Modifié

Skicross: "Mon moteur, c’est la volonté de toujours donner le meilleur de moi-même", dixit Fanny Smith

Fanny Smith garde toujours la motivation après 13 ans au plus haut niveau. [Floriane Galaud - RTS]
Fanny Smith garde toujours la motivation après 13 ans au plus haut niveau. [Floriane Galaud - RTS]
A 30 ans, Fanny Smith s’apprête à lancer sa 13e saison au plus haut niveau. Et pour la première fois, ce sera sur une autre marque de ski. Fini Stöckli, la Villardoue glisse désormais sur Völkl.

Cette nouvelle saison est placée sous le signe du changement pour Fanny Smith. Nouvelle marque de ski, nouveau préparateur physique et nouveaux entraîneurs, la double médaillée olympique en avait besoin après autant d’années au plus haut niveau.

"Mon plus gros objectif est de garder cette motivation d’année en année et la performance qui va avec. Car ce qui m’intéresse au final, c’est de gagner des courses. C’est pour ça que cette année, j’ai décidé d’entreprendre pas mal de changements pour justement me stimuler encore et continuer à avancer. Mon moteur, c’est la volonté de toujours donner le meilleur de moi-même. Cela fait partie de moi", sourit la Vaudoise qui sait qu'un changement de matériel n'est pas anodin.

"Mon 1er objectif sera de stabiliser tous les changements que j’ai faits, ce sera la clé. Car au final, j'ai entrepris tous ces changements pour qu'il y ait un impact sur le long terme".

C'est l'heure de la reprise pour Fanny Smith [RTS]
C'est l'heure de la reprise pour Fanny Smith / RTS Sport / 4 min. / le 7 décembre 2022

Lausanne, Floriane Galaud

Publié Modifié

Une 1re avortée

La saison de skicross aurait dû débuter le 5 novembre, soit un mois plus tôt qu’habituellement, sur le glacier des Deux Alpes en France. Mais le manque de neige et les températures bien trop douces pour la saison ont contraint les organisateurs à annuler cette ouverture.

Quelques jours avant l’annonce de l’annulation, Fanny Smith se montrait mitigée concernant la tenue d’une épreuve à cette période-là. "Notre sport a besoin de beaucoup de neige. Ils ont voulu commencer cette saison sur un glacier, c’est quelque chose de compliqué dans la préparation car on a une course comme ça qui sort de nulle part et après on a trois semaines de pause avant de vraiment commencer la saison. Et jusqu'avant noël, elle est très intense".

Une médaille au goût particulier

Fanny Smith est revenue sur le douloureux souvenir de Pékin. Injustement disqualifiée, la Vaudoise a finalement pu récupérer sa médaille de bronze. "Cette médaille a un goût particulier. C’est un petit peu une victoire contre l’injustice. Je n'oublierai jamais le soutien que j'ai reçu. Tout le monde s’est un peu approprié cette médaille qui m’avait été arrachée. Cet épisode a eu un impact sur le fait de se dire qu’il faut encore plus apprécier le moment présent, les compétitions, les journées où tout va bien, Je suis très exigeante envers moi et des fois c’est trop. Donc j’essaie d’entrevoir les saisons, de me valoriser et d’être consciente quand une journée se passe bien"