Publié

Les jeux vidéos accueillent de plus en plus de concerts virtuels

Le chanteur Travis Scott a donné un concert à l'intérieur du jeu Fortnite le 23 avril 2020. [Frazer Harrison - GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP]
Explosion de concerts virtuels dans les jeux Minecraft et Fortnite / Vertigo / 8 min. / le 6 juillet 2020
Alors que les grands festivals et les concerts ont été annulés en raison de la pandémie de coronavirus, les jeux vidéo comme Fortnite ou Minecraft ont multiplié pour leur part les sessions live virtuelles.

Récemment, le rappeur américain Travis Scott s'est produit à plusieurs reprises dans le jeu vidéo de tir populaire Fortnite, qui compte plus de 350 millions de joueurs. Son avatar y a même chanté devant un peu plus de 12 millions de joueurs en simultané pour sa première représentation dans une mise en scène spectaculaire en 3D spécialement créée pour l'occasion. Un record qui enterre le score du 10,7 millions de joueurs rassemblés en 2019 par le DJ américain Marshmello.

Si cette pratique des concerts virtuels de musiciens pixellisés ne date pas dʹhier, Duran Duran s'est produit dans Second Life en 2006 alors que U2 leur ont succédé en 2008, elle s'est accélérée durant le confinement. Faisant des jeux vidéos non seulement des lieux de rencontres et de socialisation, mais encore davantage des espaces de divertissement.

Le modèle économique reste à trouver

Dans le jeu Minecraft, ce sont par exemple des festivals qui sont organisés avec succès, comme le Block By Blockwest récemment dont la programmation est punk-rock avec des groupes comme Idles ou Pussy Riot. Ou bientôt, du 9 au 12 juillet, le Rave Family Block Festival qui va programmer plus de 1000 artistes, dont le DJ suisse Luciano, mais qui sera payant. Le modèle économique de ces événements reste toutefois à trouver, car la plupart de ces concerts sont organisés par des bénévoles.

Mais qu’est-ce que ces concerts virtuels ont de plus pour qu’ils attirent des millions de personnes en ligne? Selon Yannick Rochat, collaborateur scientifique au Collège des humanités à l’EPFL et co-fondateur de l’Unil GameLab, "la particularité de ces concerts, c'est qu'on peut les vivre de manière connectée avec le monde entier et avec plein de possibilités qu'on n'a pas dans la vraie vie. On peut par exemple monter sur scène ou voir des artistes qui ne se produisent pas dans votre ville (...) Au début, pour les premiers concerts de Fortnite, il y avait une scène, mais maintenant il y en a plus. Désormais, la scène, c'est le jeu".

Sujet radio Miruna Coca-Cozma

Adaptation web: olhor

Publié