Modifié

Volley: le manque de recettes met en péril l'entre-saison du NUC

Jo Gutknecht  s'est exprimée dans Sport Première sur les ondes de la RTS. [RTS - RTS]
Jo Gutknecht s'est exprimée dans Sport Première sur les ondes de la RTS. [RTS - RTS]
La pandémie de Covid-19 bouleverse le monde du sport et le volley n’y échappe pas. Fin mars, Swiss Volley a annoncé que la saison 2019/20 ne compterait pas. Cela signifie qu'il n'y aura pas de champion pour les trois ligues nationales, ni de promotion-relégation. Présidente du Neuchâtel UC, Jo Gutknecht a évoqué cette difficile période dans Sport Première.

Le NUC aurait dû disputer la finale de la Coupe de Suisse et les demi-finales des playoffs. Alors forcément, la tristesse est encore bien présente. "Pour la sportive qui s’est investie, c’est un arrêt brutal et c’est difficile. La frustration reste au fond de soi-même si la santé prime sur le reste. Mais bien évidemment, on partage et comprend les décisions prises dans cette crise sanitaire."

L’arrêt prématuré de la saison engendre un manque à gagner certain. La fin de saison actuelle aurait dû permettre au club d’amasser d'importantes recettes. Ce ne sera hélas pas le cas. "Les matches de fin de saison, notamment les matches des playoffs, génèrent beaucoup de recettes et nous aident à vivre l’entre-saison, entre mai et septembre, où nous n’avons plus que des frais. On peut craindre que les recettes manquantes de cette fin de saison nous donnent des difficultés pour cette entre-saison." Car même si les salaires sont garantis grâce au soutien des autorités cantonales, reste à payer les loyers, la salle ainsi que les licences.

Je ne comprends pas les conditions d'octroi de l'aide

Jo Gutknecht

La semaine dernière, la Confédération promettait de débloquer la somme de 50 millions à fonds perdu pour venir en aide au sport de masse. Mais les conditions d'octroi laissent sceptique la présidente du NUC. "On ne comprend pas l’objectif de ce soutien. On nous demande de justifier une situation financière déjà périlleuse à la fin de l’année mais ce n’est pas notre réalité. Nous, à fin janvier, notre situation ne sera pas périlleuse. Notre trésorerie n’est pas mauvaise même s'il nous reste cette fameuse entre-saison à gérer. C’est une aide pour les clubs déjà en difficulté financière."

Malgré les difficultés rencontrées, Jo Gutknecht se veut rassurante. "Notre club n’est pas en danger aujourd'hui. Mais on se fait beaucoup de soucis pour l’entre-saison et le début de la saison prochaine car les recettes que l’on aurait dû faire vont manquer."

RTSsport

Publié Modifié