Modifié

Figure punk des lettres, Virginie Despentes revient avec "Cher connard"

Le "Cher Connard" de Virginie Despentes. [RTS]
Le "Cher Connard" de Virginie Despentes / 19h30 / 2 min. / le 18 août 2022
Fidèle à son mordant pour peindre la société post #MeToo, Virginie Despentes livre avec "Cher connard" un livre destiné au statut de best-seller. Applaudi par les critiques, l'ouvrage fait déjà sensation.

C'est encore la pause estivale en France mais le dernier livre de Virginie Despentes n'a pas attendu la rentrée pour faire parler de lui. Paru le 17 août chez Grasset, "Cher connard" est l'événement de cette rentrée littéraire.

Roman épistolaire sur l'addiction, le féminisme, le mouvement #MeToo et les réseaux sociaux sur fond de confinement, il est porté par une critique très favorable. L'ouvrage relate l’échange d’une actrice en perte d’éclat, Rebecca, avec un écrivain autrefois prometteur, Oscar, désormais épinglé par le mouvement #MeToo.

Inflexible sur le féminisme

Sur l'addiction, "je ne défends aucune thèse", dit à Télérama l'autrice de "Vernon Subutex" ou "King Kong Théorie" que les médias décrivent comme plus apaisée. Mais sur le féminisme, elle reste inflexible, comme l'explique son personnage principal, Rebecca.

Cher Connard

J’ai lu ce que tu as publié sur ton compte Insta. Tu es comme un pigeon qui m’aurait chié sur l’épaule en passant. C’est salissant et très désagréable. (…) Gloire aux réseaux sociaux tu  l’as eu ton quart d’heure de gloire. La preuve: je t’écris.

Virginie Despentes, "Cher connard", éditions Grasset

Des formules qui claquent dans une société qui déraille: Virginie Despentes, figure punk des lettres et ancienne membre du jury Goncourt, détone encore, trente ans après son premier roman "Baise-moi", ouvrage féministe trash et dérangeant paru en 1993.

Le manifeste des César

Mais la voix radicale, celle qui combat les dominations, se cache toujours derrière l'écrivaine. En 2020 après la cérémonie des César, en plein scandale Roman Polanski, elle écrit sa rage: "On se lève. On se casse. On gueule. On vous emmerde". Le manifeste fait le tour des réseaux sociaux et choque, agace, transporte.

>> A lire aussi: César: le texte choc de Virginie Despentes a fait le tour du web

"C'est tellement intéressant de voir comme elle peut emporter avec ses tribunes radicales et en même temps, dans une nuance plus ambiguë, avec ses romans. C’est une grande force", livre Raphaëlle Leyris, journaliste et critique au Monde des Livres.

Une ode à l'amitié

Car avec "Cher connard", la confrontation homme-femme se transforme au fil des lettres en empathie. Cette ode à l’amitié était déjà présente dans sa récente trilogie "Vernon Subutex". Cette saga, dont le dernier tome est paru il y a plus de cinq ans, constitue son plus grand succès à ce jour.

>> A lire aussi: "Vernon Subutex 3", un roman sur fond de 80 références musicales

A 53 ans, l’auteure revendique sa parole donnée à l’homme mais reste radicale et populaire, la note du succès. "Ces derniers romans peuvent toucher plus de personnes qui ne lisent pas beaucoup, qui ne sont pas forcément féministes, mais qui s’inscrivent dans notre société", souligne Maryse Mondain de la librairie parisienne "La Tête ailleurs".

"Cher connard", ce 11e roman au titre oxymore, cache définitivement bien son jeu.

Sujet TV: Marie Urbain et Anne fournier

Adaptation web: mh avec ats

Publié Modifié