Modifié

Netflix tente sa chance dans les jeux vidéo sur mobile

Netflix se lance dans les jeux vidéos. [Sayan Ghosh - Unsplash]
Netflix tente sa chance dans les jeux vidéo sur mobile / Le Journal horaire / 1 min. / jeudi à 07:00
Avec près de 210 millions d'abonnés payants, la plateforme de streaming craint un essoufflement de sa croissance. En investissant dans les jeux vidéo, Netflix cherche à se diversifier afin de rester dans la course face à une concurrence féroce.

Netflix fait face à un fort ralentissement du nombre de nouveaux clients après un boom en 2020 alimenté par la longue période de confinement. Aux États-Unis et au Canada, la plateforme de streaming a déclaré avoir perdu environ 430'000 abonnés au deuxième trimestre, soit seulement sa troisième baisse trimestrielle en 10 ans.

Le pari semble donc logique. La plateforme, qui a réussi à construire un empire mondial grâce à la diffusion à la demande de films, séries, documentaires et, plus récemment, de shows de télé-réalité, veut tenter sa chance dans les jeux vidéo pour garder l'attention de ses abonnés. Il n'est pourtant pas certain que cette stratégie de séduction, qui passerait par la déclinaison en jeux virtuels de films ou séries particulièrement populaires, attire en masse de nouveaux fidèles. Dans un premier temps, l'entreprise se concentrera principalement sur les jeux mobiles.

Pour Stéphane Laurenceau, producteur de l’émission Point Barre sur Couleur 3, l'annonce n'est pas une surprise. "Netflix a compris que le jeu vidéo et les mangas sont deux marchés gigantesques. L'industrie du jeu dégage plus que le cinéma et la musique réunis", explique-t-il.

>> A voir et  écouter aussi, une chronique qui traite de Netflix face à la concurrence

 

Alter Eco (vidéo) - Netflix ou la lourde couronne [RTS]
Alter Eco (vidéo) - Netflix ou la lourde couronne / La Matinale / 2 min. / le 18 mai 2021

Une porte d'entrée

En commençant par des jeux conçus pour smartphones et tablettes, la plateforme semble vouloir avancer progressivement, sans imposer des coûts supplémentaires pour les clients existants. Le groupe veut s'appuyer sur le succès de certains shows pour offrir à leurs fans de nouveaux mondes interactifs et négocie aussi avec des éditeurs de jeux vidéo pour acquérir éventuellement des licences.

Pour Stéphane Laurenceau cette stratégie constitue une très bonne porte d'entrée pour le grand public: "Ils se disent que même si les gens ne sont pas joueurs, ils connaissent peut-être 'Stranger Things' ou une des séries que l'on a produite. Faisons-les donc venir par le truchement de ces licences connues et c'est comme ça que l'on va réussir à gagner de nouveaux abonnés."  

Des accointances

La presse spécialisée parle d'un possible partenariat avec Sony, un rapprochement qui semble évident pour le producteur de Couleur 3. L'opération pourrait être bénéfique pour Sony qui, malgré une grosse plateforme qui vend beaucoup de jeux, est très en retard sur les formules d'abonnement par rapport à la concurrence. "Sony c'est aussi le cinéma, il y a des accointances et on a de fortes chances de se retrouver avec, peut-être, Spider-Man ou des licences Sony sur Netflix", estime-t-il.

Si d'autres géants du divertissement ont déjà tenté leur chance, peu de jeux basés sur des films ou des séries ont eu un véritable succès.

"Le mariage de productions hollywoodiennes et de jeux basés sur ces contenus a connu une histoire mouvementée", remarque Joe McCormack, analyste pour Third Bridge, cité par AFP. Disney comme NBCUniversal ont fermé leurs divisions dédiées aux jeux vidéo.

Netflix a engrangé pour ce trimestre un peu moins de 7 milliards de francs de chiffres d'affaires pour un bénéfice d'un milliard.

mccoz

Publié Modifié