Mise à jour le 04 avril 2013

Un sulfureux quatuor bouscule la morale dans "Perfect Mothers"

Naomi Watts et Robin Wright sont réunies dans "Perfect Mothers", le premier film en anglais d’Anne Fontaine.
Naomi Watts et Robin Wright sont réunies dans "Perfect Mothers", le premier film en anglais d’Anne Fontaine. [gaumont.fr]
Avec "Perfect Mothers", Anne Fontaine brise un tabou en racontant l'histoire de deux amies qui tombent amoureuses du fils de l'autre. A l'affiche de "The place beyond the pines" de Derek Gianfrance, Ryan Gosling crève l'écran tandis qu'une femme Haifaa Al Mansour présente le premier film saoudien "Wadjda".

Le dernier film d'Anne Fontaine, "Perfect Mothers" retrace les idylles de deux amies d'âge mûr tombant chacune amoureuse du fils de l'autre.

Inséparables depuis le premier âge, Lil (Naomi Watts) et Roz (Robin Wright) vivent en parfaite osmose avec leurs deux enfants dans une petite ville d'Australie.

Leurs garçons -ce qu'elles ont réussi de mieux- représentent une sorte de prolongement d'elles-mêmes. Peu à peu, chaque femme se rapproche du fils de l'autre, âgé de 17 ans, et noue une relation passionnelle avec lui.

A l'abri des regards, dans un Eden balnéaire quasi-surnaturel, le quatuor va vivre une histoire d'amour hors normes.

Du tabou à l'épanouissement

En adaptant au cinéma "Les Grand-mères" de Doris Lessing (Prix Nobel de littérature), Anne Fontaine ("Nettoyage à sec", "Nathalie") a rajeuni les protagonistes et choisi de tourner "Perfect Mothers" en Australie.

Selon la réalisatrice française, seul ce pays avec ses plages longilignes, son soleil brûlant et sa végétation luxuriante pouvait donner au film sa dimension intemporelle et universelle, "quelque chose de l'ordre du mythe". Car cet amour, si transgressif soit-il, devient source d'épanouissement.

Empreint de sensualité, interrogeant tant la morale sociale que la complexité des sentiments, "Perfect Mothers" n'a pas manqué de choquer aux Etats-Unis. Et il dérangera sans doute en Europe aussi.

La bande-annonce de "Perfect Mothers"

Sortir.ch - Publié le 02 avril 2013
 

Ryan Gosling crève l'écran dans "The place beyond the pines"

"The place beyond the pines", de Derek Cianfrance, démarre à la façon d'un thriller. Ryan Gosling crève l'écran dans le rôle de Luke, un cascadeur à moto réputé pour son spectaculaire numéro du "globe de la mort".

Alors que son spectacle itinérant revient à Schenectady, dans l’État de New York, il découvre que Romina (la belle Eva Mendes sans fard) vient de donner naissance à son fils. Pour subvenir à leurs besoins et reconquérir sa place, Luke quitte le spectacle et commet une série de braquages.

Ses talents de pilote le sauvent jusqu'à ce qu'il croise la route d’un policier ambitieux, Avery Cross (un Bradley Cooper un peu fade).

"Qui sème l'éclair, récolte le tonnerre"

Quinze ans plus tard, le fils de Luke –incarné par le prometteur Dane DeHaan- et celui d’Avery se retrouvent face à face, hantés par un passé mystérieux dont ils sont loin de tout savoir.

Organisé en trois parties d'intensité inégale, "The place beyond the pines" est rythmé par le prophétique "Qui sème l'éclair, récolte le tonnerre". Et évoque en creux les relations père-fils, offrant ainsi de la profondeur en plus du suspense.

Et pour tous ceux qui, au sortir des salles, se demanderont ce qui a inspiré le titre du film: sachez que Schenectady, où se déroule l'intrigue, signifie "the place beyond the pine plains" en iroquois.

