Modifié le 20 juillet 2016 à 18:26

Passionné et généreux, le clown Dimitri est parti rejoindre les étoiles

Le clown tessinois Dimitri est décédé
Le clown tessinois Dimitri est décédé 12h45 / 2 min. / le 20 juillet 2016
Le clown et mime tessinois Dimitri s'est éteint dans la nuit de mardi à mercredi. Il allait avoir 81 ans en septembre prochain. La nouvelle, apparue sur les réseaux sociaux, a été confirmée par sa famille à RSI.

Encore sur les planches du Teatro Monteverita à Ascona dimanche, Dimitri est décédé après avoir fait un malaise mardi soir. De nombreux hommages lui ont été rendus après l'annonce (lire encadré ci-dessous).

Né au Tessin, à Ascona, en 1935, Dimitri Jakob Müller, de son nom de naissance, avait décidé très jeune de devenir clown. Après un apprentissage de potier, il avait entrepris une carrière artistique à Paris, devenant rapidement membre de la compagnie Marcel Marceau. Il avait aussi travaillé avec le clown blanc Maiss.

Après avoir participé à plusieurs tournée du cirque Knie, il fonde avec sa femme Gunda, le "Teatro Dimitri" à Verscio (TI), puis la "Scuola Teatro Dimitri" en 1975 (voir l'interview d'archives ci-dessous).

Avec sa compagnie, il a créé et mis en scène de nombreux spectacles. L'an dernier, pour fêter ses 80 ans, il avait encore réuni sur scène trois générations pour un spectacle poétique et qui donnait le sourire.

>> Voir le sujet du 12h45 de mars 2015:

Culture: le clown Dimitri est sur scène avec sa famille
12h45 - Publié le 01 mars 2015

Dimitri a reçu de nombreux prix et distinctions pour son travail, dont le Prix suisse pour la culture en 2009 et le Prix suisse pour l'ensemble de sa carrière en 2013. L'Anneau Hans-Reinhardt, le grand prix du théâtre suisse, lui avait même déjà été décerné en 1976.

En septembre 2015, Dimitri fêtait ses 80 ans avec une grande énergie.

>> Son portrait dans Magma:

Dimitri.
-
Magma - Publié le 07 juin 2016

>> Une émission spéciale en hommage à Dimitri est diffusée ce mercredi de 16h à 17h sur La Première

>> Diffusion du documentaire "Dimitri, un voyage" ce mercredi soir à 20h05 sur RTS Deux

sbad

Publié le 20 juillet 2016 à 08:25 - Modifié le 20 juillet 2016 à 18:26

Archives

En 1975 pour l'ouverture de son école de théâtre et de mime, Dimitri explique pourquoi et comment il est devenu clown.

Nombreux hommages et souvenirs

Le conseiller fédéral Alain Berset a rencontré Dimitri à plusieurs reprises. Il décrit ces occasions comme autant "d'excellents souvenirs". Le ministre de la culture dépeint le clown comme une personne "chaleureuse et inspirée" et "l'une des figures les plus importantes des arts de la scène suisse".

"Nous avons besoin de culture, de poésie, de recul, de simplicité. Dimitri nous a apporté tout cela", a déclaré Alain Berset au micro de la RTS mercredi.
Le ministre a également salué "l'immense carrière internationale" d'un l'artiste "engagé", qui a su "ramener énormément" en Suisse, notamment avec son théâtre et son école à Verscio (TI).

>> Ecouter son interview:


Les internautes ont également rapidement réagi à l'annonce du décès de Dimitri, disant leur tristesse et rappelant leurs souvenirs d'enfance lié au clown.



Parmi les personnalités, la directrice d'Amnesty International, Manon Schick, a tenu à rappeler son engagement humanitaire:




Le président du Festival du film de Locarno Marco Solari, qui a bien connu le clown alors qu'il était à la tête de l'office du tourisme du Tessin, lui a rendu hommage en le décrivant comme "un poète au coeur pur et plein de bonté, une personne qui aimait ses semblables et souhaitait être aimé".

L'humoriste, comédien et clown romand Pierre Miserez était un ami de Dimitri. Il vit sa disparition comme "un très grand choc".