie du rire, 2008).

Le rire est principalement déclenché par l'humour, le chatouillement ou par le rire lui-même. En effet, comme le bâillement, le rire est contagieux, c'est-à-dire qu'il est communicatif. Il peut même, dans certains cas, amener à des épidémies de rire. Par exemple, en 1962, la Tanzanie a été touchée par cette curieuse forme d'épidémie. Environ un millier de personnes furent affectées; quelqu'unes d'entres elles furent même hospitalisées pour raison d'épuisement (C.W. HESS, Neurologie du rire, 2008).

Le rire est déclenché par l'activation de certaines régions cérébrales connues pour prendre en charge les expressions émotionnelles. Ces structures sont le système moteur servant à la mimique émotionnelle, mais également plusieurs parties du cortex (c'est-à-dire le «manteau» du cerveau constitué du corps cellulaire des neurones aussi appelés «la substance grise») comme le gyrus cingulaire antérieur. Ces zones du cortex servent aux émotions humaines.

Ainsi lorsque ces structures cérébrales dysfonctionnent, comme c'est le cas, par exemple dans la maladie de Parkinson, le rire peut être perturbé. De plus, il existe des rires dits pathologiques qui constituent des comportements incontrôlables et d'intensité anormale. Par exemple, on retrouve les rires dits «prodromiques» qui annoncent le début d'une attaque cérébrale et les rires dus aux médicaments, comme le gaz hilarant (C.W. HESS, Neurologie du rire, 2008). Ainsi, le rire peut être déclenché par une multitude de causes.

Au niveau de l'organisme, il semblerait que le rire apporte de nombreux bienfaits. Par exemple, il permet de bien oxygéner l'organisme, de réduire le stress, de diminuer la pression artérielle, de faire travailler le diaphragme et même de renforcer le système immunitaire (Monique Lalancette et Léon René de Cotret, Rire, 2007).

En conclusion, rire est un comportement très important à insérer dans notre quotidien.

Références:

C.W. HESS. Neurologie du rire, [En ligne], http://titan.medhyg.ch/mh/formation/article.php3?sid=33619 (Page consultée le 28 mars 2010)

Lalancette, Monique et René de Cotret, Léon. Rire, [En ligne], http://www.passeportsante.net/fr/Therapies/Guide/Fiche.aspx?doc=rire_th (Page consultée le 28 mars 2010)

RADIO-CANADA.CA. Le rire, [En ligne], http://www.radio-canada.ca/jeunesse/explorateur/sciences/index.asp?no_contenu=5940 ( Page consultée le 28 mars 2010)

20.02.12