Modifié le 23 janvier 2020 à 16:01

Jérémie Gindre scrute la vie et la mort de trois héros marginaux

L'écrivain Jérémie Gindre.
Entretien avec Jérémie Gindre, auteur de "Trois réputations" RTSculture / 22 min. / le 19 janvier 2020
A travers trois destins accomplis dans des décors spectaculaires, les Hautes-Alpes françaises, une île au large du Venezuela et le désert Mojave, l'écrivain suisse Jérémie Gindre réinvente avec malice le récit d’aventures.

Dans "Trois réputations" paru aux éditions Zoé, les personnages sont aux prises avec une nature hostile ou maltraitée, qui fait d’eux des rebelles ou des justiciers. "C’est comme un album qui réunit des chansons différentes sur un thème ou un registre commun", explique l'artiste et écrivain suisse Jérémie Gindre.

La couverture du livre "Trois réputations" de Jérémie Gindre. La couverture du livre "Trois réputations" de Jérémie Gindre. [Editions Zoé] Ici comme dans d’autres livres, l’auteur utilise un matériau historique ou scientifique pour placer trois aventuriers dans des espaces qu’il connaît bien ou rêve de découvrir. Il s’agit en l’occurrence de l’opposition au barrage sur la Durance, de l’intérêt du monde médical pour un homme vivant avec un trou de barre à mine dans le cerveau ou du pittoresque château construit par un Danois misanthrope.

Intitulées respectivement "Foudre sur conifère", "Moment inoubliable de pur bonheur à Castel Chiflo" et "Un trou célèbre", ses trois histoires mettent en scène une certaine Jeannie Plantier, un Hollandais nommé Epke Janssen et l’Américain Bill Ronson.

Des narrateurs familiers

Pour retracer le parcours de ses héros, Gindre choisit l’oralité. Tour à tour, trois intervenants s’adressent à un interlocuteur muet (un journaliste, un lecteur de guide touristique et … un chien!) à travers un discours dont la familiarité tient autant au choix narratif de l’auteur qu’à leurs propres liens avec les personnages décrits. Preuve s’il en fallait qu’en littérature la forme dicte le fond et réciproquement, en "un ping-pong intéressant", selon Jérémie Gindre.

Le fil rouge du recueil? La manière dont les obstacles rencontrés par ces personnages font d’eux des marginaux. Avec un humour pince-sans-rire et une feinte ingénuité, Jérémie Gindre revisite la Bibliothèque verte en mettant en garde le lecteur: ces récits sont sujets à caution, comme le sont les ragots rapportés dans ces "Trois réputations".

Geneviève Bridel/aq

Jérémie Gindre, "Trois réputations", Editions Zoé.

Vous aimez lire? Abonnez-vous à QWERTZ et recevez chaque vendredi cette newsletter consacrée à l’actualité du livre préparée par RTS Culture.

Publié le 23 janvier 2020 à 14:20 - Modifié le 23 janvier 2020 à 16:01