Modifié

Federer pour son titre, Nadal pour l'histoire

En battant Federer en finale en 2009, Nadal avait enlevé son seul titre en Australie. [Oliver Weiken - Keystone]
En battant Federer en finale en 2009, Nadal avait enlevé son seul titre en Australie. [Oliver Weiken - Keystone]
Rafael Nadal a rendez-vous avec l'histoire à l'Open d'Australie. En cas de succès, le no1 mondial réaliserait un incroyable Grand Chelem à cheval sur deux saisons. Mais Roger Federer est en forme et ne se gênera pas de briser le rêve de son "meilleur ennemi".

Rafael Nadal part lundi à Melbourne à la conquête du seul titre qui lui a échappé en 2010. En cas de victoire, le no 1 mondial réussirait un Grand Chelem à cheval sur deux saisons et écrirait du coup une nouvelle page de l'histoire du tennis. Mais Roger Federer, tenant de la couronne, semble déterminé à priver l'Espagnol de l'exploit

Devenir le premier joueur depuis Rod Laver en 1969 à gagner quatre tournois du Grand Chelem à la suite. Devenir le premier de l'histoire à y parvenir sur trois surfaces différentes. Le défi qui attend lundi Rafael Nadal à Melbourne Park est prestigieux. Ce défi, Roger Federer l'a tenté déjà à deux reprises. En 2006 et en 2007 à Roland-Garros, le Bâlois aurait pu réussir le "Roger Slam". Les deux fois, il s'est brisé les dents en finale devant Rafael Nadal. A Melbourne, l'homme aux seize titres du Grand Chelem espère bien rendre la monnaie de sa pièce à son "meilleur ennemi".

"Je ne veux pas bousiller la fête à Nadal. Je dispute l'Open d'Australie pour conserver mon titre et non pour empêcher Rafa de gagner quatre tournois du Grand Chelem à la suite", lâche Federer, qui disputera son 1er tour contre Lukas Lacko dans la nuit de dimanche à lundi (vers 3h30 du matin en Suisse).

Federer a beaucoup de points à défendre

Paul Annacone espère emmener Federer vers un 5e titre en Australie. [Mark Baker - Keystone]Paul Annacone espère emmener Federer vers un 5e titre en Australie. [Mark Baker - Keystone]Le Majorquin de 24 ans, déjà bardé de neuf titres en Grand Chelem, a pratiquement tout gagné, excepté le Masters de fin d'année. Sur les terres de Laver, une victoire qui compléterait ce carré magique serait d'autant plus symbolique. Vendredi, la main de l'ancienne gloire tchécoslovaque Ivan Lendl lui a réservé un tableau plutôt clément et Nadal est  largement en mesure d'atteindre la finale.

Roger Federer peut comme toujours viser le titre au pays de kangourous et glaner au passage un cinquième titre à Melbourne, seule la légende locale Roy Emerson ayant fait mieux dans les années 60 avec six sacres. Le Bâlois, qui se sent prêt à redevenir no 1 mondial, a également beaucoup de points à défendre à Melbourne et la perte de son titre compliquerait ses ambitions. Et le Suisse a eu un tirage légèrement plus compliqué que Nadal, avec notamment une éventuelle demi-finale face à Novak Djokovic, no 3 mondial, qui rêve de rompre la monotonie des palmarès 100% Nadal-Federer.

 

"Nadal est le favori du tournoi"

Même s'il reconnaît que Rafael Nadal "est le favori du tournoi et il mérite de l'être", le Bâlois estime que la messe est encore très loin d'être dite. "Mais si à l'arrivée Rafa s'impose, je n'aurais qu'à m'incliner et à lui tirer mon chapeau, dit-il. Il aura réussi quelque chose d'extraordinaire". "Mais nous avons encore deux semaines devant nous avant une éventuelle finale Nadal Federer".

"Il convient d'abord de réussir l'entame de ce tournoi", poursuit le no2 mondial. "J'insiste toujours sur les pièges des premiers tours. On affronte des joueurs qui ne gagneront sans doute pas le titre mais qui peuvent un jour donné bouleverser tous les pronostics. Je suis soulagé de ne pas tomber d'entrée sur un Del Potro, un Hewitt ou un Karlovic. Je serai toutefois méfiant face à Lukas Lacko. Je me suis entraîné avec lui une demi-heure à Doha. Je ne serai pas en terre inconnue". Le 6-0 infligé par le Slovaque à Rafael Nadal au Qatar incite il est vrai à cette légitime prudence...

agences/rou

Publié Modifié

Open d'Australie, les têtes de série

R.Nadal ESP/1 - M.Daniel BRA
L.Lacko SVK - R.Federer SUI/2 lundi vers 04h30
M.Granollers ESP - N.Djokovic SRB/3
R.Soderling SWE/4 - P.Starace ITA
K.Beck SVK - A.Murray GBR/5
T.Berdych CZE/6 - Qualif.
J.Nieminen FIN - D.Ferrer ESP/7
A.Roddick USA/8 - J.Hajek CZE

LES DIX DERNIERS VAINQUEURS
2010: Roger Federer (SUI)
2009: Rafael Nadal (ESP)
2008: Novak Djokovic (SRB)
2007: Roger Federer (SUI)
2006: Roger Federer (SUI)
2005: Marat Safin (RUS)
2004: Roger Federer (SUI)
2003: Andre Agassi (USA)
2002: Thomas Johansson (SWE)
2001: Andre Agassi (USA)

Djokovic en "bonne forme" malgré une préparation tronquée

Novak Djokovic a assuré se sentir "en bonne forme", malgré une préparation hivernale raccourcie par la finale de Coupe Davis et les célébrations qui ont suivi. "Je n'ai pas eu beaucoup de temps pour travailler sur la durée, a souligné le Serbe. La coupure a été très brève mais je me sens plutôt en bonne forme."

La victoire historique de son pays en Coupe Davis, face à la France à Belgrade, a certes obligé le no3 mondial à tronquer sa préparation et ses vacances, mais il n'est "pas le premier joueur à devoir faire face à cette situation". Il a également confié en riant avoir su prendre le maximum de la fête qui a suivi la victoire. "Nous avions prévu trois jours de célébrations, mais après le deuxième, nous étions déjà à l'hôpital", s'est-il esclaffé.

Pour la victoire finale à Melbourne, le vainqueur de l'Open d'Australie 2008, son seul titre du Grand Chelem a déclaré que le no2 mondial Roger Federer avait "un petit avantage" car il était le tenant du titre et avait pratiqué "un tennis fantastique ces trois-quatre derniers mois". "Mais c'est dur à dire. Nadal est toujours le no1", a-t-il souligné, se plaçant lui-même dans "le petit groupe de joueurs derrière qui essayent de les défier à chaque tournoi".