Publié

"Bâtards", une websérie fantastique radicale et satire de notre société

La nouvelle websérie sur les plateformes de la RTS s'appelle "Bâtards" . [RTS]
La nouvelle websérie sur les plateformes de la RTS s'appelle "Bâtards" . / 12h45 / 2 min. / dimanche à 12:45
Lauréate en 2019 du troisième appel à projet Fantastic Web Contest, la websérie "Bâtards" entend dynamiter les codes de la télé-réalité. Elle est à découvrir à partir de ce dimanche sur les plateformes de la RTS.

Cette fiction explosive en six épisodes, coproduite par Box Productions et la Radio Télévision Suisse (RTS), emprunte tour à tour au teen-movie, au conte dystopique et au film d'aventure. Tournée au printemps 2020, "Bâtards" nous plonge dans un monde malade: une société du spectacle décomplexée où la violence est devenue monnaie courante, la notoriété une fin en soi et l'amour une valeur marchande.

Tout en explorant une nouvelle facette du fantastique, cette websérie prometteuse utilise les codes du cinéma de genre pour apporter un regard critique sur la société et ses travers, le tout dans un dispositif radical.

"Bâtards" offre une place importante à un casting jeune avec, entre autres dans les cinq rôles principaux, Sasha Gravat Harsch (14 ans), Maoro Maquart (11 ans), Mila Jubelin de Meyer (14 ans), Esteban Sicilia (15 ans) et Maïmouna Kone (12 ans). Cette distribution est également honorée par la présence de Vincent Veillon qui occupe une place stratégique dans la websérie. On le découvre dans un rôle antagoniste, manipulateur et directif, une facette qu'il n'avait pas encore eu l'occasion de dévoiler au grand public.

>> A voir, la bande-annonce de la série:

Bande-annonce Bâtards [RTS]
Bande-annonce de la Web-série Bâtards / RTS Fiction / 39 sec. / le 16 novembre 2020

Des enfants abandonnés par milliers, condamnés à mourir en périphérie des villes… Chaque année, une vingtaine d'entre eux se retrouve dans l'arène d'une émission de téléréalité. Déterminés à ne pas retomber dans la misère, ils se livrent une compétition féroce pour empocher le pactole et se faire adopter par un couple de célébrités. Mais cette fois-ci, les règles changent.

Une satire de la télé-réalité

Créé conjointement par le Festival International du Film Fantastique de Neuchâtel (NIFFF) et la RTS en 2015, le Fantastic Web Contest vise à soutenir les jeunes talents ainsi que la création suisse dans le domaine des nouvelles écritures et des médias digitaux. Avec "Bâtards", Malou Briand et Raphaël Meyer ont séduit le jury de l'édition 2019 grâce à un concept inédit doublé d'un récit hautement satirique. En une année, le duo de jeunes cinéastes a relevé le défi en scénarisant et réalisant ce projet ambitieux dans le contexte difficile de la pandémie.

>> A voir, l'interview du co-réalisateur Raphaël Meyer dans le 12h45:

Raphaël Meyer a co-créé la websérie "Bâtards", lauréate d'un concours suisse. [RTS]
Raphaël Meyer a co-créé la websérie "Bâtards", lauréate d'un concours suisse. / 12h45 / 10 min. / le 17 novembre 2020

La télé-réalité fait partie de notre adolescence, de notre manière de concevoir la télévision, de concevoir la réalité, de concevoir les images. C'est vraiment quelque chose qui a marqué notre génération: "Star Academy", "Loft Story", "Nice People"...

Raphaël Meyer, co-réalisateur de "Bâtards"

Raphaël Meyer et Malou Briand se sont retrouvés autour de cette culture commune, eux qui sont tous les deux nés au début des années 1990. Véritable satire de la télé-réalité, la websérie fait aussi la critique de notre société et de la célébrité. "Je ne pense pas que l'on donne une morale très claire dans la websérie. On pose en tout cas des questions, on montre des contradictions", explique notamment Raphaël Meyer à la RTS.

A l'occasion de sa 20e édition, le NIFFF en collaboration avec la RTS aurait dû présenter la websérie sur grand écran. Cela n'a pas été possible en raison du coronavirus. La sortie digitale de "Bâtards" est prévue ce dimanche dès 8h sur les différentes plateformes de la RTS, à savoir Play RTS, Play Suisse et YouTube.

Propos recueillis par Julie Evard

Adaptation web: Lara Donnet

Publié