Modifié

Route du Rhum: la 6e tentative aura été la bonne pour Loïck Peyron

Une 1ère victoire sur le "Rhum", ça s'arrose au... mousseux! [Olivier Blanchet - AFP]
Une 1ère victoire sur le "Rhum", ça s'arrose au... mousseux! [Olivier Blanchet - AFP]
Et un Rhum, un ! Jackpot pour Loïck Peyron, touche-à-tout génial, qui a gagné à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe) la Route du Rhum avec le maxi trimaran Banque Populaire VII, améliorant du même coup le record de l'épreuve, longue de quelque 3542 milles (env. 6560 km).

Le Français de 54 ans, qui a franchi la ligne d'arrivée à 04h08 GMT, a largement dominé ce 10e "Rhum", établissant un nouveau record en 7 j 15h08'. Le précédent appartenait à Lionel Lemonchois (7 j 17h19') et datait de 2006.

Une semaine de course et quelques traits un peu tirés pour le vainqueur... [Olivier Blanchet - AFP]Une semaine de course et quelques traits un peu tirés pour le vainqueur... [Olivier Blanchet - AFP]Peyron avait déjà disputé cette course à 6 reprises, sans jamais la remporter. Peu après le départ de Saint-Malo, le 2 novembre, il avait pris la tête de la flotte de 91 concurrents pour ne plus la lâcher.

Un bateau en mains depuis 2 mois et demi seulement!

Même s'il a évidemment profité de l'abandon prématuré du favori Thomas Coville (Sodebo), victime d'une collision dans la nuit du 2 au 3, la performance de Peyron, marin surdoué et polyvalent, laisse pantois. Et ce d'autant plus qu'il avait pris en mains son bateau seulement 2 mois et demi avant le départ, le skipper désigné - Armel Le Cléac'h - ayant été obligé de renoncer en raison d'une blessure au poignet droit.

Son bateau avait déjà gagné le précédent "Rhum" en 2010 aux mains d'un autre Français, Franck Cammas, et sous le nom de Groupama 3.

afp/dbu

Publié Modifié

Les tweets de Loïck Peyron




"Le record, c'est anecdotique"

"Le record, c'est anecdotique, c'est la cerise sur le bateau (sic) !", a lancé Loïck Peyron. "La dernière journée a été difficile", a-t-il reconnu en arrivant à la darse de Pointe-à-Pitre. Depuis le début de la course, "je me suis fait peur en permanence et, une fois, j'ai failli me retourner, je me suis endormi à la barre".

Peyron a révélé avoir connu des soucis avec son bateau, trois jours après le départ, en découvrant une fissure sur le bras avant. Il s'est "déguisé en spéléo" pour se faire une idée, de l'intérieur, de la gravité de l'avarie. La fissure n'a pas bougé et il a donc continué la course après avoir contacté son équipe technique et les architectes du trimaran.