Modifié

Eliès: les secours s'organisent

Eliès navigue dans des conditions extrêmement difficiles. [Reuters]
Eliès navigue dans des conditions extrêmement difficiles. [Reuters]
Une frégate australienne part secourir Yann Eliès, victime d'une fracture du fémur sur le Vendée Globe. De son côté, Dominique Wavre explique qu'il se prépare à affronter le pire. Regardez la vidéo qu'il nous a envoyée.

Une frégate de la marine australienne a appareillé vendredi
matin de Fremantle, au sud-ouest de l'Australie, pour partir au
secours du skippeur français Yann Eliès (Generali), victime d'une
fracture d'un fémur, sur le Vendée Globe, selon des
responsables.

Yann Eliès occupait la 8e place du Vendée Globe, la course autour
du monde en monocoque en solitaire sans escale et sans assistance,
quand il a été victime, jeudi, d'une fracture du fémur alors qu'il
effectuait une manoeuvre à l'avant de son voilier. Même si sa vie
n'est pas en danger, "il souffre énormément, il ne peut pas
vraiment s'endormir. Il doit trouver l'énergie suffisante pour
aller chercher dans sa trousse à pharmacie la dose de morphine qui
lui permettrait d'attendre les secours en souffrant beaucoup
moins
", a raconté vendredi Bénédicte Etienne, sa
porte-parole.

"Il n'a toujours pas réussi à bouger dans le bateau et à
prendre ses médicaments. Demain, il devrait avoir pas mal de vent
en fin de matinée, des vents, de 30 à 40 noeuds. Il essaie de se
préparer moralement pour affronter ça
", a-t-elle ajouté.

Guillemot sur zone

Alors que le bateau de Eliès se trouvait jeudi soir par 48° de
latitude sud, entre l'Australie et le continent Antarctique, à
environ 800 milles (quelque 1500 km) de la côte australienne, le
Français Marc Guillemot, qui s'est dérouté, est arrivé sur zone.
"Guillemot navigue autour. La mer n'est pas très bonne, ils
sont à vue et surtout en contact permanent par VHS (radio). Ils se
parlent beaucoup
", a indiqué Bénédicte Etienne.

La frégate, partie vendredi à l'aube, pourrait selon le
vice-amiral Russ Crane, atteindre la zone tôt dimanche matin, même
si le mauvais temps et la mer très forte risquent de la retarder.
"Une fois le navire arrivé sur place, il faudra transporter le
skippeur à bord du HMAS Arunta et le ramener en Australie
", a
indiqué Tracy Jiggins, de l'autorité australienne de sécurité
maritime.

Les organisateurs du Vendée Globe ont indiqué de leur côté
vendredi matin dans un communiqué que la frégate, qui fait route à
22 noeuds, était attendue "sur zone samedi soir", précisant que la
navigatrice britannique Samantha Davies (Roxy), 10e au classement,
était également en route. Guillemot et Davies, qui se sont déroutés
à la demande des organisateurs, se verront créditer à l'arrivée le
temps perdu pour porter secours à Yann Eliès.

Du déjà vu en 1996/1997

Marc Guillemot a pu entrer en contact avec Eliès. "J'ai
réussi à parler avec Yann
", a affirmé jeudi soir le skipper
sur France 3, ajoutant "envisager toutes les possibilités qu'il
y avait pour éventuellement monter sur le bateau de
Yann
".

Sur les trente skippeurs au départ des Sables d'Olonne le 9
novembre, Yann Eliès est le douzième contraint à l'abandon. La
marine australienne a déjà dû par le passé porter secours à des
solitaires du Vendée Globe, notamment les Français Thierry Dubois
et Raphaël Dinelli et l'Anglais Tony Bullimore, lors de l'édition
1996/1997. Plus de 750 milles devant Eliès, Michel Desjoyeaux
menait vendredi matin la flotte.

afp/tai

Publié Modifié

Vendée Globe

Le classement (19.12/11h00)

1. Michel Desjoyeaux FRA à 12'594,0 Foncia

2. Roland Jourdain FRA + 31,1 Veolia Environnement

3. Sébastien Josse FRA 140,9 BT

4. Jean Le Cam FRA 180,7 VM Matériaux

5. Armel Le Cléac'h FRA 387,8 Brit Air

Fracture du fémur

L'accident s'est produit lorsque le bateau de Yann Eliès, en appui sur le balcon avant, alors qu'il préparait une voile, s'est brutalement arrêté dans une vague. Le solitaire a ressenti une douleur très vive. Il s'est écroulé sur la plage avant et a dû ramper pour rejoindre l'intérieur de son bateau et contacter son équipe, a indiqué jeudi Generali, l'équipe d'Eliès.

"Yann Eliès souffre d'une fracture du tiers inférieur du fémur
gauche. La situation est stabilisée, a indiqué jeudi Jean-Yves
Chauve, le médecin de la course. (...) Il n'a pas pris
d'anti-douleur, car il ne peut accéder à la pharmacie, ni aux atèles
gonflables qui se trouvent à bord".