Modifié vendredi à 09:55

Le Littéraphone, un juke-box littéraire à découvrir au Salon du livre de Paris

Le Littéraphone.
Le littéraphone, une invention à découvrir au Salon du livre de Paris La Matinale / 1 min. / vendredi à 06:30
Ecouter une histoire, un extrait de roman lu par son auteur, c'est ce que propose le Littéraphone, une invention suisse, à découvrir dès vendredi au Salon du Livre de Paris avant d'être testé en Suisse romande.

Depuis la création de l'association La Maison Eclose, l'écrivain et journaliste suisse Pierre Crevoisier imagine des événements de médiation littéraire. Quelle que soit la forme choisie, l'objectif est toujours le même: explorer l'intimité entre le public, l'œuvre et son auteur.

>> A voir, une vidéo du Littéraphone:

 

Le dernier projet en date a été baptisé Littéraphone. C'est une installation légère et transportable, utilisable comme un juke-box littéraire grâce au dispositif électronique qu'il contient. Installé dans une librairie, une bibliothèque, ou un salon du livre, le Littéraphone permet au visiteur de s'asseoir et de découvrir un choix de textes lus par leur auteur et soigneusement réalisés.

Le journaliste Pierre Crevoisier fait une lecture publique de son livre "Elle portait un manteau rouge".

Ça ressemble à une chaise, un trône où les gens peuvent s'asseoir. Le système reconnaît que quelqu'un s'est assis et diffuse une histoire. C'est une proposition qui vise à faire découvrir la littérature suisse contemporaine, francophone, avec des extraits de six romans, lus par leurs auteurs.

Pierre Crevoisier, auteur et président de La Maison Eclose

Prendre le risque de porter ses textes

Un écrivain qui lit ses propres textes pour le public? La tradition est bien vivante outre-Sarine, elle est plus timorée en Suisse romande. L'association La Maison Eclose, pousse les auteurs francophones à prendre le risque de porter leurs textes. Le Littéraphone est d'abord destiné à des lieux de lecture, mais pas seulement.

Le journaliste Pierre Crevoisier fait une lecture publique de son livre "Elle portait un manteau rouge".

Le Littéraphone peut se déplacer, s'installer partout. On imagine des lieux qui ne sont pas forcément littéraires: des salles d'attente, un hall d'hôpital, c'est-à-dire des lieux où les gens attendent et où, plutôt que de perdre leur temps, ils pourraient se faire raconter une histoire.

Pierre Crevoisier, auteur et président de La Maison Eclose

Après le Salon du livre de Paris, du 15 au 18 mars où le Littéraphone pourra être testé sur le stand de l'Asociation suisse des professionnels du livre (ASDEL), le public pourra essayer le Littéraphone à Lausanne, à la Bibliothèque de Chaudron, puis à la Bibliothèque cantonale universitaire de Fribourg.

Propos recueillis par Sylvie Lambelet

Adaptation web: Lara Donnet

Publié vendredi à 09:38 - Modifié vendredi à 09:55