Sortir.ch - Publié le 26 mars 2013

"Wadjda", le premier film saoudien

Lors de la première projection de "Wadjda" à Venise en septembre 2012, le public a été époustouflé par la maîtrise du style, la simplicité de l'histoire, la clarté du propos. Et ce que chacun a retenu, c'est qu'une femme, Haifaa Al Mansour, venait de réaliser le premier film saoudien.

Le long-métrage parle de Wadjda (Waad Mohammed), une fille de 12ans qui porte jeans et baskets, écoute du rock et ne rêve que d’une chose: s’acheter une bicyclette pour faire la course avec son ami Abdallah.

Or, au royaume wahhabite, les bicyclettes constituent une menace pour la vertu des jeunes filles et sont réservées aux hommes.

Une comédie teintée d'amertume

Brossant le portrait d'une adolescente pleine de vie dans une société qui n'a pas prévu pour elle d'autre place que celle d'épouse et de mère, la réalisatrice saoudienne crée une comédie teintée d'amertume.

Avec ce film, tourné en Arabie saoudite dans des conditions compliquées puisqu'homme et femme ne peuvent pas s'afficher ensemble à l'extérieur, Haifaa Al Mansour espère que ses compatriotes se reconnaîtront dans cette histoire et que cela les aidera à faire changer leur société.

Pour cela, il faudra qu'ils se rendent à l'étranger ou se procurent le DVD. Car les cinémas sont illégaux en Arabie saoudite.

Sortir.ch - Publié le 26 mars 2013

Juliette Galeazzi

Les prochaines sorties en Suisse

LE 3 AVRIL

DEAD MAN DOWN de Niels Arden Oplev. Avec Colin Farrell, Noomi Rapace, Dominic Cooper, Isabelle Huppert

DIE KINDER VOM NAPF de Alice Schmid

IDENTITY THIEF de Seth Gordon Jason Bateman, Melissa McCarthy, John Cho

LA MAISON DE LA RADIO de Nicolas Philibert

PERFECT MOTHERS de Anne Fontaine. Avec Naomi Watts, Robin Wright, James Frecheville

THE PLACE BEYOND PINES de Derek Cianfrance. Avec Ryan Gosling, Bradley Cooper, Rose Byrne

WADJDA de Halfaa Al-Mansour Reem Adbullah, Waad Mohammed, Abdullrahman Al

LE 10 AVRIL

OBLIVION de Joe Kosinski. Avec Tom Cruise, Olga Kurylenko, Morgan Freeman

SIDE EFFECTS de Steven Soderbergh. Avec Rooney Mara, Channing Tatum, Jude Law

DES GENS QUI S'EMBRASSENT de Danièle Thompson. Avec Kad Merad, Monica Bellucci, Max Boublil, Eric Elmosnino

I GIVE IT A YEAR de Dan Mazer. Avec Anna Faris, Rose Byrne, Simon Baker

INFANCIA CLANDESTINA de Benjamin. Avec Avila Ernesto Alteria, Natalia Oreiro, César Troncoso

L'info ciné de la semaine

Un remake de "Vingt mille lieues sous les mers" de Jules Verne va être tourné en Australie par le réalisateur américain David Fincher ("Fight club") et les studios Walt Disney, a annoncé mardi le gouvernement australien.

Le casting n'est pas encore arrêté, selon la production qui a démenti l'attribution à Brad Pitt du rôle de Ned Land, redoutable harponneur parti chasser un monstre des mers qui se révélera être le sous-marin Nautilus commandé par le célèbre capitaine Nemo.

Le troisième film inspiré du roman de l'écrivain français écrit en 1869-70 a été réalisé en 1954 par Richard Fleischer et tourné aux Caraïbes après ceux de Georges Méliès en 1907 et Stuart Paton en 1916.

Dans un communiqué conjoint avec le ministre des Arts Tony Burke, la Première ministre australienne Julia Gillard a indiqué qu'il s'agira de la plus grosse production cinématographie jamais tournée dans le pays. (AFP)