Publié le 19 février 2020 à 14:01

Charles Lamoureux, créateur d'orchestre et wagnérien fanatique

Charles Lamoureux (1834-1899), violoniste français, premier chef d'orchestre de l'Opéra de Paris.
Charles Lamoureux (1834-1899), violoniste français, premier chef d'orchestre de l'Opéra de Paris. [Jaime Abecasis - AFP]
La monographie de Yannick Simon, "Charles Lamoureux, chef d'orchestre et directeur musical au XIXe siècle", retrace le parcours de cet entrepreneur musical à la forte personnalité.

"Immobile au pupitre, son geste était précis, d'une netteté incomparable." La description de ce chef d'orchestre vous fait penser à Pierre Boulez? Détrompez-vous. Gustave Doret, l'auteur de cette évocation, décrit ici le geste mesuré de Charles Lamoureux.

La comparaison, pourtant, est possible. Comme le fondateur de l'Ensemble Intercontemporain, Lamoureux est un créateur d'orchestre, doublé d'un entrepreneur zélé. C'est ce que nous apprend "Charles Lamoureux, chef d'orchestre et directeur musical au XIXe siècle", une première monographie conçue par le chercheur français Yannick Simon.

Un ambassadeur de Wagner

La couverture du livre de Yannick Simon, "Charles Lamoureux, Chef d'orchestre et directeur musical au XIXe siècle". La couverture du livre de Yannick Simon, "Charles Lamoureux, Chef d'orchestre et directeur musical au XIXe siècle". [Ed. Actes Sud] Retraçant le parcours de celui qui fonda l'orchestre des Concerts Lamoureux, formation associative toujours active à Paris, l'auteur brosse le portrait d'une scène musicale française en pleine mutation dans ce dernier tiers de XIXe siècle. Nouvelles phalanges, nouveaux répertoires, Lamoureux a l'audace, au sortir de la guerre franco-allemande de 1870, de servir au public de ses concerts de très nombreux compositeurs allemands. Schumann, Brahms font partie des réguliers, auquel s'adjoint bientôt Wagner, qui demeure la grande affaire de sa vie: un tiers des œuvres dirigées par Charles Lamoureux lors de ses saisons sont de la main du maître de Bayreuth.

A l'enterrement de Lamoureux, en 1899, Cosima Wagner, veuve de Richard, fera déposer une gerbe en hommage à cet infatigable ambassadeur de l'œuvre wagnérienne.

Tâche titanesque

Faute d'enregistrements ou de films, Yannick Simon s'en remet aux rares témoignages, et surtout aux chiffres, aux bilans comptables, pour retracer le parcours et les choix stratégiques de cet entrepreneur avisé. Un aspect un brin raide de son ouvrage, sauvé de l'aridité par la mise en ligne, sur le site dezede.org, de l'essentiel des pièces à conviction.

>> A écouter, Yannick Simon, évoque l'importance de Charles Lamoureux dans "Magnétique":

Le violoniste et chef d'orchestre français Charles Lamoureux.
Collection Christophel - AFP
Magnétique - Publié le 13 février 2020
 

Violoniste, fondateur de quatuor, chef de chœur, créateur d'orchestre et metteur en scène d'opéra: la carrière de Charles Lamoureux en dit aussi long sur l'ambition de l'homme que sur le milieu artistique d'alors, dans lequel le rôle de directeur musical implique de prendre à sa charge aussi bien la vision artistique que les arcanes de la trésorerie.

La caricature de Charles Léandre, reproduite sur la couverture de ce livre et montrant un Lamoureux colossal, maître des tempêtes déclenchées par sa baguette, résume à elle seule le caractère titanesque de sa vocation.

Nicolas Julliard/ld

"Charles Lamoureux - Chef d'orchestre et directeur musical au XIXe siècle", par Yannick Simon, Actes Sud/Palazzetto Bru Zane.

Vous aimez lire? Abonnez-vous à QWERTZ et recevez chaque vendredi cette newsletter consacrée à l’actualité du livre préparée par RTS Culture.

Publié le 19 février 2020 à 14:01