Modifié le 06 juillet 2018

Un livre dévoile en toute discrétion l'intimité des lesbiennes de Suisse

Des visages et des histoires: Elisabeth Real nous offre un aperçu de la vie des lesbiennes de Suisse.
Des visages et des histoires: Elisabeth Real nous offre un aperçu de la vie des lesbiennes de Suisse. [Elisabeth Real - DR]
La photojournaliste suisse Elisabeth Real vient de publier "The Lesbian Lives Project", un travail initié en 2015, qui oeuvre pour la visibilité lesbienne.

Capturer des moments intimes en toute discrétion, sans mise en scène ni voyeurisme: c'est ce qu'a réussi à faire la photojournaliste suisse Elisabeth Real. Pendant plusieurs années, elle a accompagné trois couples lesbiens avec lesquels elle a tissé des liens de confiance. Liens qui lui ont permis d'entrer dans leur intimité et de mieux comprendre leurs sentiments. "Les lesbiennes sont souvent invisibles", déplore-t-elle.

"The Lesbian Lives Project", un livre réalisé par la photojournaliste suisse Elisabeth Real.
"The Lesbian Lives Project", un livre réalisé par la photojournaliste suisse Elisabeth Real. [Elisabeth Real - DR]

Certaines images évoquent tout particulièrement la Suisse: les montagnes du canton d'Uri, le fromage, mais aussi le voyage d'un couple de lesbiennes qui se rend à Copenhague pour tenter une fécondation in vitro.

Le "mariage pour tous", une utopie en Suisse

Deux femmes et leur enfant: une image que beaucoup de Suisses ont encore du mal à accepter. Deux femmes et leur enfant: une image que beaucoup de Suisses ont encore du mal à accepter. [Elisabeth Real - DR] Si Elisabeth Real nous montre de belles images, elle n'occulte pas pour autant la dureté de la réalité. Selon la photographe, le "mariage pour tous" reste encore une utopie en Suisse. Et les statistiques le confirment.

En effet, en matière d'égalité des droits des homosexuels et des lesbiennes, la Suisse se situe au même niveau que l'Albanie, la Bosnie et la Roumanie, selon un classement réalisé par ILGA, l'association internationale des lesbiennes, gays, bisexuels, transexuels et intersexués.

"Brokeback Mountain" à Lauenen

Les protagonistes de ce qui pourrait être le "Brokeback Mountain" suisse, à Lauenen, près de Gstaad, y ont été confrontées.

Une fille de paysans fait son coming-out, a des pensées suicidaires, reçoit des menaces de mort et se retrouve même à l'ordre du jour du conseil municipal. L'entraîneur de ski n'est pas à l'aise avec la situation et commence à réserver pour elle des chambres simples, pour éviter qu'elle ne séduise les autres filles.

A Winterthour, être lesbienne n'est pas non plus chose facile. La deuxième grossesse se fait attendre. Après plusieurs tentatives infructueuses de fécondation in vitro à Copenhague, le couple décide de se contenter d'un seul enfant, qui les appelle respectivement "mamoune" et "maman".

L'évêque de Coire critiqué

Le livre aborde également la position de l'Eglise, et raconte notamment en détail l'expérience d'un couple lesbien de Bürglen, dans le canton d'Uri. Ce couple a reçu en 2014 la bénédiction de Wendelin Bucheli, prêtre de l'Eglise catholique.

Envers et contre tous: ce couple a reçu une bénédiction dans le canton d'Uri.
Envers et contre tous: ce couple a reçu une bénédiction dans le canton d'Uri. [Elisabeth Real]

L'évêque de Coire, Vitus Huonder, et son vicaire général, Martin Grichting, étaient furieux et voulaient faire muter le prêtre rebelle. Mais la commune a soutenu Wendelin Bucheli.

>> A écouter: L’homosexualité est une "abomination" selon l'évêque de Coire Vitus Huonder

L'évêque de Coire Vitus Huonder.
Arno Balzarini - Keystone
Le Journal du matin - Publié le 17 mars 2015

La communication de Vitus Huonder a fait l'objet de plusieurs critiques. L'expérience du prêtre Wendelin Bucheli en la matière est maintenant inscrite noir sur blanc. Il écrit au sujet de son audience avec l'évêque Vitus Huonder: "Il est très inquiet, très replié sur lui-même, très fermé. Il a les yeux rivés sur le papier qui se trouve devant lui, il me regarde à peine et parle toujours de lui à la troisième personne."

>> A lire aussi: Le curé de Bürglen reste et promet de ne plus bénir de couple lesbien

"Cet entretien était terrible"

On lui a tout dit: "ce qui s'est passé est difficile pour l'évêque… cette histoire est arrivée aux oreilles du pape... l'évêque doit maintenant trouver une solution…"

Le prêtre Wendelin Bucheli résume: "Cet entretien était terrible pour moi. Il n'y avait ni communication, ni contact visuel."

Pour l'entretien, Wendelin Bucheli portait une chemise traditionnelle de berger, "pour montrer qu'il se considère comme berger dans une vallée uranaise et qu'il joue volontiers ce rôle. L'évêque ne l'a même pas remarquée."

Nous voulions aussi entendre la version de l'évêque Huonder, mais l'évêché n'a pas répondu à la demande de nos collègues de SRF.

L'homophobie nous concerne tous

Elisabeth Real montre avec pertinence les contradictions qui marquent encore aujourd'hui la société suisse. D'un côté, deux femmes peuvent vivre en couple même dans un village de montagne uranais. De l'autre, certains ont beaucoup de mal à accepter les homosexuels, les lesbiennes et ceux qui les soutiennent.

Le livre d'Elisabeth Real contient de nombreuses photos et est présenté de façon particulière. Il a une portée artistique mais contient avant tout un message politique: l'homophobie et la solidarité avec la communauté lesbienne nous concernent tous.

C'est pourquoi il faut souhaiter que ce livre tombe entre les mains non seulement de nombreuses lectrices, mais aussi de nombreux lecteurs.

Raphael Rauch (SRF)/Adaptation web: Miruna Coca-Cozma

>> Un sujet traité sur Radio SRF 2 Kultur, Kultur kompakt, 29.06.2018, 8h20.

Publié le 06 juillet 2018 - Modifié le 06 juillet 2018