Emission du 26 janvier 2012

J'ai décidé d’avorter

Chaque année en Suisse, quelque 11'000 femmes décident d'interrompre leur grossesse. Pour la première fois, une équipe de Temps Présent a pu filmer le quotidien d’un des principaux centres hospitaliers de Suisse romande où les femmes viennent avorter. Elle a recueilli le témoignage souvent poignant des patientes, mais aussi le récit des infirmières et des médecins qui pratiquent l’interruption de grossesse. Pour eux également, c’est un moment souvent éprouvant.

Depuis la dépénalisation de l’avortement, largement acceptée en vote populaire en 2002, les femmes peuvent décider elles-mêmes d’avorter, pendant les 12 premières semaines de grossesse. Plus besoin de l’autorisation expresse des médecins: la femme enceinte doit juste informer le corps médical de sa décision et signer un consentement formel. Une décision qui n’a rien de banal, ni de facile pour les femmes qui souvent n’ont pas d’autre choix. Car on touche là à des questions essentielles, liées aux débuts de la vie, à la sexualité, à la fertilité, à la mort.

Pendant six semaines, Temps Présent s'est immergé dans le service du CHUV à Lausanne, qui traite les demandes d’interruptions de grossesse, un univers confidentiel et très intime. Au CHUV, l’an dernier, quelque 850 femmes ont choisi d'avorter. Une majorité a eu recours à la méthode médicamenteuse, à savoir la pilule abortive, autorisée désormais jusqu’à 9 semaines de grossesse. Les autres ont subi une aspiration-curetage, la méthode chirurgicale sous anesthésie complète. Ce reportage montre que les interruptions de grossesse ne sont jamais anodines, qu’elles peuvent arriver à toutes les femmes, et qu’il n’y a pas raison de les stigmatiser.

Rediffusion le vendredi 27 janvier 2012 à 0h10 et le lundi 30 janvier 2012 à 15h15 sur TSR2.

Générique

Un reportage de Béatrice Bakhti et Françoise Weilhammer Image : Claude Paccaud et Ehud Goren Son : Benoît Crettenand Montage : Nathalie Bosson

  • Sur ce thème