Modifié

Voile: Eliès "souffre énormément"

Le Français Yann Eliès a retrouvé la terre ferme. [Reuters]
Le Français Yann Eliès a retrouvé la terre ferme. [Reuters]
Yann Eliès (Generali), victime d'une fracture du fémur, est arrivé à Fremantle, où il a été transféré à l'hôpital. Le sauvetage aurait coûté près de 500'000 euros.

Yann Eliès, grièvement blessé dans le Vendée Globe est arrivé
lundi à 4h (heure suisse) à Fremantle (Australie occidentale).
"Il souffre énormément et son tranfert vers l'hôpital a été
fait directement"
, a indiqué le service de presse du skipper
français de "Generali".

Opération très éprouvante

La marine australienne et l'équipe médicale ont indiqué que ce
sauvetage était "l'une des opérations les plus éprouvantes
physiquement mais aussi la plus excitante qu'ils aient jamais
accomplie"
.

Selon le premier médecin australien qui l'a examiné, Yann Eliès
souffre d'une fracture du fémur gauche et de fractures aux côtes et
de possibles dommages à un poumon.

Pas d'anti-douleurs depuis 48h

Le navigateur français a été secouru samedi sur son bateau à
1200 km de Perth. Il n'avait pas pu prendre d'anti-douleurs depuis
48h quand l'équipe australienne des Royal Flying Doctors est
arrivée, avait précisé le Dr David Illroy à Perth.

Quant au bateau d'Eliès, il devrait être récupéré dans les jours
prochains par l'équipe de Generali. Philippe Laot et Jean-Baptiste
Epron ont été dépêchés sur place pour mener les opérations de
récupération. L'idée pour les deux hommes qui devraient arriver
mardi sur place, est de trouver une vedette qui les accompagne sur
zone et de rapatrier ensuite le bateau à la voile, en équipage
réduit, précise le site du Vendée Globe.

Un bateau à la dérive

La marine australienne a "embarqué" Eliès, et laissé dériver le bateau. [Reuters]La marine australienne a "embarqué" Eliès, et laissé dériver le bateau. [Reuters] Actuellement, le 60 pieds
"Generali" dérive lentement vers le nord, à 700 milles au sud des
côtes australiennes. Sa configuration de voilure a été conservée
(grand-voile 3 ris et trinquette) et il est équipé de deux balises
qui indiquent en permanence sa position.

agences/dbu

Publié Modifié

Vendée Globe, classement (22.12 à 11h00)

1. Michel Desjoyeaux (FRA/Foncia) à 11'641,3

2. Roland Jourdain (FRA/Veolia Environnement) + 77,5

3. Sébastien Josse (FRA/BT) 183,5

4. Jean Le Cam (FRA/VM Matériaux) 222,1

5. Armel Le Cléac'h (FRA/Brit Air) 537,5

Un sauvetage à 500'000 euros?

Le sauvetage de Yann Eliès a coûté plus d'un million de dollars australiens (environ 490'000 euros), selon l'agence de presse australienne (AAP). La marine australienne avait affrété une frégate, le HMAS Arunta, qui, selon l'officier-commandant Steven Bowater, a parcouru plus de 3000 kilomètres (1860 milles) pour recueillir Yann Eliès, victime d'une fracture du fémur gauche.

Dans sa mission, le bateau australien a également fourni du fuel à un autre concurrent, le Britannique Mike Golding, afin qu'il puisse regagner la terre ferme avec son voilier démâté.

"Le secours en mer est régi par la "Convention de Hambourg", du 27 avril 1979 (ratifiée notamment par la France et l'Australie). Cette convention du droit international implique que les états signataires organisent les secours en mer dans les zones qu'ils supervisent et indique que tous les moyens doivent être mis en place pour sauvegarder la vie humaine et s'assurer qu'une assistance est fournie à toute personne en détresse en mer", a indiqué dans un communiqué Marie-Christine Lanne, directeur de la communication de Generali France, parrain du bateau de Yann Eliès.

"Nous sommes prêts à proposer un dédommagement au docteur civil qui, à la demande des autorités australiennes, est monté à bord de la frégate HMAS Arunta pour qu'elle puisse appareiller rapidement et venir secourir Yann dans les meilleurs délais", a indiqué la porte-parole de Generali.