Modifié le 28 mai 2015 à 14:00

Le PBD vise trois sièges de plus aux élections fédérales

Le Parti bourgeois-démocratique lance sa campagne pour les élections fédérales
Le Parti Bourgeois-Démocratique lance sa campagne pour les élections fédérales 19h30 / 2 min. / le 17 janvier 2015
Le président du Parti bourgeois-démocratique Martin Landolt a lancé la campagne de son parti aux fédérales avec pour thèmes principaux la sortie du nucléaire, le maintien des bilatérales et l'égalité.

Tournant énergétique, bilatérales et efficacité féminine sont les trois axes prioritaires de la campagne électorale du Parti bourgeois-démocratique (PBD). Réunis samedi à Winterthour, ses délégués ont plébiscité une "politique du centre constructive et orientée vers les solutions".

Fondé en 2008, le PBD est "au bénéfice de positions courageuses, d’un profil clair et autonome et il peut désormais attester de plus de six ans de réalisations", a relevé son président Martin Landolt.

Maintenir la part d'électeurs de 5,4%

En chiffres, l'objectif minimal est de maintenir sa part d'électeurs de 5,4% et d'ajouter trois sièges supplémentaires à ses neuf mandats au Conseil national, a précisé le président du parti.

Le PBD a toujours aidé à trouver des majorités, a déclaré Eveline Widmer-Schlumpf. Pour la conseillère fédérale, "il fait de la politique sans oeillères".

ats/sbad

Publié le 17 janvier 2015 à 14:45 - Modifié le 28 mai 2015 à 14:00

Sortie du nucléaire, bilatérales et égalité

Premier parti bourgeois à s’engager pour une sortie coordonnée du nucléaire, le PBD entend poursuivre dans cette voie en soutenant le tournant énergétique.

Il soutiendra également la poursuite de la voie bilatérale avec l'Union européenne, garante de succès et de stabilité.

Les femmes doivent bénéficier de meilleures opportunités sur le marché du travail, estime encore le parti, "non seulement pour des raisons d’égalité, mais surtout pour des motifs économiques".

Si davantage de femmes pouvaient réaliser leur choix professionnel, la pénurie de main-d’oeuvre qualifiée pourrait être réduite et ainsi l’immigration freinée, note le parti.

C’est pourquoi le PBD veut améliorer la conciliation de la vie familiale et professionnelle et a déposé des interventions dans ce sens comme l’introduction d’horaires blocs et d’écoles à horaire continu ou le développement "non bureaucratique" de l’offre de crèches.

Non à l'initiative du PDC

Par ailleurs, le PBD ne veut pas de l'initiative du PDC sur la défiscalisation des allocations familiales et de formation. Les délégués ont adopté un mot d'ordre négatif par 146 voix contre 13 en vue de la votation fédérale du 8 mars.

La Confédération, les cantons et les communes pratiquent déjà une politique familiale très sociale, a relevé la conseillère d'Etat grisonne et vice-présidente du parti Barbara Janom Steiner. Selon elle, le texte du PDC remet en question la justice fiscale et profiterait surtout aux ménages à fort revenu.