Modifié le 06 mars 2020 à 08:01

Jacques Dubochet, un "Citoyen Nobel" dans l'objectif de Stéphane Goël

Jacques Dubochet, lors d'une action d'Extinction Rebellion en décembre 2019.
Jacques Dubochet, lors d'une action d'Extinction Rebellion en décembre 2019. [Cyril Zingaro - Keystone]
Avec son documentaire "Citoyen Nobel", le réalisateur lausannois explore les bouleversements provoqués dans l'existence de Jacques Dubochet, de la remise de son Prix Nobel en 2017 à sa participation aux différentes manifestations pour le climat.

Le 4 octobre 2017, la vie du biochimiste et universitaire Jacques Dubochet subit un chamboulement sans précédent. Du jour au lendemain, le Vaudois devient Prix Nobel de chimie et se trouve sollicité de toutes parts. D'abord comme scientifique fraîchement auréolé de la plus haute récompense qu'il soit pour ses recherches sur la cryo-microscopie électronique, puis comme porte-drapeau du mouvement suisse en faveur du climat.

Un passage de l'ombre à la lumière qu'a suivi le réalisateur lausannois Stéphane Goël. Son documentaire "Citoyen Nobel" est présenté vendredi et dimanche dans le cadre des Journées de Soleure puis sur les écrans romands à partir du 4 mars. 

>> A voir: la bande-annonce du film "Citoyen Nobel"

Un homme sincère et authentique

Interrogé par la RTS, le réalisateur Stéphane Goël explique que c'est ce destin particulier d'un homme sincère et authentique, sans langue de bois, qui du jour au lendemain passe du statut d'inconnu à celui de célébrité, qui l'a intéressé.

Paisible scientifique retraité à Morges, Jacques Dubochet voit sa vie se transformer en un véritable marathon. Interviews avec les médias, conférences à l'Université de Lausanne, puis à Cambridge et ailleurs, rencontres avec des élèves pour évoquer ses travaux, il est partout, même aux côtés des jeunes lors des marches pour le climat.

>> A écouter: l'entretien avec Stéphane Goël sur son documentaire "Citoyen Nobel"

Le cinéaste Stéphane Goël sur l'île chilienne Robinson Crusoé.
Anne Golaz - DR
L'invité du 12h30 - Publié le 22 janvier 2020

Apprendre à gérer sa parole

Comme le confirme le réalisateur Stéphane Goël, le Morgien apprécie d'être sous les feux de la rampe. Cela lui permet de mettre en avant ses combats politiques et sociaux, en particulier celui en faveur de la nature, qu'il mène depuis longtemps.

Mais, revers de la médaille, les sollicitations sont partout et ce personnage aussi attachant qu'atypique est consulté sur toutes sortes de sujets. Pourtant, comme il le dit lui-même, ses connaissances sont limitées. Lui, au parler franc et direct, doit apprendre à gérer ses prises de paroles.

Tout à coup, on est une sorte de héros. Un héros qui peut dire n'importe quelle sorte de connerie et va être écouté. Alors, il faut choisir ses conneries.

Jacques Dubochet, Prix Nobel 2017

Depuis la fin du tournage, Jacques Dubochet est devenu grand-père. C'est donc une autre vie qui commence pour lui. On le voit d'ailleurs beaucoup moins dans les médias. Et Stéphane Goël de conclure: "Personnage charismatique, on l'a trop fait parler. Peut-être que maintenant, comme il l'espère lui-même, il va enfin pouvoir commencer à se taire. Parce qu'il est devenu une sorte de symbole".

Propos recueillis par: Nadine Haltiner

Adaptation web: Andréanne Quartier-la-Tente

Publié le 05 mars 2020 à 14:53 - Modifié le 06 mars 2020 à 08:01