Modifié

PdG: un premier cas de dopage

En 2008, les gardes-frontière l'avaient emporté à Verbier. [Keystone]
En 2008, les gardes-frontière l'avaient emporté à Verbier. [Keystone]
La Patrouille des Glaciers connaît le premier cas de dopage de son histoire. Sur dix contrôles effectués, une personne s'est révélée positive, portant des traces d'EPO.

Sur dix contrôles antidopage effectués par Swiss Olympic lors de
l'édition 2008 de la Patrouille des Glaciers (PDG) en avril
dernier, un s'est révélé positif. Un choc pour le commandant de la
course Marius Robyr.

Le 19 avril à l'arrivée de la PDG à Verbier, Swiss Olympic a
contrôlé dix concurrents, dont deux femmes. «La personne contrôlée
positive portait des traces d'EPO», a précisé à l'ATS Jean-Luc
Piller, chef de la communication des forces terrestres.

Un affront pour tous

Marius Robyr, dont la PDG 2008 était la dernière après plus de
20 ans aux commandes de la course, est atterré. «Je suis
extrêmement déçu et immensément triste. J'espérais que la neige de
la PDG resterait vierge de tout dopage».

Pour une personne contrôlée positive, «c'est le renom, l'image,
l'éthique et l'esprit de la PDG qui sont ternis. C'est un affront
pour les organisateurs et les participants». Marius Robyr se dit
toutefois satisfait du sérieux des contrôles de Swiss Olympic qui
ne laissent pas de place aux tricheurs.

Des intentions et des actes

Les rumeurs de dopage au sein de la PDG ont enflé en 2006, alors
que le temps moyen pour effectuer la course s'était réduit d'une
heure pour s'établir à 13 h 30. En mars 2007 à Andermatt (UR),
l'armée et Swiss Olympic ont signé une déclaration
d'intention.

Par cette déclaration, l'armée s'est engagée à suivre pour tous
les concours sportifs militaires les règlements, notamment en ce
qui concerne le contrôle antidopage. En décembre dernier, l'armée a
chargé Swiss Olympic d'effectuer des contrôles durant l'édition
2008 de la PDG.

si/rou

Publié Modifié

Quelques infos

La patrouille des glaciers a été créée en 1943 par l'armée suisse.

Suite à la mort de 3 patrouilleurs en 1949, elle fut suspendue jusqu'en 1983.

Les patrouilles romandes représentent 73% des participants.

41% des patrouilles sont constituées de militaires.

En 2008, 1414 patrouilles se sont élancées