Modifié

L'Iran raconté avec humour dans un taxi conduit par Jafar Panahi

Brazil - ScreenTest de la Semaine du 15 avril 2015 [RTS]
Brazil - ScreenTest de la Semaine du 15 avril 2015 / Brazil / 4 min. / le 12 avril 2015
"Taxi Téhéran", portrait hilarant de l'Iran tourné par le dissident Jafar Panahi, "Queen and Country", du vétéran et probable retraité John Boorman, et le polar soviétique "Enfant 44" sont à l'affiche.

L'Iran est au coeur de l'actualité ces derniers temps. C'est dire si la sortie du dernier film de Jafar Panahi "Taxi Téhéran" tombe à point nommé. Ours d'or du meilleur film de la 65e Berlinale en février dernier, la dernière oeuvre du cinéaste dissident,  sous le coup d'une interdiction de travailler dans son pays et de voyager à  l'étranger, livre une chronique de la  société iranienne à travers les déambulations d'un chauffeur de taxi.    

Pour protéger l'identité de ses passagers, des acteurs amateurs, Panahi, qui se mue en chauffeur-réalisateur, n'a pas mis de générique de fin à son film. Des passagers pour contester le régime.

Des passagers pour contester le régime

Afin de tourner sans se faire remarquer, le cinéaste de "Le Cercle", Lion d'or à Venise en 2000, a placé trois caméras dissimulées dans le taxi. Comme il ne pouvait pas embarquer de  techniciens, Panahi a dû gérer seul le cadre, le son, le jeu des acteurs et  son propre jeu... tout en conduisant.                                       

Brièvement emprisonné pour son soutien à la "révolution verte" en 2009 (des manifs provoquées par la réélection du président Ahmadinejad et violemment réprimées), Panahi dénonce avec humour le totalitarisme, la censure, la corruption et les préjugés au fil des passagers hauts en couleurs qu'il conduit.

John Boorman se raconte 18 ans après

En 1987, John Boorman avait tourné "Hope and Glory" d'après ses souvenirs du "blitz" à Londres pendant la Deuxième Guerre mondiale. A 82 ans, le réalisateur d'"Excalibur" reprend le fil de l'histoire avec un nouvel opus autobiographique "Queen and Country".    

Le personnage principal et avatar de Boorman, Bill Rohan, est cette fois appelé au service militaire en 1952. Une année qui est aussi celle du couronnement de la reine Elisabeth II. Une coïncidence qui explique le titre du film et qui dit aussi beaucoup sur  la Grande-Bretagne de cette époque, entre fin de l'empire colonial et aspirations nouvelles de la jeunesse.

Une dernière réalisation pour Boorman?

"Queen and Country" aborde peu la politique et dépeint d'abord les idylles et rêves du troufion Bill (Callum Turner), double du cinéaste. Le tout avec un humour "british" délicieusement désuet. Certaines sorties font ainsi écho au "Merci Adolf" du héros de "Hope and Glory" quand il découvre son école bombardée.

Dans "Queen and Country" Bill et son camarade Percy (Caleb Landry) font de la résistance face à un sadique et psychorigide sergent-major. Et lors des sorties, les soldats s'en vont conquérir les coeurs des demoiselles. A noter que Boorman a laissé entendre que ce pourrait être son dernier film.   

Polar très noir au pays des Soviets

Les tueurs en série n'existent pas dans la Russie soviétique, selon Staline. Et même si la réalité est autre, on ne contredit pas un dictateur, va découvrir le détective zélé d'"Enfant 44".                                    

Le cinéaste Daniel Espinosa, auteur du musclé "Sécurité rapprochée", a composé une belle affiche avec notamment Tom Hardy ("Mad Max", "Locke") dans le rôle du policier incorruptible, Noomi Rapace, Gary Oldman et Vincent Cassel.                                        

"Enfant 44" est l'adaptation du roman homonyme du Britannique Tom Rob Smith. Il s'agit du premier volet d'une trilogie centrée sur Leo Demidov, agent du  MGB, la police secrète russe.

La traque du "monstre de Rostov"  

"Enfant 44" est inspiré des exactions du tueur en série Andreï Tchikatilo.  "Le monstre de Rostov" a été arrêté en 1990 et exécuté en 1994 après avoir été reconnu coupable du meurtre de 52 femmes et enfants depuis 1980.                                          

Le film suit Leo Demidov, brillant agent de la police secrète, qui met sa carrière en danger en se lançant sur la piste d'un tueur en série que la propagande vantant la perfection de l'Etat communiste ne veut pas voir. Fait notable, Tchikatilo, qui avait été brièvement interpellé en 1984, a finalement été arrêté alors que le système soviétique vivait ses derniers instants.

Caryl Bussy 

Publié Modifié

Les prochaines sorties

Mercredi 15 avril

LA PROMESSE D'UNE VIE de Russell Crowe. Avec Russell Crowe, Jai Courtney, Olga Kurylenko

EN EQUILIBRE de Denis Dercourt. Avec Marie Bäumer, Cécile De France, Albert Dupontel

LES GORILLES de Tristan Aurouet. Avec Manu Payet, Jean Benguigui, Joey Starr

ROBIN DES BOIS, LA VERITABLE HISTOIRE de Anthony Marciano. Avec Géraldine Nakache, Ary Abittan, Max Boublil.

TAXI TEHERAN de Jafar Panahi. Avec Jafar Panahi

QUEEN AND COUNTRY de John Boorman. Avec Pat Shortt, Caleb Landry Jones, Callum Turner

ENFANT 44 de Daniel Espinosa. Avec Noomi Rapace, Tom Hardy, Joel Kinnaman

Mercredi 22 avril

MY OLD LADY de Israel Horovitz. Avec Maggie Smith, Kevin Kline, Kristin Scott Thomas

AVENGERS: L'ERE D'ULTRON de Joss Whedon. Avec Chris Evans, Chris Hemsworth, Scarlett Johansson

CAMINO DE SANTIAGO de Jonas Frei, Manuel Schweizer

CAPRICE, de Emmanuel Mouret. Avec Emmanuel Mouret, Virginie Efira

ENTRE AMIS, de Olivier Baroux. Avec Daniel Auteuil, Gérard Jugnot.

LE GRAND VOYAGE de Liliana Dias

SPARTIATES de Nicolas Wadimoff