Publié

Ce que le mois de juin pourrait nous réserver…

Champ de coquelicots à Arnex-sur-Orbe (VD) [Claude Jaccard - RTS]
Champ de coquelicots à Arnex-sur-Orbe (VD) [Claude Jaccard - RTS]
Le mois de juin est assez changeant d'une année à l'autre: à l'image des événements de 2011 et de 2019, les situations de temps humide et frais s'alternent avec les canicules. Mais les conditions pourraient être proches de la normale cette année. La position des hautes pressions jouera un rôle important.

La moyenne des maximums passe de 18° à 22°C sur les régions de plaine entre mai et juin. Les thermomètres ont également tendance à repasser la barre des trente degrés pendant la dernière décade du mois. En prenant la température moyenne (minima et maxima du jour), des écarts importants apparaissent cependant d'une année à l'autre : (voir illustration ci-dessous)

Températures moyenne des mois de juin de 1864 à nos jours [Marc Brodard - Météosuisse]Températures moyenne des mois de juin de 1864 à nos jours [Marc Brodard - Météosuisse]

Les trois dernières décennies ont ainsi été marquées par des alternances d'épisodes caniculaires et d'épisodes "froids", comme juin 2019 (écart positif de 2.7°C par rapport à la norme 1991-2020 ) et juin 2011 (écart négatif de 0.9°C). Plus récemment, le mois de juin 2020 a atteint une température moyenne nationale de 11,8 °C, soit 0.8°C au-dessous de la norme.

Le mois de juin le plus chaud depuis le début des mesures est celui de 2003 avec un écart positif à la norme de 4.7°C. On note en passant que les températures de juin sont en nette hausse depuis les années 90, en raison du réchauffement climatique.

Les régimes de précipitations sont également assez variables d’un mois de juin à l’autre. En 2003, les précipitations ont été largement déficitaires, n’atteignant par endroits que le 10% de la norme. A l’inverse, des quantités excédentaires de pluies ont été mesurées en 2011 ou en 2020, allant parfois jusqu’à 170% de la norme.

Ce caractère changeant d’une année à l’autre s’exprime de manière subtile avec le dicton: « S’il pleut à la St-Médard, il pleut pendant 40 jours à moins que St-Barnabé ne lui coupe le nez ». Cette prédiction ne signifie pas qu’il pleuvra 40 jours si St-Barnabé n’amène pas un temps sec trois jours après la St-Médard. Mais que certaines années peuvent être pluvieuses, d’autre pas…

Températures proches de la norme et précipitations légèrement déficitaires pour le mois à venir

Les prévisions hebdomadaires du Centre Européen (ECMWF) montrent des températures proches de la norme sur l’ensemble de la Suisse pour la semaine du 31 mai au 6 juin (l’Ouest fera peut-être exception au regard des températures assez élevées qui prédomineront sur la France). De leur côté, les précipitations devraient être déficitaires, avec un écart négatif à la norme d’environ 30%.

Anomalies de températures (froides en bleu, chaudes en rouge) et de précipitations (excédentaires en vert, déficitaires en rouge-orange) prévues par le Centre Européen (ECMWF) du 31 mai au 6 juin.  [Marie-Louise Giroud - ECMWF]Anomalies de températures (froides en bleu, chaudes en rouge) et de précipitations (excédentaires en vert, déficitaires en rouge-orange) prévues par le Centre Européen (ECMWF) du 31 mai au 6 juin. [Marie-Louise Giroud - ECMWF]

Cette situation s’explique par une dominante de courants de Sud sur l’ensemble de la semaine, associée à des précipitations orageuses faibles à modérées.

A l’image de ce les modèles nous montrent pour la semaine du 7 au 14 juin (voir ci-dessous), les températures devraient être proches de la norme et les précipitations légèrement déficitaires jusqu’à la fin du mois. Et encore, l’écart à la norme semble très faible…

Anomalies de températures (froides en bleu, chaudes en rouge) et de précipitations (excédentaires en vert, déficitaires en rouge-orange) prévues par le Centre Européen (ECMWF) du 7 au 14 juin.  [Olivier Roux - ECMWF]Anomalies de températures (froides en bleu, chaudes en rouge) et de précipitations (excédentaires en vert, déficitaires en rouge-orange) prévues par le Centre Européen (ECMWF) du 7 au 14 juin. [Olivier Roux - ECMWF]

Ce changement s’explique par une dominante des hautes pressions sur l’Ouest de l’Europe, associée à des courants faibles ou de secteur Nord. L’intensité de l’événement reste à préciser (tout dépendra de la position des hautes pressions) mais une nouvelle situation de bise devrait se produire en début de semaine prochaine, ce qui contribuera au maintient de températures proches de la norme. Et ne sera guère favorable aux pluies.

Un été plutôt chaud en perspective

Si le mois de juin devrait être proche de la norme, les choses pourraient changer par la suite. Les prévisions mensuelles du Centre Européen montrent que l’été à venir devrait s’accompagner de températures supérieures à la norme. Plus précisément, l’écart devrait être de 0.5°C à 1.0°C supérieur à la norme sur les mois de juin, juillet et août (voir illustration ci-dessous). La probabilité que le scénario se produise a été estimée à 60%.

Anomalies de températures prévues par le Centre Européen (ECMWF) pour les mois de juin, juillet et août 2021. [Cristina M. Fedele - RTS]Anomalies de températures prévues par le Centre Européen (ECMWF) pour les mois de juin, juillet et août 2021. [Cristina M. Fedele - RTS]

Certes, le Centre Européen ne fournit pas beaucoup d'informations sur la manière dont les courants vont s'organiser ces prochains mois. Mais, en tenant compte de températures proches de la norme en juin, la prévision porte à croire que les mois de juillet et d'août seront relativement chauds.

Pour la petite histoire, le scénario est également retenu par les prévisions mensuelles du Climate Prediction Center américain. Mais en misant un mois de juin sensiblement plus chaud que la norme.

Philippe Jeanneret

Publié